Hyundai veut vendre plus de 1,8 million de voitures électriques par an d’ici à 2030

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Hyundai veut vendre plus de 1,8 million de voitures électriques par an d’ici à 2030

Hyundai Motor Company va investir plus de 71 milliards d'euros d'ici à 2030, dont 14,5 milliards d'euros sur le véhicule électrique.

© Hyundai

Lors de sa journée des investisseurs, Hyundai Motor Company a précisé sa nouvelle feuille de route pour accélérer l’électrification de ses modèles à l’échelle mondiale à un horizon 2030. Au programme, 17 nouveaux véhicules 100 % électriques, 11 pour Hyundai et 6 pour Genesis, et un investissement strictement EV de 14,5 milliards d’euros.

À l’occasion de ses rencontres avec les investisseurs organisées le 2 mars dernier, Jaehoon Chang, président-directeur général de Hyundai Motor Company, a précisé le plan d’électrification du groupe se projetant vers le jalon calendaire de 2030.

D’ici à 2030, Hyundai compte vendre annuellement 1,87 million de véhicules électriques dans le monde (pour mémoire, le précédent jalon était de 560 000 unités en 2025), pour s’assurer une part de marché de 7 % dans ce périmètre. Pour y parvenir, le portefeuille de produits va être notablement étoffé, avec 17 nouveaux modèles 100 % électriques (BEV), 11 pour Hyundai et 6 pour la marque premium Genesis. Pour cette catégorie de véhicules, le groupe veut dégager une marge opérationnelle de 10 %, a minima.

Un feu d’artifice de dix nouveaux SUV

Pour Hyundai, Jaehoon Chang précise que trois nouvelles berlines seront lancées, ainsi que six SUV, un véhicule utilitaire léger, et un modèle d’un nouveau type. En 2022, la Ioniq 6 est déjà très attendue, tandis que Ioniq 7 est programmé en 2024.

Pour Genesis, il y aura quatre SUV, dont le GV70 qui sera commercialisé cette année, et deux autres modèles. À partir de 2025, tous les nouveaux modèles de la marque premium seront électrifiés.

Standardisation des châssis, des batteries, des moteurs

La feuille de route de Hyundai comprend aussi un important volet industriel et son centre d’innovation de Singapour va notamment proposer une nouvelle plateforme en 2025 (IMA pour « Integrated Modular Architecture »). Au-delà de l’électrification, cette plateforme sera très avancée pour l’autonomisation de la conduite, la connectivité, sans oublier l’enjeu industriel du jumeau numérique. Elle doit permettre de réduire significativement les coûts via une forte standardisation du châssis, mais aussi des packs batteries et des moteurs.

Une nouvelle usine pour véhicules électriques est à l’étude pour venir compléter un réseau déjà bien structuré entre Corée du Sud, République tchèque et Singapour. Simultanément, Hyundai Motor Company diversifie son sourcing pour la fabrication des batteries et multiplie les partenariats dans plusieurs régions du monde. Si les flux d’approvisionnements sont sécurisés jusqu’à 2023, Hyundai veut porter sa capacité à 170 GWh pour les batteries de ses deux marques d’ici à 2030. L’innovation de rupture n’est pas oubliée et les recherches sur les batteries solides sont aussi à l’agenda.

30% du chiffres d'affaires via les activités liées au software

Enfin, comme ses concurrents, Hyundai Motor veut poursuivre sa mue en « tech company », ce qui passe naturellement par de lourds investissements sur le software. « Nous allons lancer les mises à jour OTA (« Over the air ») cette année et tous les modèles du groupe en bénéficieront d’ici à 2025 », indique Jaehoon Chang, tout en promettant une diminution d’un tiers du nombre d’ECU d’ici à 2030.

Concernant l’autonomisation de la conduite (HDP pour « Highway driving pilot »), Hyundai donne quelques rendez-vous : la Genesis G90 proposera le niveau 3 de conduite autonome au second semestre de 2022, tandis que The Motional, sa coentreprise avec Aptiv, mettra à la route un robot-taxi de niveau 5, sur la base d’une Ioniq 5, en 2023 avec des premières applications commerciales en partenariat avec Uber Eats.

Sur le développement des logiciels, des traitements de la donnée et des services de mobilité, de nombreuses précisions seront apportées ultérieurement.

Quelque 10 milliards d’euros seront investis dans ce vaste périmètre et Hyundai Motor Company estime que les activités liées au software représenteront 30 % de son chiffre d’affaires après 2030.

Nous vous recommandons

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir 2,3 milliards d'euros dans une usine de batteries aux États-Unis

Stellantis et Samsung SDI vont investir plus de 2,3 milliards d'euros dans une coentreprise pour la construction d'une usine de production de batteries pour véhicules électriques à Kokomo dans l’Indiana,aux États-Unis. Cette annonce...

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Florian Huettl est le nouveau CEO d’Opel

Toyota de nouveau contraint à tailler dans sa production automobile mondiale

Toyota de nouveau contraint à tailler dans sa production automobile mondiale

Essai - Audi A8 : grand huit !

Essai - Audi A8 : grand huit !

Plus d'articles