La FFC interpelle le ministre des Finances sur le blocage du taux horaire des assureurs

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
La FFC interpelle le ministre des Finances sur le blocage du taux horaire des assureurs

Le coût de réparations des dommages automobiles a fortement augmenté ces dernières années.

Alors que les assureurs sont peu enclins à augmenter le taux horaire des carrossiers, qui pourtant subissent fortement l’inflation des coûts de production, la FFC, agacée, interpelle le gouvernement.

Afin d’accompagner ses adhérents et défendre les professionnels des services de l’automobile, la FFC Mobilité Réparation et Services a demandé à rencontrer les parlementaires et ministres dès la constitution du nouveau gouvernement en avril dernier. Les entretiens ont commencé et portent principalement sur « l’obstination » des assureurs à refuser de revaloriser la rémunération des professionnels de la carrosserie, du vitrage, mais aussi du dépannage.

Les échanges portent tout d’abord sur les multiples augmentations depuis plusieurs années des prix des produits de peinture. Sans oublier le doublement du prix des carburants utilisés pour chauffer les cabines de peinture ou pour utiliser les dépanneuses. « Ces hausses ne peuvent rester à la seule charge des professionnels », estime la fédération.

« En raison de l'inflation de 6 prévue en 2022, de nombreux salariés vont demander des augmentations de salaire. De nombreuses entreprises ne pourront pas satisfaire à ces conditions, tout en remboursant les prêts garantis par l’État. Cela met en péril la poursuite de leurs activités », ajoute la FFC.

Pour la fédération, « le saupoudrage », avec une augmentation de 3 % cet été envers les garages agréés, n’a eu pour but que de faire croire que l’assureur est à l’écoute des problématiques des professionnels alors qu’il continue à augmenter les cotisations de ses assurés et à engranger des profits.

« Pour compléter, certains comme Axa, Direct Assurance et GMF, ont décidé, sans aucun respect de la loi sur la liberté des prix, de plafonner le taux horaire de 54 à 60 euros de l’heure pour les réparateurs non agréés pour les sinistres vitrage », s'agace l'organisation professionnelle.

« Ces manquements » des assureurs font donc partie des échanges entre les FFC et la DGCCRF, les députés, les sénateurs et les cabinets ministériels, afin de répartir au mieux les bénéfices entre les assureurs et les réparateurs.

Nous vous recommandons

Aniel Marketplace décroche la Macif

Aniel Marketplace décroche la Macif

La marketplace dédiée aux pièces et consommables de carrosserie vient de conclure un important partenariat avec la Macif, de quoi développer très significativement le chiffre d’affaire de la place de marché.Aniel Marketplace vient de...

27/09/2022 | CarrosserieAniel
Les tarifs des dépannages sur autoroutes en hausse de près de 3,5 %

Les tarifs des dépannages sur autoroutes en hausse de près de 3,5 %

Knipex Nexstrip, la pince 3-en-1 pour les électriciens

Knipex Nexstrip, la pince 3-en-1 pour les électriciens

Vitrage : Glavista s’expose à Automechanika

Vitrage : Glavista s’expose à Automechanika

Plus d'articles