L'automobile se porte bien au niveau mondial

Christophe CARIGNANO

Sujets relatifs :

L'automobile se porte bien au niveau mondial

L'automobile se porte bien au niveau mondial

« L’automobile a retrouvé la santé », c’est le résultat d’une étude intitulée Carmakers - World et réalisée par le Cabinet Xerfi.

Dans ce document, malgré un marché européen en demi-teinte, on remarque que le secteur a retrouvé et même dépassé ses niveaux de ventes d’avant-crise sur le plan mondial. Tirées surtout par la demande croissante dans les pays émergents et la reprise du marché américain, après 60,5 millions en 2012, les ventes mondiales de véhicules ont ainsi atteint 62,5 millions d’unités en
2013 selon les estimations de Xerfi Global, à comparer aux 50,33 millions de 2007. Et les perspectives s’annoncent prometteuses. Les experts de Xerfi Global anticipent ainsi plus de 72 millions de voitures vendues dans le monde à l’horizon 2017.

Un secteur qui sort transformé du tunnel

Les années de crise ont néanmoins profondément marqué la structure du secteur et de ses acteurs. De nombreux constructeurs ont en effet été contraints de restructurer leur activité ces cinq dernières années. Toujours dans le but de subsister dans l’environnement tendu, les constructeurs ont adopté des stratégies divergentes. Tandis que certains d’entre eux ont misé sur une croissance organique de volume et une présence globale, d’autres ont préféré privilégier la qualité à la qualité. D’autres encore ont opté pour le marché premium, qui offre des marges alléchantes.

Les principaux champs de bataille : la Chine…

Le centre névralgique de l’automobile s’est aussi déplacé de la triade Europe/États-Unis/Japon à la Chine où la demande a bondi à un rythme exponentiel. Entre 2005 et 2012, les ventes y ont progressé à un taux de croissance annuel moyen de 21 %. En clair, le marché chinois a quadruplé sur la période. En dépassant en 2009 le niveau des ventes aux Etats-Unis, la Chine s’est hissée au rang de premier marché mondial de l’automobile. Malgré cette explosion des ventes, le taux de pénétration demeure très bas. Seulement 4,4 % de la population possède un véhicule d’après les dernières données disponibles.

L’automobile se transformera en service

À terme, la perception de la voiture va changer. D’abord, la saturation des infrastructures routières dans les grands centres urbains, les coûts élevés d’achat et d’utilisation ainsi que des changements sociétaux vont remettre en cause l’envie d’être propriétaire d’une voiture. La mobilité (la location et le partage de voitures ainsi que la combinaison de la voiture avec d’autres modes de transport) séduit ainsi de plus en plus de consommateurs. Plutôt que de lutter contre ces changements, certains constructeurs commencent à se positionner sur le marché de la mobilité.

Nous vous recommandons

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici 2035

Toyota veut réduire de 100 % ses émissions carbone en Europe d’ici 2035

Toyota Motor Europe vient de présenter sa stratégie globale jusqu’en 2035 dans le cadre du Kenshiki Forum. Un engagement vers la neutralité carbone qui passera par le développement des véhicules zéro émissions, qu’ils soient à...

02/12/2021 | FleetToyota
Achat d’une voiture d’occasion : quelles sont les démarches à effectuer ?

Publi-redactionnel

Achat d’une voiture d’occasion : quelles sont les démarches à effectuer ?

Nissan augmente la superficie de son parc solaire britannique

Nissan augmente la superficie de son parc solaire britannique

Une nouvelle batterie sur DS 9 E-Tense 250

Une nouvelle batterie sur DS 9 E-Tense 250

Plus d'articles