La FUB dévoile le classement des villes où il fait bon rouler à vélo

La FUB dévoile le classement des villes où il fait bon rouler à vélo

© Nuno Ricardo/Unsplash

Comme tous les deux ans, la Fédération française des usagers de la bicyclette (ou FUB) a interrogés les cyclistes pour établir un palmarès précis des villes et villages où circuler à vélo est un plaisir… ou un calvaire !

Depuis 2017, le baromètre des villes cyclables a pour utilité de mettre en exergue les principaux enjeux de la mobilité à vélo et guider la mise en œuvre d’une stratégie d’amélioration, voire d’expansion, de ce mode de transport respectueux de l’environnement. Après une période chamboulée par la pandémie, génératrice d’un regain d’intérêt pour la petite reine, l’édition 2021 de ce rapport élaboré par la FUB était donc très attendue.

Ce baromètre constitue la synthèse des 277 384 réponses à 26 questions, réparties en cinq thématiques que sont le ressenti général, la sécurité, le confort, les efforts de la commune et les stationnements/services mis en place pour les usages du vélo. Accessible en ligne du 14 septembre 2021 au 30 novembre 2021, le questionnaire a recueilli la contribution de 46 % de femmes pour 54 % d’hommes (en 2019, le ratio était de 42 % de femmes pour 58 % d’hommes), dont 76 % circulant à vélo au moins une fois par semaine et 43% tous les jours ou presque. Les répondants ont ainsi attribuer une note entre 1 (négatif) à 6 (positif) à quelque 1 625 communes de France métropolitaine et d’outre-mer regroupant 35,3 millions âmes. Celles-ci ont ensuite été catégorisées sur une échelle allant de A+ (pour plus de 4,6 de moyenne et équivalant à « climat vélo excellent ») à G (moins de 2,3 de moyenne et synonyme de « climat vélo très défavorable »).

La Bretagne grimpe en flèche quand l’IDF pédale dans la semoule

Selon cette méthodologie, le baromètre de la FUB a donc révélé que 64% des participants à l’enquête trouvaient que les conditions pour l’usage du vélo étaient globalement mauvaises. De plus, presque 48% % du panel a estimé que la situation n’avait pas évolué d’un iota au cours des deux dernières années et 16% qu’elle s’était même dégradée, alors que 36% décernaient une amélioration des conditions de circulation à vélo, notamment grâce aux nouvelles pistes cyclables, pérennisée après les différents confinements. En tout, il y aurait ainsi 553 048 points à améliorer en priorité, 259 945 points de progrès et 366 864 points de besoins en stationnement vélo. Des attentes à combler rapidement, surtout avec les échéances électorales approchant, en particulier dans les villes moyennes.

Au nombre de 218 communes (représentant soit environ 7 millions de Français), les villes moyennes figurent en effet « comme la catégorie la plus mal notée [où] seuls les services semblent y être partiellement reconnus », observe la FUB. Pour cause : « les villes moyennes se trouvent à ne bénéficier ni des aménagements faits pour le tourisme à vélo des grands villages ni disposer de l’ambition, des moyens et de l’expertise technique nécessaires à la construction du système vélo des petites métropoles », analyse le baromètre. Dans le lot, il n’y a guère que La Rochelle qui se distingue avec une moyenne de 4,10 et un B d’encouragement. Derrière viennent Bourg-en-Bresse (Auvergne-Rhône-Alpes) avec 3,87 (C) et Chambéry (Savoie) à 3,83 (C).

Pas de A+ non plus parmi les 38 communes de plus de 100 000 habitants, définies par l’INSEE comme « ville-centre », qui représentent les grandes villes. Toutefois, en raison de la densité du trafic au sein de ces zones urbaines,  les aménagements se trouvent qualifiés de « continus et correctement dimensionnés pour les dizaines de milliers de cyclistes qui s’y pressent. » Ainsi, sur la première marche du podium, Grenoble décroche la note de 4,21 (B) et enregistre la meilleure évolution de la catégorie. Coiffant au poteau la cité alsacienne Strasbourg (4,18/B) et une autre ville bretonne, Rennes (3,74/C).

Pour trouver des A+ il faut donc se tourner vers les bourgs et village de La Tranche-sur-mer (4,64) ou l’Île-de-Batz (4,61), toutes deux à l’Ouest. Quant à l’Île-de-France, ses performances ne sont pas spécialement brillantes puisque la première ville d’importance à se classer convenablement est Versailles avec un C et une moyenne de 3,72, devant Montreuil (3,44/D) et Paris (3,33/D). Mieux vaut donc prendre le guidon à Magny-les-Hameaux (4,42), Les Loges-en-Josas (4,29) ou Lieusaint (3,96).

Nous vous recommandons

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Etude

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Le mois dernier, seuls 24 604 véhicules utilitaires légers ont été mis à la route en France. Quels ont été les modèles les plus immatriculés ? La réponse en chiffres..Le marché des véhicules utilitaires légers n'est pas en...

05/08/2022 | Marché VULMarché France
Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Etude

Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Etude

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Immatriculations de véhicules neufs : Pas d'embellie pour le marché automobile français en juillet

Etude

Immatriculations de véhicules neufs : Pas d'embellie pour le marché automobile français en juillet

Plus d'articles