L’Ademe s’inquiète des particules fines produites par les pneus et les plaquettes

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
L’Ademe s’inquiète des particules fines produites par les pneus et les plaquettes

Alors que les véhicules récents rejettent à l’échappement quasiment plus de particules fines, c’est désormais celles émises par l’abrasion des pneumatiques et des plaquettes de frein qui inquiètent les pouvoirs publics tentés d’encadrer cette pollution.

Pour les véhicules les plus récents, les particules hors échappement (PHE) émises par les systèmes de freinage, les pneumatiques ou les chaussées sont devenues largement prépondérantes. Elles correspondraient à plus de la moitié des particules générées par le trafic routier. Pour l'Ademe, cette tendance va s’accentuer et les émissions globales de particules ne baisseront plus si aucune réglementation n’est mise en place.

Si les véhicules électriques, grâce au freinage régénératif, émettent moins de particules de frein que les véhicules thermiques (3 % des PHE émises par un véhicule électrique proviennent du freinage et 25 % dans le cas d’un véhicule thermique), ils émettent plus de particules provenant du contact pneu-chaussée du fait de la plus grande taille de leur pneumatique due à leur masse plus importante (61 % des PHE pour un véhicule électrique, contre 47 % pour un véhicule thermique).

Ainsi, un rapport de l’Ademe ne montre pas un écart significatif d’émissions totales de particules fines entre les véhicules électriques à forte autonomie et les véhicules thermiques neufs actuels, qui n’émettent quasiment plus de particules à l’échappement.

La taille des particules émises hors échappement va de quelques nanomètres à quelques micromètres. Ces particules contiennent divers éléments métalliques et soufrés en plus du carbone très largement majoritaire. Quelques études toxicologiques suggèrent que ces particules pourraient constituer un danger pour la santé notamment à cause de leurs teneurs en éléments métalliques.

De plus, les eaux de pluie ou de lavage lessivent les surfaces asphaltées. Elles entraînent ainsi dans les réseaux d’assainissement de l’eau chargée de microparticules de caoutchouc et d’éléments métalliques, chlorés et soufrés qui souille les eaux. Ainsi, 28 % des microparticules de plastique rejetées par an dans les océans proviendraient des pneus ce qui en ferait la deuxième source après le lavage des textiles synthétiques.

Les particules de frein encadrées par Euro 7 ?

Pour les particules de frein, la réglementation Euro 7/VII (2025-2026) va très certainement inclure un volet sur les émissions de particules de frein avec une première étape en phase de test et contrôle puis une deuxième étape avec des seuils d’émissions à ne pas dépasser. Cependant, dans un premier temps, elle ne devrait concerner que les véhicules légers. Quant aux particules de pneu, une réglementation est peu probable car des études sur la caractérisation et la distribution en taille de ces particules sont encore nécessaires.

Nous vous recommandons

Goodyear promet un pneu sans air et durable pour 2030

Goodyear promet un pneu sans air et durable pour 2030

Goodyear progresse dans la mise au point d’un pneu sans air, promis pour 2030.Les pneumatiques n’échapperont pas aux évolutions technologiques de l’automobile et à la manière de consommer l’automobile. Les manufacturiers...

19/05/2022 | GoodyearPneumatique
Le Moove Lab by Mobilians Via ID dévoile ses finalistes 2022

Le Moove Lab by Mobilians Via ID dévoile ses finalistes 2022

Véhicule électrique : les premiers enseignements que tire Opteven de leur utilisation

Véhicule électrique : les premiers enseignements que tire Opteven de leur utilisation

 Dinitrol noue un partenariat avec iD Rechange

Dinitrol noue un partenariat avec iD Rechange

Plus d'articles