Journée de la filière automobile : Bruno Le Maire invite la filière à jouer collectif

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Journée de la filière automobile : Bruno Le Maire invite la filière à jouer collectif

Bruno Le Maire a laissé entendre que le gouvernement allait continuer à baisser les impôts de production.

© Bercy photo Gezelin Gee

S’il n’y a eu aucune annonce officielle de Bruno Le Maire à l’occasion de la Journée de la filière auto, signe que le temps présidentiel s’impose, le ministre de l’Économie et des Finances a néanmoins appelé la filière à plus de solidarité et à une démarche de relocalisation focalisée sur la valeur ajoutée.

En introduction, Bruno Le Maire cherche à détendre l’atmosphère, tout en rappelant sans détour que la séquence de l’élection présidentielle de 2022 est bel et bien ouverte : « Si j’étais un peu taquin, cher Luc Chatel, si vous voulez de la stabilité, reconduisez-nous cinq années supplémentaires ». Avant de rappeler son attachement à l’automobile, « au risque d’être une nouvelle fois moqué » et d’asséner sa conviction que le secteur appartient à la culture française.

Bruno Le Maire tient à féliciter Luc Chatel, ayant pleinement conscience que la filière automobile n’est pas la plus facile. En effet, il y a des frictions entre donneurs d’ordres et sous-traitants.

« Nous avons une ligne sur laquelle nous n’avons pas varié et nous voulons une reconquête industrielle en France, qui inclut l’automobile », expose-t-il. Et de poursuivre : « Nous avons baissé l’impôt sur les sociétés, y compris pour les PME. Nous avons baissé les impôts sur le capital. Nous avons baissé les impôts de production de 10 milliards d’euros au début de cette année et nous irons plus loin pour continuer à réduire l’écart avec certains de nos voisins, l’Allemagne en tête. Autant de promesses tenues ».

Le ministre n’élude pas la question de la pénurie de composants électroniques qui questionne pourtant fortement la gestion de l’indépendance de la France sous l’angle des approvisionnements : « On ne va pas continuer à faire la manche pour trouver des semi-conducteurs dont nous avons besoin pour nos avions, nos voitures. Nous allons trouver une issue à cette situation de dépendance ».

Bruno Le Maire assure ensuite que le gouvernement va continuer à soutenir la filière automobile. Il y a eu le plan diesel, un plan de reconversion, puis le volet automobile de France Relance (Coram, FAA, etc.) et de nouvelles précisions que le président de République apportera prochainement : « Le troisième étage de la fusée reste à venir ».

Désormais, la vitesse d’exécution est aussi mise en avant ! « Il faut aller vite, les annonces de Tesla de ce matin (ndlr : le 26 octobre 2021, Hertz annonçait une commande de 100 000 Tesla et la valorisation boursière de Tesla explosait) ne sont pas passées inaperçues. Les décisions de la Chine sur les matières premières non plus. Il nous faut aller pied au plancher, une franche accélération est nécessaire par rapport au continent américain et au continent chinois. Une seule stratégie s’impose : foncer, foncer, foncer ».

Mais avec lucidité et précision, selon trois orientations claires :

  • S’accorder pour relocaliser les grandes chaînes de valeur en France : « C’est une contrepartie à notre soutien que je vous demande avec gravité. De notre côté, nous tiendrons nos engagements, je vous le répète. Délocaliser n’est plus une bonne solution pour vous, surtout avec la taxe carbone à venir et au regard des ruptures de supply chain que nous venons de vivre. L’objectif est de relocaliser ce qui porte de la valeur ajoutée ».
  • Mettre en exergue plus de solidarité au sein de la filière : « En clair, améliorer les relations entre les grands donneurs d’ordre et les sous-traitants. La vérité, c’est que ça ne va pas. Nous devons pouvoir faire mieux tous ensemble. Je comprends que la compétition est féroce, mais il faut respecter des règles et faire montre de plus de solidarité ».
  • Accorder un soin particulier aux sites industriels les plus menacés comme les fonderies.

Nous vous recommandons

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici 2035

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici 2035

Toyota Motor Europe vient de présenter sa stratégie globale jusqu’en 2035 dans le cadre du Kenshiki Forum. Un engagement vers la neutralité carbone qui passera par le développement des véhicules zéro émissions, qu’ils soient à...

02/12/2021 | FleetToyota
Achat d’une voiture d’occasion : quelles sont les démarches à effectuer ?

Publi-redactionnel

Achat d’une voiture d’occasion : quelles sont les démarches à effectuer ?

Nissan augmente la superficie de son parc solaire britannique

Nissan augmente la superficie de son parc solaire britannique

Une nouvelle batterie sur DS 9 E-Tense 250

Une nouvelle batterie sur DS 9 E-Tense 250

Plus d'articles