La mobilité est en crise

Eloïse LE GOFF-BERNIS

Sujets relatifs :

La mobilité est en crise

La mobilité est en crise

Parce qu’elle n’est plus nécessairement motorisée, parce que 60 000 véhicules électriques sont déjà homologués au niveau européen, la mobilité ne cesse de cristalliser les attentions. Débat.

Un sociologue, un membre du gouvernement, un constructeur et un loueur : le CNPA a convié la crème des acteurs de la mobilité pour en évoquer les mutations. Entre Autolib et la location de véhicules entre particuliers qui font d’un mode déplacement individuel (la voiture) un moyen de transport collectif ou encore le développement des services autour de l’automobile (autopartage public et privé, Mu By Peugeot, applications smartphone, etc.), le paysage de l’usage auto éclate… avec un dénominateur commun : le nouveau besoin de sobriété. Le citadin, notamment, revendique la possibilité d’utiliser d’autres modes de déplacements à l’heure où la notion patrimoniale et statutaire des véhicules s’atrophie sérieusement. « Plus personne n’est écolo-sceptique. Tout le monde va vers une voiture plus propre, thermique et forcément électrique ou hybride », argue Claude Cham, président de la plateforme de la filière automobile. Renault qui a créé il y a un an une direction des nouvelles mobilités (c’est dire !) a pris part au débat. « Nous faisons le pari de couvrir une partie d’un marché estimé à 10 % d’ici à 2020 avec un coût de la batterie équivalent au coût actuel du carburant », intervient Thierry Koskas, directeur du programme véhicule électrique du groupe. La future Zoe, par exemple, doit être produite à 135 000 exemplaires/an.

Propriété + usage = forfait

« Nous pensons qu’une Peugeot ne sera jamais strictement utilitaire », relativise Marc Giulioli, directeur marketing d’Automobiles Peugeot. Même si, dixit André Gallin, président de la branche loueurs, les jeunes ne consomment plus que de l’usage… « Dans ce débat entre la propriété et l’usage, il y a une étape intermédiaire : le forfait dans lequel le consommateur achète un produit et paye mensuellement des services », souligne Samuel Loyson, directeur du service automobile d’Orange. « Il faut envisager que nous n’ayons plus les moyens d’investir dans l’énergie fossile », lance Jean-Louis Legrand, coordinateur du plan véhicules décarbonés au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer. Si chère essence ! « La croissance du parc a atteint sa limite. Le schéma s’écroule et le transport ne peut que devenir multimodal », conclut Bruno Marzloff, président du groupe Chronos.

Photo : Renault Zoe.

Nous vous recommandons

Kia EV6 : l’électrique qui casse les codes dès 47 990 euros

Kia EV6 : l’électrique qui casse les codes dès 47 990 euros

Pour soutenir son plan Plan S et son intention de devenir l’un des leaders mondiaux de la mobilité électrique, Kia prévoit de lancer onze nouveaux véhicules électriques d’ici à 2026, parmi lesquels le crossover EV6 qui incarne la...

Stellantis et Feu Vert partenaires sur la pièce de rechange

Stellantis et Feu Vert partenaires sur la pièce de rechange

Les Français et l'automobile : la location progresse

Etude

Les Français et l'automobile : la location progresse

#CONNECT Distribution 2021 : inscrivez-vous au rendez-vous annuel à La Baule

#CONNECT Distribution 2021 : inscrivez-vous au rendez-vous annuel à La Baule

Plus d'articles