Entretien

Hyliko décarbone la production d'énergie et le transport routier

Victoire de Faultrier-Travers
Hyliko décarbone la production d'énergie et le transport routier

Lionel Bertuit, directeur mobilité et hydrogène chez Hyliko.

© Hyliko

Hyliko se donne pour mission de décarboner les flottes de transport routier en Europe en fournissant les camions et les services via une plateforme de mobilité hydrogène à empreinte carbone négative. Rencontre avec Lionel Bertuit, directeur mobilité et hydrogène chez Hyliko. 

 

Décision PL : Dans quel marché évolue Hyliko ?
Lionel Bertuit :
Hyliko est une jeune société française spécialisée dans la fabrication d’hydrogène, le retrofit de camions et le déploiement de stations d’avitaillement. Nous sommes convaincus que l’hydrogène, solution zéro émission, est l’énergie pour atteindre la neutralité carbone du transport à long terme. Avec l’arrivée des ZFE, les transporteurs et gestionnaires de flotte n’auront le choix qu’entre deux ou trois énergies. L’hydrogène vert que nous produisons fait partie des propositions, à l’instar du biogaz ou des carburants de synthèse. Cette énergie aidera également à l’amélioration de l’image du camion. Nous apportons aussi un panel de services dans le modèle « truck as a service », comme la maintenance. D’ici 2030, en Europe, 40% du marché sera zéro émission. Notre ambition est qu’Hyliko capte 10% du marché hydrogène d’ici 2030 (sachant que l’hydrogène verte représenterait environ 5 ou 25% du marché des énergies, ndlr).

Décision PL : Quels sont les aspects positifs de l’hydrogène vert, qui doit bien être différencié de l’hydrogène gris ?
Lionel Bertuit :
L’hydrogène nous paraît être la solution la plus polyvalente, vis-à-vis des contraintes d’utilisation. De plus, si nous nous projetons, le temps de charge sera compris entre 10 et 20 minutes, ce qui est très rapide, pour une autonomie de 400 à 1 000 km. Par ailleurs, nous dépendrons moins de la production de batteries étrangères. Cependant, cela demande de créer toute une filière française et européenne.
De son côté l’hydrogène gris représente plus de 95% de la production. Il y a une réelle bataille à mener pour imposer l’hydrogène vert.

Décision PL : Comment est produit l’hydrogène vert ?
Lionel Bertuit :
L’hydrogène vert est produit à partir de résidus de biomasse, que nous transformons dans notre unité de production. La biomasse est ensuite chauffée (pyrolyse/thermolyse) dans un four à 500 degrés afin de séquestrer l’oxygène présent. Après filtration, il en sort un gaz riche en hydrogène. Le reste, appelé biochar et qui contient 85% de CO2, est ensuite revendu à destination de l’agriculture pour notamment être utilisé comme fertilisant. Le bilan carbone est le point positif, le bois étant considéré comme neutre et le gaz restant sert à alimenter le four.

Décision PL : Quel est le modèle d’Hyliko ?
Lionel Bertuit :
Né il y a trois ans, Hyliko se donne l’objectif de décarboner la production d’énergie et la mobilité par une technique différente et disruptive, une position sur toute la chaîne de valeur, y compris l’usage. Nous sommes les premiers à fournir une offre intégrée de décarbonation à empreinte carbone négative, combinant des camions hydrogène, un réseau de stations hydrogène Supergreen et des crédits carbone.

Décision PL : Quand vous parlez de camions hydrogène, vous parlez de rétrofit ?
Lionel Bertuit :
Exactement, nous travaillons sur des châssis Renault Trucks avec nos ingénieurs, et l’équipement est fourni par un partenaire. Les porteurs et tracteurs (jusqu’à 44 tonnes) seront livrés à partir de la fin de l’année 2023.

