Il n'y a pas que les objets qui sont connectés !

Stéphane Colin

Sujets relatifs :

Il n'y a pas que les objets qui sont connectés !

Il n'y a pas que les objets qui sont connectés !

J’ai assisté dernièrement à une conférence de Carlos Ghosn. Il est toujours intéressant d’écouter de tels acteurs de l’industrie qui représentent un poids économique important et pas uniquement à l’échelle de notre pays.

Ces grands patrons ont toujours des points communs. Avec un langage simple accessible à tous, ils déclinent leur stratégie de façon très limpide sans, bien sûr, tout nous dévoiler. Pour eux, le futur paraît déjà en grande partie tracé. Ils ont mis en place une organisation qui leur permet d’avoir à disposition des « voyants » - mais scientifiques - dont le métier est de chercher tous azimuts les découvertes technologiques qui influenceront leur domaine et dont les conséquences prévisibles sont à intégrer à la stratégie en cours, pour être dans le marché.

Selon Carlos Ghosn, il ne sert à rien de proposer une technologie nouvelle, sur un marché pas encore mûr. Ce point de vue est certes discutable, car il sous-entend d’accepter pour toute entreprise reconnue de ne pas être un leader technologique, ce qui peut influencer son image (voir Apple, par exemple) paraît pertinent. À l’inverse, cela signifie, lorsque le marché est là, d’être prêt à le satisfaire et donc d’avoir une très grande réactivité. Là, réside un point important car on se situe dans une logique industrielle et non pas seulement conceptuelle celle souvent rencontrée dans nos entreprises françaises.

On ne conçoit pas un produit pour assumer l’ego de l’entreprise, il doit se vendre. Suivre le marché avec le bon timing et les produits correspondant à l’attente du moment est une des clés du succès. Le succès de Dacia peut être critiqué (que ne critique-t-on pas chez nous ?) mais ce « produit » low-cost arrivant au bon moment de la crise a rempli sa mission. Il a rempli un segment de marché à la croisée des chemins entre l’argument prix avec la crise et le fait pour certains que la voiture n’est plus un élément de reconnaissance sociale. Et ce groupe automobile a été le premier à ouvrir la brèche dans ce secteur industriel.

« Le futur de l’automobile sera connecté, c’est certain », déclare Carlos Ghosn. En tout cas, il a développé son groupe au niveau mondial, global comme on dit, en adaptant son outil industriel au besoin du marché, cela prouve qu’il est, lui, bel et bien connecté sur la réalité, et cela est un exemple à méditer !

Stéphane Colin (colinstephane1@gmail.com ) est membre de Team Auto

Nous vous recommandons

Les véhicules hybrides rechargeables apprivoisent les ZFE

Les véhicules hybrides rechargeables apprivoisent les ZFE

Face au durcissement des contraintes environnementales et des réglementations, les constructeurs automobiles sont force de proposition pour apporter des solutions automatisées aux conducteurs afin de les laisser prendre la route «...

[Vidéo] Pour Michelin, le pneu 100 % durable c’est pour 2050

[Vidéo] Pour Michelin, le pneu 100 % durable c’est pour 2050

Volkswagen travaille sur le châssis du futur

Volkswagen travaille sur le châssis du futur

Kia vise la neutralité carbone à l’horizon 2045

Kia vise la neutralité carbone à l’horizon 2045

Plus d'articles