Industrie automobile : l'e-mobilité au cœur des stratégies de croissance à l'horizon 2019

Christophe CARIGNANO

Sujets relatifs :

Industrie automobile : l'e-mobilité au cœur des stratégies de croissance à l'horizon 2019

Industrie automobile : l'e-mobilité au cœur des stratégies de croissance à l'horizon 2019

D’après la 15e édition de l’étude internationale de KPMG sur le secteur automobile, il ressort que 77 % des dirigeants estiment que les constructeurs deviennent progressivement des fournisseurs de solutions de mobilité. Rappelons qu’à l’occasion de cette étude, KPMG interroge, chaque année, environ 200 dirigeants de l’industrie automobile mondiale pour recueillir leur opinion sur les perspectives et les tendances du secteur. L’échantillon couvre 28 pays et l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur (constructeurs, équipementiers de rang 1, 2 et 3, distributeurs). Ces derniers ont été interrogés entre les mois de juillet et d’août 2013.

Pour 54 % des dirigeants interrogés, les personnes âgées de moins de 25 ans ne souhaitent plus être propriétaire de leur véhicule. La même tendance se dessine pour les seniors. La propriété n’est donc plus une fin en soi et ce mouvement est encore plus marqué au sein des BRIC, où les dirigeants interrogés estiment que seulement 28 % des moins de 25 ans considèrent comme important d’être propriétaire de leur véhicule.

À noter aussi que les constructeurs des BRIC sont deux fois plus nombreux à croire en l’avènement de la voiture sans conducteur (23 %) que ceux de la Triade (11 %). 76 % des dirigeants interrogés considèrent la convergence des technologies (mécanique, électronique, génie logiciel) comme étant un pré-requis stratégique indispensable au développement de la voiture sans conducteur (contre 50 % en 2013).

« Au plan mondial, la concentration de la population dans les grands centres urbains oblige à penser la voiture différemment. À terme, l’utilisateur n’achètera plus une voiture mais un service, et le développement de véhicules sans conducteur sera un facteur puissant d’accélération de cette transformation. La possibilité de demander à être pris en charge à tout moment et en tout lieu par un véhicule autonome rend inutile d’en être propriétaire. La voiture autonome peut ainsi être vue comme l’étape finale de la transformation de l’automobile en service », souligne Laurent des Places, associé KPMG, responsable du secteur automobile en France.

Pour 76 % des dirigeants interrogés, l’amélioration des performances du moteur thermique traditionnel reste un sujet clé pour le secteur. Tandis que 46 % d’entre eux jugent qu’il s’agit d’une priorité d’investissement pour les grands constructeurs dans les cinq prochaines années, devant l’hybride rechargeable (16 %), l’hybride non rechargeable (11 %), la pile à combustible (10 %), et les autres solutions électriques.

L’avenir passe par la pile à combustible

69 % des dirigeants interrogés voient dans les piles à combustible une technologie clé pour le futur. 35 % considèrent que l’hybride rechargeable va attirer la plus forte demande d’ici à 2019 et 77 % estiment que le véhicule électrique va se démocratiser si les prix sont revus à la baisse et s’il y a une augmentation des offres de services associés (réseaux de distribution, réparation...). D’ici les quinze prochaines années, les ventes de véhicules électriques devraient atteindre 4 millions d’unités en Chine, 2 millions aux États-Unis et en Europe occidentale, et près de 1 million en Inde.

Selon Laurent des Places, « les constructeurs des BRIC investissent largement dans le véhicule hybride perçu comme une transition vers le tout-électrique. Tirés par la Chine, ils se concentrent sur les technologies nouvelles plutôt que de concurrencer les pays occidentaux sur les technologies d’aujourd’hui. La commercialisation de batteries significativement plus performantes reste indispensable au développement du marché du véhicule tout-électrique. »

Cette étude fait ressortir enfin que la croissance des volumes et le leadership technologique restent les deux piliers de l’industrie automobile. Si bien que 84 % des dirigeants du secteur placent cette année la croissance organique au cœur de leur stratégie (contre 65 % en 2013). Les partenariats et alliances stratégiques, ainsi que le maintien d’une position forte dans la chaîne de valeur du secteur, restent une priorité pour 77 % des dirigeants interrogés.

Près de 9 constructeurs automobiles sur 10 misent, en effet, sur le développement de nouveaux produits et la conquête de nouveaux marchés pour générer de la croissance à l’horizon 2019. La diversification du portefeuille-produits est considérée comme un facteur crucial par 80 % des dirigeants interrogés (contre 63 % en 2013).

Nous vous recommandons

Viaxel devient Sofinco Auto Moto Loisirs

Viaxel devient Sofinco Auto Moto Loisirs

A partir du 6 décembre 2021, la marque Viaxel spécialisée dans le financement automobile s’efface au profit de Sofinco avec comme baseline Auto Moto Loisirs. Un rattachement à la filiale du Crédit Agricole qui renforce l’image du...

L’employabilité au centre des attentes des candidats

Chronique

L’employabilité au centre des attentes des candidats

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici à 2035

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici à 2035

Achat d’une voiture d’occasion : quelles sont les démarches à effectuer ?

Publi-redactionnel

Achat d’une voiture d’occasion : quelles sont les démarches à effectuer ?

Plus d'articles