La galaxie Stellantis

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
La galaxie Stellantis

La galaxie Stellantis

Officiellement lancé le 16 janvier dernier, Stellantis, né de la fusion entre PSA et FCA, devient le quatrième constructeur mondial. Que faut-il attendre de ce mariage ? Carlos Tavares en a dessiné les grands contours.

Lors d’une conférence de presse internationale de près de deux heures, Carlos Tavares a présenté la carte d’identité de Stellantis, devenu avec la fusion des groupe PSA et de Fiat-Chrisler Automobile le quatrième constructeur mondial. Les deux industriels vendent près de 9 millions de véhicules par an, derrière Volkswagen, Renault-Nissan-Mitsubishi et Toyota. Le nouveau groupe emploie 400 000 personnes dans le monde issues de 150 nationalités.

Le chiffre d’affaires consolidé attendu sera de 167 milliards d’euros avec des ventes mieux réparties entre l’Amérique du Nord et le reste du monde (Afrique et Eurasie). Le groupe sera représenté dans 130 pays, avec des sites industriels dans 30 pays.

Si pour beaucoup cette fusion se traduira par des suppressions de postes, Carlos Tavares, directeur général, préfère au contraire y voir une force, un bouclier pour protéger les emplois dans un mode automobile fortement bousculé où seuls les plus importants survivront.

Les synergies qui découleront de ce mariage doivent faire gagner, d’ici à 2024, 5 milliards d’euros par an au groupe. Ces gains seront obtenus par la convergence des plateformes véhicules, dans la consolidation des investissements de développement de nouvelles technologies, dans l’efficience des process industriels, dans les économies d’échelle au niveau des achats et dans la mutualisation des coûts liés au marketing et à la distribution.

Ce rapprochement entre les deux groupes doit permettre à Stellantis de relever les défis auxquels doivent faire face les industriels de l’auto sur les dix prochaines années comme l’électrification, la connectivité et la conduite autonome. Sans oublier l’arrivée probable de nouveaux constructeurs « perturbateurs ». En tirant profit de son envergure mondiale, Stellantis pourra rester compétitif et proposer des véhicules qui restent abordables.

Si aujourd’hui le groupe a à son catalogue 29 modèles de véhicules électrifiés, il envisage d’en rajouter dix cette année. En 2025, tous les modèles commercialisés seront proposés en version électrique.

Stellantis pilote désormais quatorze marques (Abarth, Alfa Romeo, Chrysler, Dodge, Ram, Fiat, Fiat Industrial, Jeep, Lancia, Maserati, Opel, Peugeot, Citroën et DS) présentent sur tous les segments, des modèles les plus citadins aux véhicules de prestiges, de quoi, à n’en pas douter, rester dans la course avec un catalogue répondant à toutes les exigences, celles des clients comme celles des législateurs.

Nous vous recommandons

Contrôle technique : toujours autant de disparités dans les prix pratiqués

Contrôle technique : toujours autant de disparités dans les prix pratiqués

La plateforme comparative et de réservation du contrôle technique publie son nouveau baromètre annuel de 2022 des prix de l’examen légal obligatoire en France. Une analyse concrète de ce marché qui porte sur plus de 5 600 centres de...

Carter-Cash recrute sans CV à l'occasion de la période estivale

Carter-Cash recrute sans CV à l'occasion de la période estivale

L'Avere-France change de délégué général

Nomination

L'Avere-France change de délégué général

LKQ Van Heck Interpieces France s'implante à Nantes

LKQ Van Heck Interpieces France s'implante à Nantes

Plus d'articles