Guerre en Ukraine : sous pression, Renault Group suspend ses activités en Russie

Guerre en Ukraine : sous pression, Renault Group suspend ses activités en Russie

© A. Orlov / A. Kouzmine / Renault Group

Le groupe automobile français a fait savoir mercredi soir qu'il mettait immédiatement en pause ses activités industrielles sur le territoire russe sans toutefois annoncer l'abandon de ce marché d'ampleur pour l'entreprise.

La décision a été prise en conseil d'administration. Mercredi 23 mars, au 28e jour de conflit entre la Russie et l'Ukraine, le constructeur automobile français Renault Group a annoncé par voie de communiqué « suspendre les activités de l'usine Renault de Moscou » et « évaluer les options possibles concernant sa participation dans Avtovaz [la marque Lada, ndlr] tout en tout en agissant de manière responsable envers ses 45 000 salariés en Russie ».

Sous pression depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le groupe automobile français avait été cité plus tôt dans la journée par Volodymyr Zelensky lors de ses échanges avec le Parlement français. S'exprimant en visioconférence, le président ukrainien avait alors exhorté l'entreprise – ainsi qu'Auchan et Leroy Merlin – à « cesser d'être sponsor de la machine de guerre de la Russie [...] et arrêter de financer le meurtre d'enfants et de femmes, le viol » rappellent nos confrères de l'AFP.

Dans la foulée, son chef de la diplomatie, Dmytro Kuleba, appelait à un boycott mondial des véhicules et services produits par Renault Group.

« Renault refuse de se retirer de Russie.[...] J'appelle les clients et les entreprises du monde entier à boycotter le Groupe Renault », pouvait-on lire dans un message publié sur Twitter.

La Russie, deuxième marché d'ampleur pour Renault 

D'après les résultats commerciaux de Renault Group présentés début 2022, le groupe automobile français a écoulé 482 264 véhicules (VP+VU) l'an dernier en Russie. S'octroyant ainsi 28,8 % de part de marché dans le pays. À titre de comparaison, en France, ce sont 521 710 véhicules issus des différentes marques (Renault, Alpine, Dacia, ...) qui ont été immatriculés, pour 24,9 % de parts de marché.

À noter que la présence de Renault en Russie remonte à 1916 « avec la création de la société Rousski Renault, fournisseur du Tsar Nicolas II », rappelait il y a encore quelques années le constructeur français dans ses communications concernant cet important marché. Une première implantation qui n'aura toutefois pas duré longtemps en raison de la révolution russe de 1917.

Le Losange a dû attendre le début des années 1990 pour faire son retour sur le territoire russe. Un retour couronné de succès puisqu'il a donné naissance à la société Avtoframos, formée par la contraction des mots « Auto », « France » et « Moscou ». « Une entité possédée au début à parts égales entre Renault et la Mairie de Moscou. Cette dernière apportant en outre des bâtiments et des terrains à l'ensemble et Renault du capital ».

Mais, c'est plus particulièrement au cours de la période 2003-2008 que les choses se sont accélérées pour Renault en Russie entre le lancement de la production de la Dacia Logan et la signature d'un partenariat stratégique avec Avtovaz – plus connue sous la marque commerciale Lada – alors premier constructeur russe. Un plan qui sera renforcé un peu plus tard avec la participation de Nissan.

Nous vous recommandons

Nissan ouvre les commandes de Juke Hybrid à partir de 31 450 euros

Nissan ouvre les commandes de Juke Hybrid à partir de 31 450 euros

Nissan ouvre les commandes de son Juke Hybrid le 1er juin sur le marché français. Les tarifs débutent à 31 450 euros et vont jusqu’à 34 700 euros pour la Première Edition.Nissan s’apprête à ouvrir les commandes de son Juke Hybrid...

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Essai - Audi A8 : grand huit !

Essai - Audi A8 : grand huit !

Lancia cible six pays d’Europe et 50 % de ventes en ligne

Lancia cible six pays d’Europe et 50 % de ventes en ligne

Plus d'articles