Entretien

« L’offre de mobilité électrique ne sera pas la même dans les territoires ruraux », prédit Guillaume Larroque (TotalEnergies)

« L’offre de mobilité électrique ne sera pas la même dans les territoires ruraux », prédit Guillaume Larroque (TotalEnergies)

© TotalEnergies

Président de TotalEnergies Marketing France, Guillaume Larroque porte son regard avisé sur le contexte énergétique actuel. Entre transition écologique, verdissement des flottes, maillage des territoires ruraux et hausse des prix des énergies, l’expert nous livre une analyse éclairée du marché et de ses évolutions.

L’Automobile & L’Entreprise : Quel regard portez-vous sur la transition énergétique en France ?

Guillaume Larroque : Objectivement, cela va vite et c’est ce qu’il faut. Puisqu’on investit dans ce sujet-là, autant que cela avance rapidement. Nous constatons d’ailleurs que 20 % des véhicules immatriculés sont désormais électrifiés. Ce qui me réjouit personnellement, c’est que nous entrons dans une phase où c’est l’offre commerciale et marketing plus diverse qui prend le relais du geste citoyen. D’un point de vue général, la transition énergétique y gagne beaucoup car elle s’enrichit. Par exemple, les gestionnaires de flottes, qui doivent convaincre leurs collègues d’adopter la mobilité électrique, voient ainsi leur travail simplifié grâce à un catalogue plus étoffé et des infrastructures de bornes plus étendues. En somme, il y a un marché qui est en train de devenir mature tandis que les difficultés rencontrées au début sont en train d’être surmontées par la conjonction des bonnes volontés : des acteurs qui ont la capacité technique et se mobiliser et qui apportent une crédibilité au système, les incitations financières des pouvoirs publics, des catalogues avec plus d’offres produits, etc. Bref, les planètes s’alignent.

L’Automobile & L’Entreprise : Qu’y a-t-il à entreprendre pour assurer l’électromobilité au sein des territoires ruraux également ?

Guillaume Larroque : Selon notre anticipation, il y aura de la mobilité électrique dans les petites villes et les territoires ruraux, c’est un fait, mais elle ne se présentera pas sous la même offre car beaucoup de résidents n’ont pas de parking en zone urbaine. Ce constat crée, pour ces personnes, un besoin de charge lente la nuit ou ultra-rapide le jour. De même, les professionnels de la logistique urbaine, les taxis ou les VTC ont besoin de se recharger vite la journée pour effectuer l’intégralité de leurs trajets. Inversement, en zone rurale, il y a plus de possibilités de se recharger à la maison. Je précise d’ailleurs, à ce propos, que TotalEnergies fait aussi de la charge à domicile pour le B to B to C – en gros, les salariés de nos entreprises clientes – quand cela est nécessaire.

L’Automobile & L’Entreprise : Quelle évolution imaginez-vous pour les prix des énergies, notamment de l’électricité ?

Guillaume Larroque : Malheureusement, je n’ai pas de boule de cristal. Toutefois, il y a un écart de prix au moment de l’acquisition d’un véhicule de 5 000 et 10 000 euros entre une voiture thermique et un VE. Un surcoût lissé grâce au prix de la recharge, en particulier lente, qui est d’un tiers d’une facture de carburant. Nous observons donc une économie de deux tiers, soit environ 1 500 euros par an pour les rouleurs qui parcourent entre 15 000 et 20 000 km par an. L’écart de prix à l’achat se voit donc comblé en seulement 4 à 7 ans. Par conséquent, la mobilité électrique arrive à se positionner de manière compétitive par rapport à la mobilité thermique et les différences de prix entre les énergies ne vont pas contredire l’équation que je viens de citer. Dès lors, les potentielles évolutions devraient être compensées par les avantages et l’attractivité du VE en matière de TCO ou encore de frais de maintenance.

L’Automobile & L’Entreprise : TotalEnergies figurait dans le palmarès 2022 des meilleures enseignes françaises élaboré par Capital et l’institut Statista : que comptez-vous faire pour mériter une nouvelle fois ce titre, l’année prochaine ?

Guillaume Larroque : Nous avions été honorés de recevoir ce titre car être désigné meilleur enseigne tient au travail d’une équipe. Le plus difficile dans notre métier ce n’est pas de réaliser des prouesses R&D, même si ce n’est pas anodin non plus, mais c’est surtout d’assurer le taux de fiabilité de nos bornes et celui-ci est plus le fruit d’une discipline interne ainsi que d’une réactivité dans le processus de maintenance. C’est donc cette gestion qualitative des flux de clients qui fera que l’on continuera, j’espère, à être lauréat de ce type de récompense.

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le numéro 276 de L’Automobile & L’Entreprise

Nous vous recommandons

VivaTech 2022 : les start-up mobilité du Village by CA

VivaTech 2022 : les start-up mobilité du Village by CA

Le Village by CA, accélérateur de start-up qui accompagne les grands groupes et les ETI vers le futur de leurs industries, annonce sa présence à la sixième édition de VivaTech qui se tiendra du 15 au 18 juin 2022 à Paris. L’occasion...

WattAnyWhere veut mettre l’éthanol au service du véhicule électrique

WattAnyWhere veut mettre l’éthanol au service du véhicule électrique

Le réseau de bornes de recharge Métropolis lance une offre pour les flottes automobiles

Le réseau de bornes de recharge Métropolis lance une offre pour les flottes automobiles

ChangeNOW Summit 2022 : le groupe Renault présente le concept-car Scénic Vision

ChangeNOW Summit 2022 : le groupe Renault présente le concept-car Scénic Vision

Plus d'articles