Etude

La moitié des vélos circulent sur les trottoirs et 9 piétons sur 10 traversent hors des passages protégés

La moitié des vélos circulent sur les trottoirs et 9 piétons sur 10 traversent hors des passages protégés

Au-delà du risque pour la sécurité de chacun que ces attitudes représentent, elles semblent impacter les moyens de transport favorisés par les Français sondés.

En association avec l’institut de sondage Ipsos, la Fondation Vinci Autoroutes publie une nouvelle étude sur le partage de la route et la cohabitation souvent difficile entre les différents types d’usagers. Ce rapport met d’ailleurs en exergue les incivilités pratiquées par chacun et le constat n’a rien de satisfaisant…  

Si, dans l’espace routier, plus de 9 personnes sur 10 avouent avoir peur de la conduite des autres usagers, il n’y a rien d’étonnant à la lecture de l’enquête réalisée par la Fondation Vinci Autoroutes/Ipsos. Piétons, cyclistes, automobilistes, conducteurs de EDPM (engins de déplacement personnel motorisé), dont les trottinettes et les monoroues… Circuler dans la ville ou sur les axes relève d’un partage complexe, pour ne pas dire anarchique. Une situation qui peut parfois mener à des tensions tant les comportements dangereux sont nombreux.

Ainsi, 56 % des cyclistes déclarent qu’il leur arrive de circuler sur les trottoirs tandis que 40 % des automobilistes indiquent qu’il leur arrive d’ouvrir leur portière sans vérifier si un vélo arrive quand 32 % admettent empiéter sur les sas vélo. Parallèlement, 27 % des conducteurs de voitures confient stationner en double file et 15 % admettent circuler sur les voies de bus. Du côté des marcheurs, de 9 personnes interrogées sur 10 avouent traverser en dehors des passages piétons protégés. De même, 70 % des motards reconnaissent avoir déjà stationné leur véhicule sur le trottoir et 61 % avoir roulé sur une piste cyclable. Enfin, concernant le respect des feux tricolores, 67 % des automobilistes et 38 % des cyclistes se sont déjà permis de passer au rouge ou à l’orange !

Des actes imprudents qui influent sur les modes de déplacement

Au-delà du risque pour la sécurité de chacun que ces attitudes représentent, elles semblent impacter les moyens de transport favorisés par les Français sondés puisque ceux considérés comme les plus vulnérables (à savoir la marche et le vélo) sont, en France, moins populaires que dans les autres pays européens. Les Français sont ainsi 59 % à se déplacer régulièrement à pied, soit 7 points de moins que la moyenne des Européens et 13 % à utiliser régulièrement un vélo, soit 9 points de moins que nos voisins. Un point positif ressort toutefois de cette étude : la pratique de différents modes de déplacement induirait un meilleur comportement routier. Opter pour la multi-modalité permettrait en effet de savoir mieux se mettre à la place des autres usagers et, dès lors, de mieux les respecter. Tout n'est donc pas perdu !

Nous vous recommandons

Avec la crise, les actifs reconsidèrent leurs déplacements

Etude

Avec la crise, les actifs reconsidèrent leurs déplacements

La voiture reste reine pour les trajets professionnels ou domicile-travail mais les préoccupations écologiques et surtout économiques poussent à se déplacer autrement. Une tendance que relève l’édition 2022 du baromètre «...

Les conducteurs de véhicules électrifiés préfèrent se charger... à domicile

Etude

Les conducteurs de véhicules électrifiés préfèrent se charger... à domicile

Le marché français du VN affiche une croissance à deux chiffres !

Le marché français du VN affiche une croissance à deux chiffres !

La France dépasse (à peine) les 75 000 points de recharge publics

La France dépasse (à peine) les 75 000 points de recharge publics

Plus d'articles