L’Inde : un marché qui échappe à l’électrification

L’Inde : un marché qui échappe à l’électrification

La Suzuki Wagon R est la voiture la plus vendue en Inde.

© Suzuki-Maruti

L’Inde reste l’un des marchés mondiaux les plus prometteurs pour les constructeurs, tout en restant très éloigné des considérations environnementales, avec un taux d’électrification des véhicules neufs de 0,1 %.

L’Inde figure parmi les cibles privilégiées des constructeurs. Avec une population dépassant largement le milliard d’habitants et un marché de 4 millions de véhicules, le potentiel de croissance reste énorme. Si la crise sanitaire a porté un coup sévère aux ventes ces deux dernières années, le taux de motorisation reste particulièrement bas. Le niveau de vie moyen ne favorise pas une explosion du marché mais le développement économique de l’Inde est en marche. Les données fournies par Inovev offrent un panorama intéressant de ce marché.

Hausse de 28 % en 2021

Les ventes de véhicules neufs ont augmenté de 28 % en 2021, après une baisse de 23 % enregistrée en 2020. Ces mouvements dus aux aléas de la crise sanitaire ont mené le marché à un niveau proche de l’avant crise en ce début d’année 2022. Ainsi, il s’est vendu 3 759 540 véhicules l’année dernière, soit 1,5 % de moins qu’en 2019 (3 817 000 unités). Ce bilan reste cependant inférieur aux années 2017 et 2018, qui avaient vu les ventes dépasser les 4 millions d’exemplaires. Le marché devrait cependant reprendre sa marche en avant, avec un potentiel toujours important.

L’électrification : de la science-fiction ?

La révolution électrique arrivera-t-elle jusqu’en Inde ? En 2021, les ventes de véhicules électrifiés ont représenté 0,1 % des immatriculations. Le coût élevé des voitures hybrides et électriques cadre mal avec le pouvoir d’achat de nombreux clients indiens. La qualité du réseau électrique, celle du réseau routier et l’urbanisation désordonnée constituent autant de problèmes à surmonter avant d’envisager une électrification massive des véhicules. Le souci du développement durable se heurte parfois à celui du développement tout court.

Suzuki-Maruti incontournable

Le marché indien reste largement aux mains de Suzuki-Maruti. Le constructeur détient une part de marché de 44 % à l’issue de l’année 2021. Un poids qui s’explique notamment par l’ancienneté du groupe sur ce marché et par une offre produit qui correspond aux besoins locaux. Cette réussite n’a pas laissé indifférent Toyota, puisque le constructeur japonais s’est récemment rapproché de Suzuki dans le cadre d’un accord de partenariat. Un échange qui offre à Suzuki la technologie hybride de Toyota, contre une coopération industrielle autour des petites voitures. Des modèles qui constituent l’essentiel des ventes en Inde. Le meilleur exemple de l’empreinte de Suzuki sur ce marché reste sa représentation parmi les voitures les plus vendues. Ainsi, le modèle numéro un en Inde est la Suzuki Wagon R (164 122 exemplaires), devant la Suzuki Swift (159 391 unités) et la Suzuki Baleno (157 783 immatriculations). Au pied du podium se trouve une autre Suzuki : l’Alto, avec 155 063 exemplaires. Les autres constructeurs suivent péniblement, avec Hyundai-Kia et ses 22 % de parts de marché, Tata Group et ses 11 %, Mahindra avec 7 %, Renault-Nissan avec 5 %, Toyota avec 4 %, Honda avec 3 % et Volkswagen Group avec 2 %. Au-delà de ces marques, Citroën vient d’arriver en Inde avec de grandes ambitions. La firme française compte notamment sur sa C3 « indienne » pour séduire la classe moyenne. L’Inde pourrait bien constituer une planche de salut pour la marque aux chevrons.

Nous vous recommandons

Le top 10 des voitures les plus vendues à particuliers en France en juin 2022

Le top 10 des voitures les plus vendues à particuliers en France en juin 2022

Sur un marché français des véhicules neufs qui accuse un treizième mois consécutif de repli, - 14,24 % en juin à 171 089 unités, découvrez les modèles qui ont le plus séduit les clients.Top 10 des VPN les plus immatriculés en juin...

01/07/2022 | RenaultPeugeot
(Vidéo) « Notre plateforme est une alliance du digital et des réseaux physiques », affirme Mathias Hioco, CEO d'Heycar France

Vidéo

(Vidéo) « Notre plateforme est une alliance du digital et des réseaux physiques », affirme Mathias Hioco, CEO d'Heycar France

Carventura tire sa révérence

Carventura tire sa révérence

Marché Europe : les ventes de camions et de véhicules utilitaires en berne depuis le début de l'année

Marché Europe : les ventes de camions et de véhicules utilitaires en berne depuis le début de l'année

Plus d'articles