La promesse Volta Trucks se concrétise

La promesse Volta Trucks se concrétise

Volta Trucks à l'ambition de révolutionner la logistique urbaine avec la production d’un camion silencieux, zéro émission, qui se distingue par sa cabine avant-gardiste conçue à l’image de celle d’un bus.

À moins de six mois de sa promesse de commercialiser ses premiers camions urbains électriques, le Volta Zero, Volta Trucks lève le voile sur les moyens et les solutions déployées pour conquérir le marché.

Après trois levées de fonds cumulant un total de 290 millions d’euros, les choses avancent vite et se précisent chez Volta Trucks encore « au milieu de l’aventure » aux dires de sa responsable du développement commercial, Carla Dutrieux. Créée il y a peu, en 2019, la marque suédoise avance à grands pas vers la commercialisation de son modèle de camion 16 tonnes (8 tonnes de charge utile), 100 % électrique, conçu pour la logistique urbaine, le Volta Zero. Volta Trucks à l'ambition de révolutionner la logistique urbaine avec la production d’un camion silencieux, zéro émission, qui se distingue par sa cabine avant-gardiste conçue à l’image de celle d’un bus : le poste de conduite est abaissé, proche de la route, avec une vision panoramique. Sans oublier une conduite en position centrale avec des portes gauche et droite coulissantes. Le cockpit se veut ultra-moderne avec un ensemble de six écrans digitaux (rétroviseurs et écrans de bord de pilotage). Tout est pensé pour le confort et la sécurité comme le réclame la conduite en ville.

Des essais dynamiques qui tiennent la route

Il existe, à ce jour, 25 prototypes du camion qui doit entrer en production série dès l’an prochain. Il sera produit en Autriche par Steyr Automotive, ancienne usine MAN. Les premiers essais sur route, ouverts à la presse, ont montré un camion dynamique, puissant dans ses accélérations, facile à conduire et à manœuvrer avec un faible rayon de braquage. Tel un bus, le camion peut embrasser les trottoirs. Monté sur suspensions pneumatiques, le Volta Zero ne tangue pas, sa tenue de route est ferme et son assiette, réglable, reste constante. On descend de sa cabine lumineuse et spacieuse avec facilité. Ce camion est une réussite. Les pilotes instructeurs de l’UTAC, qui ont testé le véhicule, parlent d’une véritable innovation et se régalent à conduire ce véhicule lourd de nouvelle génération après s’être adaptés à la troublante conduite en position centrale. Reste à connaître son niveau de fiabilité que seul le temps renseignera.

Une propulsion électrique compacte

Le Volta Zero est animé par l’essieu arrière électrique fourni par l’américain Meritor et sa solution Blue Horizon. L’ensemble intègre le moteur électrique et la transmission à 2 vitesses. Sa compacité libère de l’espace entre les rails du châssis. C’est là que sont implantées les batteries. Cette intégration centrale et la bonne répartition des masses contribuent à la bonne tenue de route du véhicule. L’autonomie du Volta Zero est annoncée jusqu’à 200 km. Le véhicule est équipé d’une batterie de 150 à 225 kWh, composée de deux ou trois packs de 75 kWh fournis par l’Américain Proterra. Le fabricant avance fournir des batteries qui offrent la plus grande densité énergétique du marché. Les batteries sont garanties 6 ans, 192 000 km, avec une perte maximum de 20 % de leur capacité. Volta Trucks annonce plus de 4 000 cycles de recharge sur 10 ans, sans dégradation significative de la batterie.

