La guerre en Ukraine met fin à 30 années de présence de Renault en Russie

La guerre en Ukraine met fin à 30 années de présence de Renault en Russie

© A. Orlov / A. Kouzmine / Renault Group

Le conseil d'administration de Renault Group a décidé de céder sa filiale Renault Russie à la ville de Moscou ainsi que sa participation dans le constructeur Avtovaz.

Une page se tourne pour Renault Group. Implanté en Russie depuis le début des années 1990, le groupe automobile français s'est résigné à renoncer à cet important marché. Au moins pour plusieurs années.

« Aujourd’hui, nous avons pris une décision difficile mais nécessaire ; et nous faisons un choix responsable envers nos 45 000 salariés en Russie, tout en préservant la performance du groupe et notre aptitude à revenir dans le pays à l’avenir, dans un contexte différent. J’ai confiance dans la capacité de Renault Group à accélérer encore sa transformation et à dépasser ses objectifs à moyen terme », fait savoir Luca de Meo, CEO de Renault Group dans un communiqué.

Renault sous pression depuis plusieurs semaines 

Réunis ces derniers jours, les membres du conseil d'administration du Renault Group « ont approuvé à l'unanimité » la vente de 100 % des parts de Renault Group dans sa filiale Renault Russie à la ville de Moscou ainsi que la cession des 67,69 % des parts d'Avtovaz détenues au Nami, l'Institut central de recherche et de développement des automobiles et des moteurs russe.

Interpellé par la communauté internationale, les autorités ukrainiennes et divers mouvements de citoyens depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le groupe automobile français avait consenti, le 23 mars dernier, au 28e jour de conflit, à « suspendre les activités de l'usine Renault de Moscou » et « évaluer les options possibles concernant sa participation dans Avtovaz [la marque Lada, ndlr]. » 

La Russie, capitale pour la croissance de Renault 

Présentés début 2022, les derniers résultats commerciaux annuels de Renault Group indiquent que le groupe automobile français a écoulé 482 264 véhicules (VP+VU) l'an dernier en Russie. S'octroyant ainsi 28,8 % de part de marché dans le pays. À titre de comparaison, en France, ce sont 521 710 véhicules issus des différentes marques (Renault, Alpine, Dacia, ...) qui ont été immatriculés, pour 24,9 % de parts de marché.

Si les choses se sont accélérées pour Renault en Russie au cours de la période 2003-2008, avec le lancement de la production de la Dacia Logan et la signature d'un partenariat stratégique avec Avtovaz – plus connue sous la marque commerciale Lada – alors premier constructeur russe, l'ex-Régie se développe sur ce marché depuis le début des années 1990 et la création de la société Avtoframos, formée par la contraction des mots « Auto », « France » et « Moscou ». « Une entité possédée au début à parts égales entre Renault et la Mairie de Moscou. Cette dernière apportant en outre des bâtiments et des terrains à l'ensemble et Renault du capital ». Mais en réalité, la présence de la marque sur ce vaste territoire est bien antérieure. Dès 1916, les dirigeants s'y étaient implantés « avec la création de la société Rousski Renault, fournisseur du Tsar Nicolas II ». 

Nous vous recommandons

L'Avere-France change de délégué général

Nomination

L'Avere-France change de délégué général

Le conseil d'administration de l'Avere-France a désigné son nouveau délégué général qui reprend dès ce mois de juillet les fonctions de Cécile Goubet appelée à de nouvelles missions.Déléguée générale de l'Avere-France depuis...

Paris Automotive Week : le Mondial de l'Automobile ouvre sa billetterie

Événement

Paris Automotive Week : le Mondial de l'Automobile ouvre sa billetterie

Fin des véhicules thermiques : le Conseil européen réexaminera sa décision en 2026

Fin des véhicules thermiques : le Conseil européen réexaminera sa décision en 2026

27e Trophées de L'Automobile & L'Entreprise : retour en images sur la journée du jury

Événement

27e Trophées de L'Automobile & L'Entreprise : retour en images sur la journée du jury

Plus d'articles