L’ACEA demande à l’Europe de la « cohérence » entre les objectifs CO2 fixés et le réseau de recharge

Clotilde Gaillard

Sujets relatifs :

, ,
L’ACEA demande à l’Europe de la « cohérence » entre les objectifs CO2 fixés et le réseau de recharge

Fin janvier, le directeur général de l'ACEA, Eric-Mark Huitema, s’est agacé de « l'écart divergent entre le niveau d'ambition des objectifs en matière de CO2 et d'infrastructures », appelant ainsi les décideurs de l'UE à « convenir d'un ensemble cohérent de mesures ». 

Éviter de mettre la charrue avant les bœufs. Voilà en substance ce que l’association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), par la voix de son DG, requiert de la part des instances européennes. Et ce n'est pas la première fois que l'organisme interpelle Bruxelles...

7 millions de chargeurs minimum pour 2030

La très ambitieuse proposition de la Commission d'une réduction de 55 % des émissions de CO2 d'ici 2030 ne serait en effet réalisable « qu'avec une montée en puissance massive des infrastructures pour atteindre un total de quelque 7 millions de chargeurs, contre 3,9 millions comme proposé par la Commission et un peu plus de 200 000 disponibles aujourd'hui » souligne Eric-Mark Huitema, soucieux de voir les conducteurs européens, de plus en plus nombreux à adopter des véhicules électriques, accompagnés au mieux dans leurs besoins d’itinérance.

Or, « aller vers un objectif de CO2 beaucoup plus élevé pour 2030, comme le propose le rapporteur nommé pour Parlement européen, Jan Huitema [hasard des noms, les deux hommes n’ont aucun lien de parenté, ndlr] signifierait que même ces 7 millions de chargeurs ne suffiraient pas. » En somme, si le niveau d'ambition des objectifs de CO2 de l’UE doit se trouver modifier, il doit se retrouver proportionnellement dans les attentes en matière de déploiement des bornes de recharge au sein de l’Europe. Une condition sine qua non pour ne perdre personne en route.

Le risque d’une déstabilisation sociale

Car, comme le note l’ACEA, si les décideurs européens continuent de changer d'avis sur les objectifs de réduction des émissions de carbone tous les deux ans, cela pourrait engendrer de graves troubles sociaux. Au-delà de veiller à l’accès pour tous les citoyens à des véhicules « propres » et abordables, il faut aussi prendre en compte que l’accélération des objectifs CO2 « nécessitera une gestion prudente et socialement acceptable des changements dans la main-d'œuvre et un plan de « transition juste » pour la requalification des personnes », avertit l’ACEA. De ce fait, il faudrait donner aux constructeurs automobiles ainsi qu’à leurs fournisseurs, « qui comprennent de nombreuses PME, la possibilité de s'adapter à temps afin d'éviter d'importantes pertes d'emplois », fait falloir l’association.

Prendre le temps de raisonner ?

Soutien indéfectible des fabricants automobiles, l’ACEA expose aussi que « le changement suggéré à l'objectif à venir de 2025 ne laisserait tout simplement pas assez de temps pour s'adapter en raison des cycles de développement et de production des véhicules, qui peuvent aller de quatre à onze ans » et appelle donc à ce qu’ils demeurent inchangés. « Nous croyons fermement qu'un objectif de 2035 devrait être fixé dans le cadre de l'examen de 2028, plutôt que maintenant. Il est tout simplement trop tôt aujourd'hui pour fixer un objectif de réduction de 100 % de CO2 [alors qu’]il y a encore beaucoup trop de questions ouvertes [comme] quel type de technologies révolutionnaires arriveront sur le marché d'ici 2035 ? », assène Eric-Mark Huitema. Pour autant, l’urgence climatique laisse-t-elle encore ce luxe de la réflexion ? Le temps ne semble en effet plus aux interrogations mais aux actions, et il va sans dire que celles-ci doivent être réalistes.

Nous vous recommandons

Plan de mobilité : wever s'occupe de tout !

Plan de mobilité : wever s'occupe de tout !

La start-up, créée dans le sud de la France en 2015, met à disposition des collectivités et des entreprises une plateforme de mobilité basée sur l'intelligence artificielle leur permettant d'établir un diagnostic et de mettre...

Advenir : nouvelle prime pour la location courte durée mais fin d'aide à la recharge pour les salariés

Advenir : nouvelle prime pour la location courte durée mais fin d'aide à la recharge pour les salariés

Les vélos cargos ont maintenant leur GPS adapté

En bref

Les vélos cargos ont maintenant leur GPS adapté

Engie Solutions complète les infrastructures de recharge de Vinci Autoroutes

Engie Solutions complète les infrastructures de recharge de Vinci Autoroutes

Plus d'articles