Hyundai confirme sa bonne santé avant l'arrivée de la Ioniq 6

Hyundai confirme sa bonne santé avant l'arrivée de la Ioniq 6

La Ioniq 6 sera commercialisée dans une série limitée "First Edition".

Depuis le lancement de la Ioniq 5 l’année dernière, Hyundai ne cesse d’affirmer sa rupture en matière de design pour ses nouveaux véhicules électriques. De manière générale, les ventes du constructeur se portent bien malgré une production tendue. Les véhicules électrifiés devraient représenter 88 % du volume de ventes globales en 2022 sur un marché automobile à 41 % et 18,8 % pour 100 % électrique.

Passer du « bon suiveur au précurseur ». À l’occasion de la présentation de la berline électrique Ioniq 6, Lionel French Keogh, président de Hyundai France, n’a cessé d’insister sur le changement de statut de la marque coréenne. Cette dernière s’est engagée dans une démarche de leadership technologique, là où elle avait auparavant tendance à suivre le marché. C’est la raison pour laquelle jusqu’à 2030, Hyundai va investir 14 milliards d’euros dans l’électromobilité, sur les 71 milliards alloués à la recherche et au développement. La robotique, l’hydrogène (10 000 unités Hyundai ont été vendues dans le monde en 2021 sur les 15 000 au total) et les véhicules électriques sont autant de leviers pour y parvenir. Hyundai s’est d’ailleurs fixé pour objectifs de produire et de livrer 500 000 VE en Europe en 2030 et détenir 7 % du marché mondial des VE à la même date.

Des parts de marché en progression

En termes de volume, le groupe Hyundai est le troisième constructeur mondial, derrière le groupe Volkswagen et Toyota mais devant le groupe Stellantis. Depuis janvier 2022, l’entité a livré 263 005 véhicules en Europe, récoltant une part de marché en hausse de 4,7 % sur le Vieux Continent et de 3,1 % en France. Face à un contexte de production difficile où les prévisions sont réalisées mensuellement et non plus au semestre, le dirigeant table sur un atterrissage global autour des 50 000 véhicules neufs pour 2022 en France (35 305 unités à fin septembre). La part de marché devrait là aussi dépasser les 3 % (3,02 % à fin septembre). Sur le canal des particuliers, la marque devrait atteindre les 4,05 % de part de marché contre 2,7 % pour les entreprises. Une bonne cuvée pour Hyundai qui voit ces deux canaux progresser.

Lancement de la Ioniq 6

Avant de basculer vers une année 2023 qui promet son lot de nouveautés dans la gamme (nouveaux produits et restylages), la fin de l’exercice en cours est très attendue avec l’arrivée dans le réseau de la Ioniq 6. Cette dernière vient d’ailleurs soutenir ce repositionnement de « précurseur » évoqué par Lionel French Keogh. Comparable à la Ioniq 5 en matière de motorisation, d’équipements et peut-être même de prix (la grille tarifaire encore non officielle pourrait également s’échelonner entre 45 000 et 65 000 euros), la berline électrique se montre néanmoins plus performante avec une autonomie qui grimpe de 100 kilomètres pour atteindre 614 kilomètres avec une seule charge. Équipée de la même batterie (77,4 kWh), cette prouesse ne résulte que de l’aérodynamisme de la berline qui affiche un coefficient de pénétration dans l’air de 0,21. Son habitacle est aussi plus spacieux, avec une colonne centrale intégrale et des portières dénuées de commandes. Les rétroviseurs caméras sont toujours disponibles en option pour 800 euros environ.

Une série limitée

Le lancement de ce modèle est accompagné par la commercialisation d’une série limitée First Edition disponible sur cinq marchés, à savoir la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Norvège et les Pays-Bas. 2 500 unités de cette édition spéciale leur seront allouées, dont 250 pour les clients français. Ceux-ci pourront réserver leur exemplaire à compter de l’ouverture des pré-commandes qui aura lieu le 3 novembre prochain. Hyundai anticipe une répartition à parts égales entre particuliers et entreprises. Une fois cette première phase commerciale achevée, Lionel French Keogh espère obtenir pour la France 2 000 unités de la gamme dite « standard » en 2023.

Nous vous recommandons

La direction industrielle de Renault Group change de visage avec Thierry Charvet

Nomination

La direction industrielle de Renault Group change de visage avec Thierry Charvet

Thierry Charvet, actuellement directeur qualité, a été promu directeur industriel et qualité du groupe Renault à compter du 15 janvier 2023. De ce fait, il succèdera à José Vicente de los Mozos et sera rattaché à Luca de Meo, CEO...

Où va Lancia ?

Où va Lancia ?

Tesla ouvre son plus grand centre français à proximité de Paris

Tesla ouvre son plus grand centre français à proximité de Paris

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Enquête

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Plus d'articles