L’ACEA table désormais sur un marché automobile européen en baisse en 2022

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L’ACEA table désormais sur un marché automobile européen en baisse en 2022

L'ACEA émet des inquiétudes sur la filière automobile européenne.

© ThinkstockPhotos

L’accumulation des problèmes macroéconomiques et de la filière automobile conduit l’ACEA à revoir ses prévisions à la baisse pour l’exercice 2022. Le marché automobile européen ne retrouverait pas la voie de la croissance et baisserait de 1 %, à 9,6 millions de véhicules. Soit un repli de 26 % par rapport à 2019.

« Les dernières années ont été marquées par d’importants événements comme le Brexit, la pandémie du coronavirus, les problèmes d’approvisionnements en composants électroniques, la guerre en Ukraine et ses impacts sur les prix et la disponibilité des énergies », énumère Oliver Zipse, président de l’ACEA et président-directeur général de BMW. Et de poursuivre : « Autant d’éléments qui soulignent que notre monde change rapidement, profondément et de manière imprévisible. Ce n’est pas que de la géopolitique et cela a un impact sur notre industrie, qui dépend d’autres secteurs, et sur nos chaînes de valeur ».

Vers une crise de la demande

Dans ce contexte, l’ACEA révise sa prévision de marché annuelle à la baisse, estimant que le retour à la croissance ne pourra pas s’opérer et que le marché européen va enregistrer un repli de 1 % en 2022, à 9,6 millions de véhicules. Par rapport à l’année de référence d’avant-crise, 2019, cela traduit une baisse marquée de 26 % des immatriculations en Europe. L’ACEA craint aussi une crise de la demande dans les prochains mois, sous l’effet de l’inflation et de la peur de la récession.

Sécuriser l’accès aux matières premières critiques

Oliver Zipse en appelle aux autorités européennes : « Pour assurer un retour de la croissance, avec une part plus importante de véhicules électriques dans les ventes, afin d’atteindre les objectifs environnementaux, nous avons besoin d’une feuille de route adaptée. Cela inclut une meilleure résistance de nos supply chains, un règlement sur les matières premières critiques (Critical raw material act), qui sécurise l’accès aux matières premières nécessaires au développement de l’électromobilité, et un déploiement accéléré des infrastructures de charge ». « Une transformation de cette ampleur ne peut être réussie que par une industrie qui reste compétitive à l’avenir. Et cela dépend fortement des conditions politiques qui encadrent nos industries et nos marchés », renchérit Sigrid de Vries, directrice générale de l’ACEA. Le 14 septembre 2022, le commissaire européen Thierry Breton avait précisément évoqué la question urgente des besoins en terres rares, annonçant un règlement européen sur les matières premières critiques.

Nous vous recommandons

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Nomination

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Le constructeur coréen réorganise son top management. Luc Donckerwolke, actuel directeur en chef de la création (CCO), se voit ainsi promu président du groupe. Vice-président exécutif de Hyundai Motor Company, Kyoo Bok Lee est, lui,...

Jeep ouvre les commandes de l'Avenger, son premier véhicule 100 % électrique

Jeep ouvre les commandes de l'Avenger, son premier véhicule 100 % électrique

[Exclu] Honda renforce son positionnement entreprises avec son nouveau label Honda Business

[Exclu] Honda renforce son positionnement entreprises avec son nouveau label Honda Business

MG dépasse les 10 000 immatriculations à fin novembre

MG dépasse les 10 000 immatriculations à fin novembre

Plus d'articles