L'Etat lance HistoVec pour pallier les fraudes sur le marché de l'occasion

Saïda DJERRADA
L'Etat lance HistoVec pour pallier les fraudes sur le marché de l'occasion

L'Etat lance HistoVec pour pallier les fraudes sur le marché de l'occasion

Le service public finalise une plate-forme en ligne pour sécuriser les transactions de véhicules d’occasion. Les vendeurs pourront transmettre gratuitement un historique du véhicule aux acheteurs potentiels.

Devant les multiples fraudes relevées par la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes), le Ministère de l’Intérieur a décidé de réagir. En effet, selon une étude menée par la direction générale en 2015, la moitié des ventes de VO « comporteraient des fraudes mineures ou graves ». Le site HistoVec est donc supposé pallier ces tromperies.

Lancée pour l’heure en version beta, la plate-forme en ligne propose de fournir aux vendeurs un historique du véhicule qu’il peut partager avec les acheteurs potentiels pour assurer de sa bonne foi. Le rapport dont les données sont issues du fichier national du SIV comportera notamment la date de mise en circulation, les changements de propriétaire, les sinistres à réparation contrôlée et la situation administrative du véhicule (gage, opposition ou vol). Ce service, dont le lancement officiel est prévu à la fin de l’année, sera fourni gratuitement aux particuliers pour qu’ils puissent acheter en toute confiance.

Un service désormais gratuit pour les particuliers

La fourniture de rapport d’historique est un service qui existe déjà sur le marché. Il est notamment proposé contre rémunération aux particuliers et aux professionnels par des sociétés telles qu’Autoviza ou Autorigin. Il en est d’ailleurs fait mention dans la nouvelle plate-forme du Ministère de l’intérieur qui précise que les sites privés donnent des informations payantes, incomplètes et dont les usagers s’interrogent sur leur fiabilité. Un coup dur pour ces sociétés de service, dont l’Etat se pose finalement en "concurrent".

Néanmoins, le dirigeant de l’un de ces sites privés se veut rassurant. « Il y avait un problème dans les transactions de VO et nous avons lancé Autorigin il y a 2 ans avec l’objectif principal d’amener de la transparence et de la fluidité dans les transactions. Le gouvernement s’est rendu compte de l’intérêt de ce service donc le lancement de ce site est une bonne nouvelle pour notre activité. Les 2 services sont complémentaires et vont dans le même sens. Autorigin propose un service complémentaire à celui du gouvernement, ce qui aidera à favoriser la transparence » a réagit Fabien Cohen-Solal, P-dg d’Autorigin.

Nous vous recommandons

Aramis Group absorbe le spécialiste du véhicule d’occasion Clicars en Espagne

Aramis Group absorbe le spécialiste du véhicule d’occasion Clicars en Espagne

Adossé à Stellantis, Aramis Group vient de prendre le contrôle total de la plateforme espagnole de véhicules d’occasion en ligne Clicars. Les deux groupes avaient déjà noué un accord stratégique en 2017.Spécialiste du...

Le spécialiste du véhicule d’occasion Cazoo s’implante en Espagne

Le spécialiste du véhicule d’occasion Cazoo s’implante en Espagne

Les véhicules électriques progressent dans le marché de l'occasion

Les véhicules électriques progressent dans le marché de l'occasion

Étude : Les véhicules électriques s'insèrent dans le marché de l'occasion

Etude

Étude : Les véhicules électriques s'insèrent dans le marché de l'occasion

Plus d'articles