Hyundai : « Pas de mobilité zéro émission sans hydrogène »

Hyundai : « Pas de mobilité zéro émission sans hydrogène »

Hyundai : « Pas de mobilité zéro émission sans hydrogène »

Après avoir dévoilé sa feuille de route en début de mois, Hyundai a donné hier, mercredi 15 septembre, le top départ de l’évènement « Les mois de la performance hydrogène ». L’occasion pour le constructeur de réaffirmer son engagement envers cette technologie « sans laquelle on n’arrivera pas à atteindre une mobilité zéro émission », selon Lionel French Keogh, président de Hyundai Motor France.

Faisant partie des deux seuls constructeurs à proposer en France un modèle hydrogène, Hyundai mise gros sur cette technologie qui, en réalité, est loin d’être nouvelle mais dont l’industrialisation, elle, est assez récente. Réunissant hier autour d’une table ronde un riche panel d’experts, parmi lesquels des représentants d’Air Liquide, de Faurecia, de France Hydrogène ou encore Bertrand Piccard, ambassadeur du Hyundai Nexo, le constructeur s’est donné pour objectif de démontrer la réalité de l’hydrogène, quelques mois après les annonces du gouvernement en faveur de cette technologie. Ainsi, à la question, « l’hydrogène est-il une alternative crédible pour une mobilité zéro émission ? », la marque coréenne répond « oui » sans aucune hésitation !

Des objectifs ambitieux

 

PNG - 2.8 Mo

Le groupe, auquel elle appartient, annonçait d’ailleurs en début de mois accélérer sur le sujet. À l’horizon 2028, 100 % de ses véhicules utilitaires seront basés sur cette technologie de piles à combustible, dont une nouvelle génération devrait arriver dès 2023. « 7 milliards d’euros vont être investis en R&D et pour la production de 800 000 piles à combustible par an d’ici à la fin de la décennie », a précisé Nabil Nachi, directeur du département développement des véhicules utilitaires hydrogène au Hyundai Motor Europe Technical Center. De quoi faire baisser les coûts de cette mobilité par la massification, alors que le prix d’achat (comptez plus de 80 000 euros pour un Hyundai Nexo, par exemple) reste le premier frein à son développement dans le monde. En cause justement la pile à combustible mais aussi le réservoir, dont « le prix a déjà été divisé par deux depuis 2013 », souligne Damien Buet, vice-président de la division zéro émission de Faurecia. Et d’ajouter : « D’ici à 2030 dans un certain nombre de cas d’usage, par exemple pour le poids lourd, le coût d’usage du véhicule hydrogène sera inférieur à un diesel même si le coût d’achat reste plus élevé. » Mais Hyundai Motor Group souhaite aller bien plus loin et s’est fixé pour objectif de ramener le coût d’un véhicule à hydrogène à hauteur de celui d’un véhicule électrique en moins de 10 ans.

 

Des flottes pionnières pour « montrer l’exemple »

Pour toucher à son but, Hyundai a su bien s’entourer en France et la marque s’appuie notamment sur les territoires, comme la région Auvergne-Rhöne-Alpes très active sur le sujet. Forte d’une concentration exceptionnelle des acteurs de la filière hydrogène sur son territoire à caractère montagneux, les élus à sa gouvernance ont décidé d’en faire une filière d’excellence et lancer le projet Zero Emission Valley, qui ambitionne le déploiement de 20 stations hydrogène et une flotte de 1 000 véhicules. Parmi les entreprises engagées, le Crédit Agricole des Savoie devrait bénéficier d’une station de ravitaillement proche de son site à Chambéry et envisage d’équiper sa flotte de service de 50 % de véhicules hydrogène aux côtés de modèles à batteries. « La mobilité décarbonée est un enjeu crucial en montagne, explique Richard Laborie, directeur général adjoint de la branche du Crédit Agricole. Il est important pour nous d’être exemplaires et de pouvoir donner les bons signaux ». Car comme le dit si bien Bertrand Piccard, explorateur et environnementaliste suisse à l’origine de Solar Impulse et du premier record de distance avec un Hyundai Nexo, « une fois que les premières poules sont engagées, c’est tout le poulailler qui suit. »

Un road-show et un nouveau record

 

PNG - 58.2 ko

Au-delà de l’expertise, Hyundai souhaite davantage démocratiser l’hydrogène auprès du grand public pour, qu’une fois l’infrastructure installée, le consommateur puisse s’approprier rapidement cette technologie. C’est pourquoi la marque organise un road-show du 21 et 25 septembre pour présenter et montrer les performances de son modèle Nexo. C’est dans plusieurs villes de la région Auvergne-Rhône-Alpes, investies sur les solutions de mobilité H2 (Moutiers, Chambéry, Grenoble, Lyon, Clermont- Ferrand), que le SUV viendra démontrer ses qualités. « L’idée est aussi de prouver qu’un véhicule de série fonctionnant à l’hydrogène est capable d’être utilisé au quotidien », précise Hyundai.

 

Enfin, pour conclure en beauté, Bertrand Piccard, accompagné du jeune pilote automobile Adrien Tambay, tentera de remporter un nouveau record au volant du Hyundai Nexo. Cette tentative de record d’endurance sur 6 heures se déroulera le 14 décembre prochain sur le circuit glace de Val Thorens, afin de proposer aux acteurs de la mobilité décarbonée un cadre unique situé à 2 200 mètres d’altitude.

« Pour l’automobile et les autres usages, la question n’est plus de savoir “oui ou non” mais bien “quand”, et nos actions à l’image de nos records démontrent la proximité immédiate de ce quand, souligne Lionel French Keogh. Nexo n’est pas une voiture du futur, c’est une voiture du présent qui domine déjà son marché, près de 6 500 unités dans le monde l’an dernier, un chiffre en progression de 35 % (Source Jato). Déjà parmi les leaders des véhicules électrifiés, Hyundai ambitionne la production de plus de 110 000 voitures à hydrogène par an d’ici à 2025 », conclut le président de Hyundai Motor France.

Nous vous recommandons

Crise des semi-conducteurs : Renault Group évalue les pertes…

Crise des semi-conducteurs : Renault Group évalue les pertes…

Alors que le constructeur tricolore vient de publier ses résultats financiers pour le troisième trimestre, enregistrant un chiffre d’affaires en repli de 13,4 %, Renault Group évalue sa perte de production automobile liée au manque de...

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Plus d'articles