La Dacia Sandero reste le véhicule le moins cher à l'usage

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
La Dacia Sandero reste le véhicule le moins cher à l'usage

La Dacia Sandero reste le véhicule le moins cher à l'usage

Selon l’étude annuel de L’Argus, la Dacia Sandero reste la voiture la moins chère à l’usage avec un prix de revient kilométrique de seulement 47 centimes.

Le journal L’Argus s’est cette année encore lancé dans des séances de calculs pour définir le prix de revient kilométrique (PRK) de 1 500 véhicules. Le PRK détermine ce que coûte un véhicule à chaque kilomètre parcouru sur cinq années de détention.

Pour le définir, le journal considère le prix de vente, les bonus (ou malus), les frais administratifs d’immatriculation, le crédit, l’assurance, la valeur résiduelle, la maintenance et la consommation de carburant.

Résultat : en 2017, le PRK varie entre 0,47 € (Dacia Sandero 0.9 l TCe 90 Ambiance) et 5,02 € (BMW Série 5 Gran Turismo 535iA xDrive 306 ch M Sport) pour 15 000 kilomètres parcourus la première année de détention. Des PRK qui seraient en baisse selon les constatations de L’Argus, qui donne comme explication la baisse des crédits et des frais en carburant.

La Dacia Sandero partage sa première place du PRK le moins élevé avec la Suzuki Celerio et avec sa grande sœur la Dacia Logan. Mais si les cinquante premières places sont occupées par de petites citadines, le constructeur roumain fait exception puisque ses véhicules appartiennent aux catégories supérieures. Outre les Sandero et Logan, le Duster et le Dokker figurent aussi dans le top 50.

C’est une constante, le prix de revient kilométrique désavantage les petits rouleurs. Cela tient au fait que les frais fixes (assurance, révision…) demeurent les mêmes quel que soit le kilométrage. Plus on roule, et moins son véhicule coûte au kilomètre. Par ailleurs, la courbe de décote reste très forte en début de vie, ce qui explique un PRK élevé, celui-ci baissant avec le temps et les kilomètres.

Essence, diesel… ou hybride : quelle motorisation est la plus rentable ?

Si un diesel consommera toujours moins qu’un moteur à essence, sa rentabilité ne se calcule pas seulement en fonction du prix à la pompe. L’amortissement d’un diesel dépend surtout du kilométrage annuel parcouru. En deçà de 20 000 kilomètres annuels, il ne présente plus de véritable avantage financier par rapport à un véhicule équipé d’une motorisation à essence de dernière génération, moins énergivore.

À titre d’exemple, une Peugeot 208 1.2 l Puretech 82 revient à 0,78 €/km (pour 1 an et 10 000 kilomètres) contre 0,81 € pour la version 1.6 l BlueHDi 75. En revanche, la question est tout autre pour les gros véhicules et les automobilistes qui roulent plus de 25 000 kilomètres par an.

Quant à l’hybride, son prix de revient kilométrique est plus avantageux que celui de la version à essence équivalente en raison de son moindre appétit en ville. Il peut aussi rivaliser avec le diesel, notamment sur les citadines et berlines compactes, à l’image des Toyota Yaris et Auris. Cette dernière revient à 0,59 €/km dans sa version 1.2 l T 116 ch et à 0,53 €/km en hybride et en diesel 112 D-4D.

Nous vous recommandons

Vitrage : une année 2022 « exceptionnelle » pour France Pare-Brise

Vitrage : une année 2022 « exceptionnelle » pour France Pare-Brise

Le spécialiste de la réparation de vitrage, France Pare-Brise, tire un bilan extrêmement positif de l’activité 2022, en croissance de 14 %. La part des clients professionnels fait un bon de 22 %.En toute transparence, le réseau de...

27/01/2023 | CarrosserieVitrage
Bosch simplifie la maintenance du TPMS avec le Quick Fit

Bosch simplifie la maintenance du TPMS avec le Quick Fit

Craig Frohock, nouveau P-DG de Dayco pour le marché des pièces de rechange et des courroies

Nomination

Craig Frohock, nouveau P-DG de Dayco pour le marché des pièces de rechange et des courroies

Recyclage : Indra exporte son savoir-faire

Recyclage : Indra exporte son savoir-faire

Plus d'articles