L’envolée technologique retombe sur le prix des pièces

Frédéric MARTY
L’envolée technologique retombe sur le prix des pièces

Les optiques ont augmenté de 46 % depuis 2017 selon SRA, notamment avec l'arrivée de nouvelles technologies, à l'image des "digital matrix LED" d'Audi.

© Audi AG

Dans le cadre de sa journée d’informations techniques, SRA (Sécurité et Réparation Automobiles) a mis l’accent sur les hausses du coût des pièces de carrosserie depuis 2017, et notamment des optiques. Une augmentation à mettre en perspective de l’évolution technologique des dernières générations de véhicules.

Dans le cadre de sa journée d’informations techniques, SRA (Sécurité et Réparation Automobiles) a choisi de mettre en lumière les hausses du coût des pièces de carrosserie depuis 2017. Après des années d’augmentations raisonnées, SRA constate une croissance plus marquée. Pour mémoire, le panier de pièces suivi par SRA contient 50 à 60 pièces par véhicule, liées à la carrosserie, au refroidissement et aux trains roulants avant. L’organisme d’études issu des assureurs suit 246 modèles, représentant 80 % des expertises, avec une pondération liée à l’importance du parc accidenté. SRA suit l’évolution du prix de ces pièces et de leur coût. Cette dernière donnée se base sur les variations de tarifs d’une génération de modèle à l’autre. Cet indicateur aurait donc augmenté de 25 % depuis 2017. De son côté, le coût de la main-d’œuvre aurait grimpé de 16 % et celui des ingrédients de peinture de 15 %. Ces hausses se retrouvent sur le coût moyen d’une réparation, puisque ce dernier aurait augmenté de 21 % depuis la même date. Sur l’année 2021, les pièces représentaient donc 50,6 % du coût d’une réparation, devant la main-d’œuvre (39 %) et les ingrédients de peinture (10,4 %).

Technologie et coût en hausse

Depuis 2017, le coût du panier SRA a augmenté de 25 %, tandis que le prix de ce même panier a évolué de 15 %. Dans le même temps, l’indice Insee du prix des pièces (hors pneus et accessoires) s’est élevé de 10 %. Ainsi, les hausses concernent davantage le coût que le prix, ce qui se traduit par des augmentations plutôt centrées sur les nouvelles générations de véhicules. Ainsi, les tarifs sont plus élevés sur les derniers modèles mais le nombre de pièces concernées augmente également. En effet, selon les statistiques de SRA, le nombre d’éléments impactés lors d’un sinistre en 2021 s’est élevé à une moyenne de 6,3. Il était inférieur à 6 quelques années auparavant. Une croissance expliquée par la généralisation et la multiplication des aides à la conduite (ADAS), ainsi que par l’adjonction d’éléments d’enjolivement du véhicule. Cette évolution est en partie à l’origine d’une baisse du taux de pièces réparées depuis 2017. Ce dernier est ainsi passé de 32,6 à 30,2 % en 2021. L’un des éléments les plus représentatifs de l’évolution technologique récente est l’optique selon SRA.

Optiques : performantes mais chères

Dans les statistiques de SRA, le bloc optique est la troisième pièce la plus remplacée, derrière les deux boucliers. Un rang qui traduit son importance dans l’équation économique de la réparation-collision. Depuis 2017, le coût moyen des optiques aurait ainsi augmenté de 46 % selon SRA. Cette pièce représenterait en 2021 58 % du coût des pièces dans le cadre d’un dossier de réparation. Une part conséquente, impactée par une évolution technologique rapide. Si 85 % du parc roulant conserve aujourd’hui des projecteurs halogènes, le Xénon équipe 7 % des véhicules et la Led concerne déjà 8 % des modèles. La généralisation des Led sur tous les niveaux de gammes devrait conduire un véhicule sur deux du parc roulant à être doté de Led d’ici à 2030. Une évolution qui ravirait les assureurs si les différences de prix par rapport à l’halogène étaient moins importantes. En effet, SRA souligne que le tarif d’un bloc halogène pour une Peugeot 208 s’élèverait à 400 euros, tandis qu’il faudrait compter 1 000 euros pour la version Led. Sur un modèle premium comme l’Audi A4, l’optique Led s’élèverait à 2 000 euros, alors que la version Matrix Led (Led adaptatifs) atteindrait 3 000 euros. Des éléments reliés à l’électronique du véhicule et qui doivent donc être calibrés en plus de leur remplacement. Cependant, si ces hausses de tarifs sont bien réelles, une partie de ces pièces est directement liée à la sécurité et engendre donc des économies pour ces mêmes assureurs.

Des pièces aussi génératrices d’économies

Il est difficile de quantifier précisément les économies générées par les aides à la conduite et projecteurs de dernière génération. Si leurs coûts sont plus élevés, leur apport en matière de sécurité est incontestable. Un meilleur éclairage pour soi comme pour les autres usagers de la route reste un apport important. Des aides comme l’aide au freinage d’urgence ou le maintien dans la voie sont d’autres exemples de systèmes qui évitent sans doute aux assureurs d’énormes coûts en matière de dommages corporels. Des montants qui restent sans commune mesure par rapport à ceux de la réparation-collision.

Nous vous recommandons

Bons résultats 2021 pour Five Star déjà projeté sur 2022

Bons résultats 2021 pour Five Star déjà projeté sur 2022

Le réseau de carrosserie Five Star a encore étoffé son maillage territorial et compte désormais 540 adhérents, pour un chiffre d’affaires 2021 en progression de 7%. Grâce au déploiement de nouveaux accords, la croissance devrait...

Qui d’autre qu’un manager piloterait mieux ses collaborateurs dans l’action ?

Qui d’autre qu’un manager piloterait mieux ses collaborateurs dans l’action ?

Commandes ouvertes pour le nouveau Range Rover

Commandes ouvertes pour le nouveau Range Rover

Valeo annonce de bons résultats financiers préliminaires pour 2021

Valeo annonce de bons résultats financiers préliminaires pour 2021

Plus d'articles