La filière du recyclage automobile égale les objectifs fixés par l'UE

Victoire de Faultrier-Travers
La filière du recyclage automobile égale les objectifs fixés par l'UE

© Opisto

L'Ademe vient de dévoiler son rapport annuel « Automobiles », avec des données de 2019. Selon ce dernier, la filière du recyclage automobile a atteint les objectifs fixés par l'Union européenne, une première.  

Dès 2005, l'Ademe a mis en place le suivi de la filière des véhicules hors d'usage avec l'Observatoire des VHU. Objectif : suivre les performances en termes de réutilisation, de recyclage et de valorisation des véhicules en fin de vie. Pour mémoire, en fin de vie, le véhicule doit être apporté à un centre VHU agréé pour qu’il soit pris en charge en respectant un cahier des charges précis permettant un respect des règles sanitaires et environnementales. Celui-ci se charge de le dépolluer, démonter les pièces pour la revente d’occasion ou le recyclage, puis transmettre la carcasse obtenue à un broyeur, qui se charge de séparer les différents composants pour leur valorisation.

Les objectifs de l'Union européenne fixent à 85 % le taux de recyclage et de réutilisation et à 95 % le taux de réutilisation et de valorisation. De son côté, la France a fixé par l'arrêté du 2 mai 2012 un taux de recyclage de 3,5 % de la masse moyenne des véhicules, ainsi qu'un taux de réutilisation et de valorisation de 5 %. Selon l'Observatoire, la filière du recyclage automobile a atteint ces objectifs pour la première fois en 2019, avec 87,1 % de taux de recyclage et de réutilisation et 95 % de taux de réutilisation et de valorisation. Au total, 1 623 522 véhicules hors d'usage ont été déclarés pris en charge par les 1 635 centres VHU agréés en 2019, soit 3,3 % de hausse par rapport à 2018, selon le CCFA. Ainsi, 247,97 kg de déchets, matières et pièces ont été extraits des véhicules avant broyage, soit 22,3 % de la masse d'un VHU (soit une augmentation de 21,9 % par rapport à 2018). De plus, 93,05 kg de matières étaient destinés au recyclage ou à la valorisation (+ 7,9 % par rapport à 2018). La réutilisation concernait 88,40 kg (hors batterie et pneu), soit 8 % de la masse d'un VHU, et une hausse de 8 % par rapport à 2018. Enfin, 1 531 381 carcasses ont été déclarées envoyées aux broyeurs en 2019 (+ 1,5 % en unités par rapport à 2018) pour un poids total de 1 338 421 tonnes. À titre comparatif, en 2018 le taux de réutilisation et de recyclage était de 86,9 % et le taux de réutilisation et de valorisation était de 94,2 %. Le ratio du nombre de véhicules hors d'usage pris en charge en 2019 rapporté au parc de voitures particulières et utilitaires légers en circulation au 1er janvier 2020 est de 4,25 % (il était de 4,11 % en 2018).

« L'afflux important de VHU pris en charge, avec une hausse de plus de 42 % depuis 2017, contraint les centres VHU à s’adapter continuellement. On constate d’ailleurs une hausse très raisonnable du nombre de pièces démontées par véhicule, directement lié à ce volume massif de véhicule hors d’usage sur l’année 2019. La tendance est aujourd’hui sur une accélération du démontage des pièces, notamment pour répondre à la demande croissante en pièces de réemploi. Nous avons d'ailleurs constaté qu'en 2020, près de 9 millions de pièces ont été informatisées sur nos plateformes contre 2,5 millions en 2015 », souligne Laurent Assis-Arantes, co-fondateur d'Opisto.

Cadre réglementaire français : 
Comme il est prévu dans le Code de l'environnement, les constructeurs sont tenus de mettre en place des réseaux de centres VHU agréés ayant l’obligation de reprendre gratuitement les VHU que leur apportent les détenteurs. Les centres VHU agréés sont l’unique point d’entrée de la filière VHU afin d’établir une traçabilité exhaustive des VHU. Ces centres ont l’obligation d’effectuer la dépollution des véhicules et le démontage de certaines matières avant de transmettre les VHU aux broyeurs agréés, qui procèdent à leur broyage puis séparent les différentes matières restantes pour les recycler/valoriser. Une instance a la charge d’évaluer l’équilibre économique global de la filière. En cas de déséquilibre, l’Etat peut mettre en place des mécanismes compensatoires. Les centres VHU agréés et les broyeurs agréés sont soumis à des obligations de résultat dont le respect devait garantir l’atteinte par la France des objectifs de réutilisation, de recyclage et de valorisation fixés par la directive européenne au 1er janvier 2015.

Nous vous recommandons

La plateforme FRPA change d’actionnaire

La plateforme FRPA change d’actionnaire

FRPA, plateforme de mise en relation entre déconstructeurs et réparateurs, va être transmise à Mathieu Haudiquer.La plateforme digitale FRPA dédiée à la mise en relation entre déconstructeurs automobiles et réparateurs à la...

Hess automobile à la tête de neuf ateliers Speedy

Hess automobile à la tête de neuf ateliers Speedy

TotalEnergies souhaite labelliser les ateliers avec le programme Elf Expert

TotalEnergies souhaite labelliser les ateliers avec le programme Elf Expert

L'économie circulaire s'invite dans les ateliers

Publi-redactionnel

L'économie circulaire s'invite dans les ateliers

Plus d'articles