L’industrie européenne accroc aux protectionnismes

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

L’industrie européenne accroc aux protectionnismes

L'Europe cherche une réponse à l'Inflation Reduction Act des Etats-Unis.

© Commission européenne

L’Union européenne veut répondre à l'Inflation Reduction Act du gouvernement Biden aux États-Unis, un choix qui privilégie les voitures électriques produites sur le sol américain et qui encadre le sourcing des batteries. Thierry Breton annonce une réplique dès le premier semestre 2023.

À l’occasion d’une intervention à Madrid, Thierry Breton, commissaire européen au marché intérieur, a assuré travailler sur des mesures comparables aux subventions américaines massives du plan climat de Joe Biden, afin de protéger l'industrie européenne face au risque de distorsion de concurrence. « Nous devons réagir, nous ne pouvons pas rester inactifs. Il n'est pas trop tard. Nous devons envoyer un message fort à notre industrie », a-t-il déclaré, ajoutant « travailler dur pour proposer quelque chose qui puisse être comparable » au plan américain.

« America first », y compris pour la voiture électrique

L'Inflation Reduction Act (IRA) du gouvernement Biden irrite la Commission européenne depuis l’été 2022. Il s’agit d’un plan consacré au climat, doté de 420 milliards de dollars, qui a notamment des conséquences au niveau du marché automobile. Il prévoit, par exemple, une subvention allant jusqu'à 7 500 dollars pour l'achat d'un véhicule électrique fabriqué aux États-Unis, au Canada ou au Mexique, ainsi qu’un encadrement du sourcing des batteries. Dans un premier temps, impossible de se passer des acteurs chinois, mais à condition que les packs soient assemblés sur le sol américain.

L’Europe en décalage

Dans le détail, la réponse présentée par la Commission à l'IRA comportera trois volets, a encore précisé Thierry Breton. Un volet réglementaire, destiné à accélérer l'essor de la « green tech » (économie verte) européenne ; un volet financier, afin que l'ensemble des États membres aient accès aux ressources nécessaires pour soutenir ce secteur ; et la création d'un « fonds souverain » capable d'investir dans des projets industriels européens. Les deux premiers volets seront présentés lors du Conseil européen du 9 février 2023 et le troisième « pourrait être défini plutôt au cours du second semestre », indique Thierry Breton au plan calendaire.

Pour plusieurs observateurs du marché, il aurait été préférable d’éviter cette nouvelle péripétie qui ajoute une couche de complexité et de latence à une situation déjà difficile. En outre, cette séquence vient souligner que la Chine a clairement la main sur le marché du véhicule électrique et que par rapport aux États-Unis, l’Europe a toujours un temps de retard dans ses réactions.

A lire aussi : Norme Euro 7 : l’Europe qui rend fou ?

(avec AFP)

Nous vous recommandons

Le nouveau constructeur automobile Rivian taille déjà dans ses effectifs

Le nouveau constructeur automobile Rivian taille déjà dans ses effectifs

Décidemment, pas si facile de disrupter le secteur automobile… Nouvel entrant dans la ronde des constructeurs automobiles électriques, Rivian est contraint d’effectuer un premier plan social.Tout nouveau tout beau, mais le chemin est...

Volvo et Polestar : « Nous c’est nous et eux c’est eux » dixit Yves Pasquier-Desvignes

Volvo et Polestar : « Nous c’est nous et eux c’est eux » dixit Yves Pasquier-Desvignes

Honda lance une stratégie complète autour de l’hydrogène

Honda lance une stratégie complète autour de l’hydrogène

L'aventure continue pour le constructeur français de navettes autonomes Navya

L'aventure continue pour le constructeur français de navettes autonomes Navya

Plus d'articles