Inflation des prix de l'énergie : grande inquiétude au sein des services automobiles

Inflation des prix de l'énergie : grande inquiétude au sein des services automobiles

Xavier Horent, délégué général de Mobilians.

© Mobilians

La rentrée 2022 est placée sous le signe de l'inflation des prix de l'énergie. Le gouvernement a annoncé un plan de sobriété qui ne va malheureusement pas résoudre les importantes augmentations de prix de l'électricité et du gaz. Entretien avec le délégué général de Mobilians qui s'est emparé de ce dossier depuis le printemps, tant l'ensemble des services automobiles seront touchés à l'occasion de cet hiver 2022. 

Auto Infos : Comment évaluez-vous cette rentrée de septembre 2022 ?  

Xavier Horent : Lors des universités d’été du Medef en début de semaine, il est à noter que pour la première fois, la préoccupation de la transition écologique passe devant la fiscalité chez les chefs d’entreprise. Ce mouvement est significatif et atteste de la volonté des entrepreneurs de se placer du côté des solutions. Malgré des indices économiques parfois très perturbés selon les secteurs, le moral résiste, pour le moment, l’inquiétude se concentrant sur les économies d’énergie, l’inflation, les pénuries de matières premières et les difficultés de recrutements. L’horizon reste globalement particulièrement incertain, illisible.

Les entreprises n’ont pas attendu les annonces du gouvernement pour commencer à prendre des initiatives pour rechercher une indispensable sobriété énergétique. Mais toutes ne seront pas logées à la même enseigne, selon notamment leurs systèmes de production. C’est un véritable électrochoc et ce point sera donc particulièrement critique dans les mois qui viennent, à la fois dans l’industrie mais aussi dans un certain nombre de secteurs tels que, par exemple, les ateliers et la carrosserie-peinture.

« Les prix du gaz et de l'électricité multipliés par 10 » 

Les prix du gaz et de l’électricité ont été multipliés par 10 depuis six mois et par 2 depuis la fin du mois de juillet. Cette hausse des prix est hallucinante, à plus de 1 000 euros le mégawattheure (pour livraison l’année prochaine) contre 85 euros avant la crise. La situation peut être rapidement intenable et nous attendons les orientations issues du conseil de défense ainsi que les confirmations de Bercy quant à l’adaptation indispensable des dispositifs d’accompagnement des factures énergétiques pour les ETI, PME et TPE qui ne disposent pas de tarifs régulés ou préférentiels et dont les contrats arrivent à terme.

Auto Infos : Quelles actions Mobilians a-t-il mis en place 

Xavier Horent : Les contacts pris par Mobilians dès le printemps 2022 avec les fournisseurs d’énergies se révèlent à ce stade infructueux, compte tenu de l’incapacité de ces derniers à pouvoir garantir quoi que ce soit au stade actuel. C’est alarmant, et les provisions passées par certaines entreprises pour 2023 sur leurs postes de gaz et d’électricité donnent la mesure des tensions et des risques sur l’activité et l’emploi. L’hiver et le premier trimestre 2023 mettront les consommateurs et les entreprises à très rude épreuve ; « winter is coming ».

Auto Infos : Quid des éventuels rationnements ? 

Xavier Horent : L’hypothèse de rationnements et de délestages est officiellement envisagée. C’est le résultat de l’aveuglement des pouvoirs publics qui, par idéologie et par légèreté, ont délibérément affaibli le nucléaire. Ce cauchemar est un véritable scandale. Qui peut croire qu’un plan de sobriété qui impose, dans l’urgence, aux ménages et aux entreprises de moins consommer ne va pas plomber une croissance déjà fragile ? Allons-nous devoir supporter un confinement énergétique faute de vision stratégique et de gestion avisée du service public de l’électricité dont le prix était il y a encore peu un facteur de compétitivité pour les entreprises françaises ?

« Les factures d'énergie : une bombe à retardement » 

Auto Infos : Êtes-vous inquiet pour la filière automobile ? 

Xavier Horent : Les factures d'énergies sont une bombe à retardement, dans un contexte où le gouvernement sera par ailleurs contraint à faire des choix très rapidement sur la pérennité du bouclier tarifaire et donc sur la soutenabilité du « quoi qu’il en coûte » en 2023 – non compatible avec les objectifs de redressement des finances publiques. Sobriété énergétique et sobriété budgétaire vont de pair. Il devrait en être de même pour la sobriété législative et réglementaire ! Ce qui ajoute à l’incertitude de ce moment de bascule, c’est une certaine décorrélation dans les débats publics entre la « militance » et la compétence, alors que la question énergétique, couplée à celle du climat, est d’une complexité vertigineuse. Il y a une obligation de s’instruire et d’agir à partir d’une vision stratégique très solide, plutôt que s’obséder à résoudre l’équation à partir d’affects, pour ou contre le nucléaire, pour ou contre telle ou telle énergie – sans parler des modes déplacements !

