Entretien

Garages, concessions, loueurs : comment s'organise le monde automobile avec le nouveau confinement ?

Clotilde Gaillard
Garages, concessions, loueurs : comment s'organise le monde automobile avec le nouveau confinement ?

Garages, concessions, loueurs : comment s'organise le monde automobile avec le nouveau confinement ?

Comme annoncé par le Président de la République mercredi, la population française se doit de subir un nouveau confinement pour endiguer l’expansion du Covid-19. Effective depuis hier soir, cette obligation de rester chez soi se révèle toutefois soumise à de nouvelles conditions par rapport au printemps dernier. Petit récapitulatif des changements touchant les acteurs du milieu automobile pour s’y retrouver dans un marasme d’informations…

Confinement, Acte II. Pour autant, celui qui se profile pour la saison automne/hiver 2020 devrait être bien différent de celui de mars. Comme l’a dévoilé le Premier Ministre Jean Castex jeudi soir, à l’occasion d’une conférence de presse dense en mesures, le Gouvernement a en effet adapté les modalités de son confinement à la situation économique en accordant quelques dérogations. Si les attestations de déplacements font leur retour et que les commerces alimentaires demeurent bien entendus ouverts comme la dernière fois, d’autres lieux bénéficient cette fois d’une souplesse d’accessibilité pour ne pas mettre toute l’activité du pays à l’arrêt. Etablissements périscolaires, parcs, plages et magasins de retrait de livraisons pourront ainsi continuer à accueillir du public, dans une limite d’affluence et dans le respect des règles sanitaires.

Concessions : voiture à chercher sur RDV

Bonne nouvelle pour les automobilistes qui attendaient de recevoir un véhicule : le système « click and collect » se voit autorisé dans les concessions automobiles. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, l’a confirmé hier. Il faut dire qu’au mois de mars, leur fermeture brutale avait provoqué une baisse de 72 % des immatriculations de voitures neuves en France. Une chute catastrophique que le Gouvernement voulait bien sûr éviter de réitérer en fin d’année.

Néanmoins, si retirer son bolide en concession s’avère faisable, ce ne sera que sur rendez-vous. Le showroom, quant à lui, ne sera pas en accès libre. Pour effectuer une commande, il faudra par conséquent passer par le téléphone ou par Internet et essayer le modèle ne sera plus possible. Vendeurs et commerciaux feront donc leur métier à distance, « le télétravail n’étant pas une option » comme l’a martelé Elisabeth Borne, ministre du Travail.

Stations-services et garages

À l’image de mars dernier, impossible de fermer ces deux structures, ne serait-ce que pour garantir l’entretien des véhicules des services de premières nécessités tels que les professionnels de santé ou de transport routier. Afin d’assurer les réparations automobiles, les structures proposant des équipements n’auront donc pas à baisser le rideau, de même que les stations-services pour faire le plein de carburant. Quant aux centres où effectuer des contrôles techniques, ils font également partie des exceptions.

Toutefois, certaines modalités doivent encore être précisées comme un allongement du délai de tolérance par le Gouvernement, afin d’inciter les Français à rester au maximum à domicile. Quant au lavage auto, il est toujours permis pour les véhicules prioritaires (soignants, pompiers, policiers, taxis, VTC, etc.). Pour les autres, cela s’apparenterait à un entretien de confort non-indispensable. Ils encourraient donc une verbalisation pour non-respect du confinement de 135 €, exactement la même amende que pour un lavage sur la voie publique.

Location et permis de conduire

Alors qu’au printemps, les candidats au permis de conduire avaient dû reporter leur passage, cette fois les examens, et « notamment celui du permis de conduire » s’avèrent maintenus. De même, les loueurs d’automobiles seront toujours autorisés à exercer pendant le confinement à conditions que ces structures appliquent strictement les protocoles sanitaires en vigueur. Pour les autres acteurs et entreprises en difficulté, le Gouvernement a affirmé que le recours au chômage partiel serait reconduit et que le fonds de solidarité sera réactivé voire renforcé au besoin.

Par ailleurs, toutes les sociétés forcées à fermer pourront recevoir jusqu’à 10 000 euros par mois. Celles de moins de 50 salariés qui resteraient ouvertes mais subiraient tout de même l’impact du confinement (plus de 50% de pertes) pourraient, elles, obtenir une aide allant jusqu’à 1 500 euros. Une aide adressée en particulier aux artisans et indépendants, dont les prélèvements seront aussi suspendus automatiquement, promet l’exécutif. Autant de décisions qui pourraient très bien évoluer à l’avenir, selon l’aggravation (ou non) du contexte épidémiologique…

Les attestations de déplacement sont téléchargeables ICI.

Nous vous recommandons

Stellantis : Peugeot sera une marque 100 % électrique en 2030

Stellantis : Peugeot sera une marque 100 % électrique en 2030

Linda Jackson, patronne de la marque Peugeot, a confirmé le positionnement du constructeur français pour les prochaines années.Peugeot ne commercialisera plus que des véhicules 100 % électriques à l’horizon 2030. Une orientation...

08/12/2021 | Vie des marquesFleet
Les centres Points S et 1807 Lacharette font cause commune

Les centres Points S et 1807 Lacharette font cause commune

L’introduction en Bourse de Toosla est actée !

L’introduction en Bourse de Toosla est actée !

Avec sa Factory VO, Renault vise les 45 000 véhicules reconditionnés

Reportage

Avec sa Factory VO, Renault vise les 45 000 véhicules reconditionnés

Plus d'articles