Une offre LLD pour une maîtrise des coûts

Si le camion en soit est déjà très novateur, l’écosystème « Truck as a Service » mis en place par le constructeur autour du produit l’est encore plus. Volta Trucks souhaite accompagner ses clients avec une offre de leasing à tiroirs de 6 à 8 ans qui peut, selon le souhait des clients, couvrir le financement, l’analyse des besoins en termes d’infrastructure de recharge, la mise en place de l’infrastructure, l’assurance (dont les primes sont conditionnées aux données de conduite), la télématique, la formation, l’assistance et bien sûr l’entretien-réparation prédictif jusqu’aux contrôles règlementaires. Cet accompagnement à 360 degrés a été imaginé pour permettre aux transporteurs de franchir le pas de l’électrique avec sérénité. Il faudra toutefois débourser entre 3 700 et 4 000 euros de loyer mensuel sur 8 ans pour un camion valorisé à hauteur de 265 000 euros en version 16 tonnes. Sans considérer la maintenance, l’assurance et l’accompagnement à l’infrastructure de recharge, le loyer passe de base à 2 500 euros.

Accompagner pour électrifier les parkings

Le constructeur a mis en place, parmi ses 450 salariés, une équipe d’électriciens pour accompagner de A à Z ses clients dans la construction de leur pôle de recharge. Elle coordonne et supervise l’ensemble des prestataires et l’avancement des travaux qui peuvent s’avérer très importants jusqu’à l’implantation d’un transformateur comme il est courant de voir dans les petites communes. Pour les flottes de plus de 12 véhicules, le coût de l’installation peut dépasser les 100 000 euros (sans les bornes) avec un délai d’une année. Une autre équipe, en relation avec les pouvoirs publics, a en charge d’aller chercher des subventions. Du jamais vu pour un constructeur.

L’entretien-réparation du parc Volta Zero sera assuré par les ateliers de la marque mais aussi par des opérateurs externes en réseau. Des partenariats sont en cours de signature. Les ateliers de la marque seront intégrés au sein des centres Volta Trucks Hubs qui incorporent aussi la logistique pièces détachées, l’école de formation et le centre d’appels clients. Un premier centre a été ouvert au sud de la région parisienne avec 8 baies d’atelier, capable de traiter 600 camions par an. Deux prochains Volta Trucks Hubs ouvriront avant la fin de l’année au nord de Paris et à Londres. En cas de panne sur la route, Volta Trucks s’engage à intervenir en moins de 2 heures.

27 000 véhicules par an d’ici à 2025

La marque indique disposer d’un carnet de commandes de plus de 6 500 véhicules, dont 1 470 commandés par DB Schenker et 1 000 par Petit Forestier, pour une valeur de 1,4 milliard d’euros. La France (Paris) et la Grande-Bretagne (Londres) restent les deux marchés prioritaires avec les premières commercialisations au cours du premier trimestre 2023. Suivront Madrid et Milan à partir du deuxième trimestre. Ainsi, 3 000 Volta Zero pourraient être livrés en 2023. La région Rhin-Ruhr en Allemagne et celle de Randstad aux Pays-Bas sont également visées par le constructeur. L’Europe n’est pas le seul continent dans le viseur de Volta Trucks. Il y a aussi les États-Unis, à commencer par sa ville de Los-Angeles prévue pour la fin de l’année prochaine. Des versions 7,5 et 12 tonnes sont aussi programmés avec une production pour 2025. De même, un 18 tonnes est en prévision pour la mi-2023. L’ensemble des versions doit permettre au constructeur d’écouler 27 000 véhicules par an d’ici à 2025.

Nous vous recommandons

Daimler Truck livrera les eActros LongHaul en 2023

Daimler Truck livrera les eActros LongHaul en 2023

Le constructeur de poids lourds annonce que les essais en conditions réelles de son camion électrique longue distance à batterie débuteront l'année prochaine.Amazon et Rhenus prévoient d'essayer l'eActros LongHaul dans le cadre du...

Volvo Trucks dévoile son essieu AR électrique

Volvo Trucks dévoile son essieu AR électrique

Volvo Trucks démarre les tests de ses camions à pile à combustible en 2025

Volvo Trucks démarre les tests de ses camions à pile à combustible en 2025

Carrier Transicold présente ses développements sur l'hydrogène à Hanovre

Carrier Transicold présente ses développements sur l'hydrogène à Hanovre

Plus d'articles