Décision PL : Quelle est l’ambition d’Hyliko dans le transport poids lourd ?
Lionel Bertuit :
L’ambition d’Hyliko est de décarboner le transport de marchandises PL et d’être une plateforme de mobilité hydrogène pour les camions. C’est une technologie nouvelle et chère. Par exemple, le TCO est multiplié entre 2,5 et 2,7 fois par rapport au diesel, mais une parité est prévue pour 2028 ou 2030 au plus tard. Nous proposons ainsi des aides au financement, avec des solutions sur 5 ou 10 ans, ou un million de kilomètre.

Décision PL : Que répondez-vous à ceux qui vous reprochent de faire du greenwashing ou que l’hydrogène est dangereux ?
Lionel Bertuit :
Nous ne faisons pas de greenwashing. Hyliko a pour but de lutter contre le changement climatique. Le biochar est par exemple une technique de retenu de CO2, recommandé par le Giec. Chez Hyliko, tout est tracé : crédit carbone audit indépendant, et certifié. Le produit est local et circulaire.
En ce qui concerne la dangerosité, en effet, l’hydrogène est un gaz donc potentiellement explosif. Cependant, cette énergie pèse 20 millions de tonnes dans l’industrie chaque année : la sécurité est maîtrisée. Dans un poids lourds, un plein d’hydrogène ne représente que 40 à 70kg, soit bien moins important qu’un plein de carburant classique.

Décision PL : Vous parlez de plateforme de mobilité. En quoi consiste la partie station d’avitaillement ?
Lionel Bertuit 
: L’objectif d’Hyliko est d’implanter un réseau de stations d’avitaillement, notamment situées en zones péri-urbaines. Ces stations, à destination des véhicules légers, utilitaires et industriels, seront de trois tailles : 400kg par jour (soit le plein pour 10 camions par jour), 800 kg par jour et 2 tonnes (pour 2030). Hyliko va ainsi déployer une centaine de stations, dont une quinzaine en France, et le reste en Europe (Espagne, Belgique, Allemagne, Hollande, Royaume-Uni, Suède, Norvège et Danemark).

Décision PL : Quels sont les autres services proposés par Hyliko ?
Lionel Bertuit :
Lorsqu’un transporteur ou un gestionnaire de flotte achète l’un de nos camions, nous proposons une formation du conducteur, qui comprend : un jour de mise en main de formation au plein, puis nous roulons avec eux. Un mois plus tard, nous proposons un second jour où nous allons en exploitation avec le chauffeur et nous prenons note de ses remarques.

Décision PL : D’ici le passage de la production à grande échelle, suspendue à l’homologation prévue pour l’été 2023 (Crit’Air 0), comment vous préparez-vous ?
Lionel Bertuit :
L’objectif est clairement de prouver qu’Hyliko fonctionne en France, avec un démarrage en carbone négatif. Nous continuons à nouer des partenariats pour le rachat de véhicules pour une offre multimarque, la production de pile et de batterie, avec d’autres producteurs d’hydrogène afin de renforcer la filière et de créer un réseau dense, ou encore avec des transporteurs comme par exemple avec le groupe Berto.

Nous vous recommandons

Volta Trucks prépare la production de ses véhicules pour le premier trimestre 2023

Volta Trucks prépare la production de ses véhicules pour le premier trimestre 2023

Le jeune constructeur de poids lourds 100 % électriques annonce l'achèvement des premières évaluations clients ainsi que la réussite de son tour de financement complémentaire à hauteur de 60 millions d'euros.Volta Trucks vient de...

Mercedes-Benz réalise les premiers essais en altitude de son camion à pile à combustible

Mercedes-Benz réalise les premiers essais en altitude de son camion à pile à combustible

UFI Filters lance un module de filtration innovant pour Mercedes-Benz Truck

UFI Filters lance un module de filtration innovant pour Mercedes-Benz Truck

Iveco officialise son nouveau eDaily et le Nikola Tre

Iveco officialise son nouveau eDaily et le Nikola Tre

Plus d'articles