Guerre des chiffres entre constructeurs chinois et constructeurs occidentaux

Guerre des chiffres entre constructeurs chinois et constructeurs occidentaux

À qui attribuer les véhicules produits en Chine par les co-entreprises ? La réponse fait basculer le classement mondial des constructeurs.

© Wuling (Canon.5d3.oldfacechen)

Le classement mondial des constructeurs automobiles est conçu selon une vision occidentale de la production de véhicules. Les constructeurs chinois revendiquent une autre vision, qui remet en cause l’ordre établi.

Chaque année, les plus grands constructeurs mondiaux bombent le torse en annonçant leurs chiffres de production et leur rang au niveau mondial. Grâce aux données fournies par Inovev, il est possible de voir ce classement sous deux angles différents : une vision occidentale et une approche chinoise. Deux méthodes de comptabilité qui changent un peu le paysage international. Dans cet univers, Toyota et General Motors se sont longtemps affrontés au sommet du classement. Quelques crises et années plus tard, l’écart s’est creusé entre ces deux acteurs et les principaux protagonistes ont changé. Le groupe Hyundai-Kia a franchi un palier et des constructeurs se sont regroupés pour former de très grands ensembles. Ainsi, en 2021, les premiers producteurs mondiaux de véhicules étaient Toyota, VW, Renault-Nissan, Hyundai-Kia, Stellantis, GM, Honda, Ford, Suzuki, BMW et Mercedes. Geely, premier groupe chinois, arrivait en 12e position, devant ses compatriotes Changan et Great Wall.

À qui appartiennent les véhicules produits en Chine ?

Ce classement « officiel » est constitué en mettant au crédit des constructeurs étrangers les véhicules produits en Chine par les co-entreprises locales. Une vision très occidentale, qui ne reflète sans doute pas la réalité des choses. En effet, les modèles produits en Chine par ces co-entreprises sont très divers. Certains sont seulement fabriqués sur place, tandis que d’autres sont des créations communes pour le marché local. À qui attribuer ces voitures ? Avec l’envol du marché local, il ne s’agit plus aujourd’hui de quelques milliers de voitures mais de plusieurs millions. Ainsi, si on attribue à SAIC tous les véhicules qu’il produit pour le compte de VW et que l’on retire ces derniers des chiffres de Volkswagen, le groupe chinois devient le 6e constructeur mondial, juste derrière le groupe VW, qui dégringole du coup à la 5e place. Parmi les autres grands constructeurs mondiaux, GM passerait également de la 6e à la 8e place mondiale, puisqu’il produit beaucoup de voitures en Chine grâce à ses co-entreprises. De même, si cet angle de vue permet à SAIC d’accrocher la sixième place mondiale, son compatriote FAW décrocherait la 7e, tandis que DongFeng figurerait au dixième rang. Deux classements différents, qui prennent une tournure autant politique qu’industrielle.

Nous vous recommandons

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir plus de 2,3 milliards d'euros dans une coentreprise pour la construction d'une usine de production de batteries pour véhicules électriques à Kokomo dans l’Indiana,aux États-Unis. Cette annonce...

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Toyota de nouveau contraint à tailler dans sa production automobile mondiale

Toyota de nouveau contraint à tailler dans sa production automobile mondiale

Essai - Audi A8 : grand huit !

Essai - Audi A8 : grand huit !

Plus d'articles