L'hydrogène : la piste oubliée de la transition énergétique

Jean-Marc Gervasio

Sujets relatifs :

L'hydrogène : la piste oubliée de la transition énergétique

L'hydrogène : la piste oubliée de la transition énergétique

Une étude dévoilée par l’Hydrogen Council démontre pour la première fois la part potentielle de l’hydrogène dans la transition énergétique et l’objectif de réduction des émissions de CO2 d’ici à 2050.

Cette étude intitulée Hydrogen, Scaling up présente une feuille de route exhaustive et quantifiée du déploiement de l’hydrogène et de ses répercussions potentielles sur la transition énergétique. À grande échelle, il pourrait représenter près d’un cinquième de la consommation énergétique mondiale à l’horizon 2050. Ceci réduirait les émissions annuelles de CO2 d’environ 6 gigatonnes par rapport au niveau actuel, soit approximativement 20 % de la baisse requise pour limiter le réchauffement climatique à 2 °C.

S’agissant de la demande énergétique, l’hydrogène pourrait alimenter 10 à 15 millions de voitures et 500 000 poids lourds d’ici à 2030. Mais les applications seraient également nombreuses dans d’autres secteurs, tels que la production industrielle et de matières premières, la production et le stockage d’électricité, ou encore l’alimentation électrique et le chauffage des bâtiments. Selon les projections de cette étude, la demande annuelle d’hydrogène pourrait être multipliée par dix d’ici à 2050, représentant près de 80 milliards de milliards de joules et assurant 18 % de la demande énergétique totale selon le scénario des 2 °C maximum pour 2050.

Dans un contexte où l’accroissement de la population mondiale est estimé à deux milliards de personnes à cette même échéance, les technologies hydrogène offrent des opportunités de croissance économique durable. Ce développement à grande échelle exigera de gros investissements : 17 à 21 milliards d’euros par an, soit un total d’environ 240 milliards d’euros d’ici à 2030. En supposant un cadre réglementaire adéquat – notamment une coordination stable à long terme et des politiques d’incitation –, le rapport considère qu’il est possible d’attirer ces investissements afin de généraliser la technologie. Le monde investit déjà près de 1 460 milliards d’euros dans les énergies chaque année, dont environ 560 milliards dans le pétrole et le gaz, 260 milliards dans l’électricité renouvelable et plus de 260 milliards dans l’industrie automobile.

« Cette étude confirme la place centrale de l’hydrogène dans la transition énergétique et nous encourage à favoriser son déploiement à grande échelle. L’hydrogène sera un facteur incontournable de cette transition dans certains secteurs d’activité et certaines régions du monde. Plus vite nous mettrons cette technologie en œuvre, plus vite nous profiterons de ses retombées indispensables à nos économies et à nos sociétés » commente Benoît Potier, président-directeur général d’Air Liquide. Et d’ajouter : « Les technologies sont au point, et les acteurs industriels très motivés. Les parties prenantes doivent maintenant se concerter pour faire aboutir leurs efforts, que le Conseil de l’hydrogène a précisément pour mission de piloter. »

Nous vous recommandons

La Feda veut clarifier la suppression de la TGAP

La Feda veut clarifier la suppression de la TGAP

La Feda et la CGI réclament au gouvernement des règles claires pour tous les opérateurs quant à l'abrogation de la TGAP, notamment sa rétroactivité.L'organisation professionnelle et la CGI viennent de saisir Olivier Dussopt, ministre...

15/10/2021 | FedaTaxes
Salesfactory Automotive recense les garages

Salesfactory Automotive recense les garages

Eurorepar étoffe sa gamme de lubrifiants

Eurorepar étoffe sa gamme de lubrifiants

Castrol Engine Shampoo redonne vie au moteur

Castrol Engine Shampoo redonne vie au moteur

Plus d'articles