La bonne santé de l'industrie automobile mondiale

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

La bonne santé de l'industrie automobile mondiale

La bonne santé de l'industrie automobile mondiale

« Restructurée, l’automobile mondiale se porte bien », c’est la conclusion de la dernière étude du cabinet XerfiCarmakers - World ” portant sur les grands acteurs mondiaux de la construction automobile. Malgré un marché européen en demi-teinte, le secteur a retrouvé et même dépassé ses niveaux de ventes d’avant-crise sur le plan mondial. Tirées surtout par la demande croissante dans les pays émergents et la reprise du marché américain, les ventes mondiales ont ainsi atteint 62,5 millions de véhicules en 2013 (60,5 millions en 2012 et 50,33 millions en 2007). Les experts de Xerfi Global anticipent plus de 72 millions de voitures vendues dans le monde à l’horizon 2017. Le centre névralgique de l’automobile s’est déplacé de la triade Europe/États-Unis/Japon à la Chine, où la demande a bondi à un rythme exponentiel. Entre 2005 et 2012, le marché chinois a quadruplé. Le pays s’est hissé au rang de premier marché mondial de l’automobile même si 4,4 % de la population possède un véhicule d’après les dernières données disponibles.

Le leadership technologique représente un autre champ de bataille pour les constructeurs. Les principaux acteurs du secteur ont investi en moyenne 3,23 % de leur chiffre d’affaires en R&D ces cinq dernières années. D’un côté, une grande partie de cette somme sert à développer des moteurs à énergie alternative. Selon Xerfi, près du tiers des voitures vendues sur les marchés développés d’ici à 2018 utiliseraient des solutions alternatives aux moteurs à combustion interne classiques. De l’autre côté, la course aux véhicules intelligents et connectés commence aussi à accaparer de plus en plus d’investissement. Le nouveau contexte concurrentiel a intensifié la concentration et la collaboration intra et intersectorielle. Les partenariats visent notamment à pénétrer de nouveaux marchés géographiques, à mutualiser les technologies et les coûts de R&D ou de production (surtout avec l’avènement des méga-plates-formes). Ils permettent également de gagner des parts de marché dans des segments précis.

À terme, la perception de la voiture va changer avec la remise en cause de l’envie d’être propriétaire d’une voiture. La location et le partage de voitures ainsi que la combinaison de la voiture avec d’autres modes de transport séduit ainsi de plus en plus de consommateurs. Cette tendance bouleversera bien sûr les rapports de force du secteur automobile, donnant un rôle à jouer aux créateurs de logiciels.

Nous vous recommandons

Renault Truks Oil trouve la parade contre la cristallisation des SCR

Entretien

Renault Truks Oil trouve la parade contre la cristallisation des SCR

La cristallisation des systèmes SCR sur les véhicules peu utilisés ou en arrêts fréquents est une problématique récurrente pour les entreprises de transport, de travaux publics et de services auprès des collectivités, qui doivent...

La FNA apporte son assistance à la sphère LKQ-Van Heck Interpièces France

La FNA apporte son assistance à la sphère LKQ-Van Heck Interpièces France

Philippe Astier rejoint Kadensis (Renault-Nissan)

Nomination

Philippe Astier rejoint Kadensis (Renault-Nissan)

Clas lève les batteries des VE

Clas lève les batteries des VE

Plus d'articles