La confusion dans l’opinion publique est immense, et la fébrilité de la communication publique n’aide pas vraiment à clarifier et à stabiliser la trajectoire, entre la réouverture des centrales à charbon ou l’interdiction certes transitoire de la recharge des véhicules électriques en Californie…

Faudra-t-il également rationner demain la recharge des véhicules électriques, dont la facture risque de faire disjoncter leurs utilisateurs ou les réseaux ? Cette imprévoyance apparaît comme une faute lourde, au moment où tout est exigé de la part de certaines filières – telles l'automobile – pour réussir à marche forcée une transition écologique dont les moyens nous échappent. Le climat économique et social risque de devenir électrique lorsque les entreprises et la population vont réaliser l’impact considérable de cette hyper-inflation. Comme quoi, notre position qui consiste à penser que la neutralité technologique, c’est-à-dire la libre compétition des technologies disponibles selon leurs coûts publics respectifs, reste entièrement d’actualité. Quoi qu’il en soit, cette crise énergétique dont on peut craindre qu’elle se transforme en crise économique, rebat, à nouveau, les cartes du mix énergétique et de l’évolution du parc automobile circulant. La perspective de la parité des prix entre le thermique et l’électrique s’éloigne un peu plus dans le temps, et pose clairement la question de la soutenabilité des objectifs fixés par l’Union européenne au début de l’été. Les réalités, toutes extrêmement complexes, sont bornées. Il faut donc les traiter avec lucidité et pragmatisme en évitant les excès des fuites en avant.

Auto Infos : Quelle analyse faites-vous des immatriculations françaises en août 2022 ?  

Xavier Horent : Une lueur dans le crépuscule à six semaines du Mondial de Paris. Avec 3,79 % de hausse en août, le marché évite un quinzième mois consécutif désastreux mais suit une trajectoire balisée d’incertitudes et sans dynamique. Par rapport à août 2019, août 2022 est à - 29,28 % et au cumul - 33,86 %… Tout un symbole, les immatriculations électriques sont au niveau des immatriculations des véhicules diesel… alors que les modèles de production, de recharge et donc d’utilisation des véhicules électriques peuvent totalement changer. Les prises de commande de VP se contractent sur les huit premiers mois de l’année, et pâtissent des retards de livraison, mais aussi d'un indice des prix des automobiles neuves qui continue d’augmenter sur 1 an (+ 7,4 % en juillet).

Auto Infos : Le marché de l’occasion n’est pas en danger faute de stock ?

Xavier Horent : Le marché de l’occasion reste proche de ses meilleures performances historiques. Les véhicules essence de plus de 15 ans restent très demandés… ce qui est totalement orthogonal avec la perspective de l’instauration des ZFE… autre impasse que les politiques devront là encore trancher d’une manière ou d’une autre avant de se retrouver face aux échéances et face au mur.

L’enlisement en Ukraine, l’hyper-inflation, la persistance de la pénurie de semi-conducteurs et les très graves hypothèques sur la politique énergétique sont autant de facteurs cumulatifs qui pèseront sur le niveau de confiance des ménages et des entreprises.

« Sans le moteur de la confiance, le rationnement est hélas inéluctable »

Auto Infos : Comment aborder les prochains mois ? 

Xavier Horent : Sans le moteur de la confiance, le rationnement – pas seulement sur les lignes de production – est hélas inéluctable, et interroge les choix politiques effectués dans certaines agglomérations françaises et par l’Europe au moment où les marques chinoises médiatisent leurs offensives.

Rendez-vous à #CONNECT Europe à Barcelone avec nos partenaires d’Autos Infos et ses lecteurs pour donner, à l’instar du Medef lors de ses universités d’été, une dimension européenne au décryptage de cette actualité. D’autres grands événements sont à suivre, tels que le Mondial de Paris, bien entendu, mais aussi le salon Drive to Zero en avril 2023 dont nous sommes partenaires. Nous en attendons beaucoup car la profession projette d’être un puissant levier de réussite de la transition écologique. Les difficultés seront immenses, mais les optimistes voient toujours une opportunité dans chaque difficulté. Abordons donc cette rentrée avec réalisme et pragmatisme, apportons de nouvelles solutions, c’est l’ADN des acteurs de l’automobile et de Mobilians. Et nous aurons aussi la Coupe du monde de rugby en France, ce sport génial rappelant trois choses simples : les rebonds sont très aléatoires, les essais se transforment, et rien ne crée sans un très solide esprit d’équipe.

Nous vous recommandons

Toosla confirme sa forte croissance

Toosla confirme sa forte croissance

Spécialiste de la location de voitures de courte durée, Toosla vient de publier des résultats financiers consolidés de bonne facture au titre du premier semestre 2022. Le chiffre d’affaires est en progression de 81 % et dépasse le...

Le Mondial de l'Automobile n'oublie pas les visiteurs BtoB

Événement

Le Mondial de l'Automobile n'oublie pas les visiteurs BtoB

Avec l’EX90, Volvo promet de repousser les limites pour plus de sécurité

Avec l’EX90, Volvo promet de repousser les limites pour plus de sécurité

Leasing social : « Ne laisser personne sur le bas-côté de la transition des mobilités », selon Xavier Horent (Mobilians)

Leasing social : « Ne laisser personne sur le bas-côté de la transition des mobilités », selon Xavier Horent (Mobilians)

Plus d'articles