La recharge en entreprise, un secteur en plein boom

Clotilde Gaillard
La recharge en entreprise, un secteur en plein boom

La recharge en entreprise, un secteur en plein boom

Lors d’une table ronde qui s’est tenue mardi 5 octobre, les principaux protagonistes de l’électromobilité professionnelle étaient réunis pour discuter de l’avenir de la recharge B to B. Un dossier brûlant d’actualité et sur lequel il y a fort à dire…

Comment recharger son véhicule électrifié quand on est salarié ? Comment aider ses collaborateurs à faire usage de leur véhicule électrifié quand on est un employeur ? Les interrogations des professionnels sont nombreuses. C’est pourquoi, en vue d’apporter les réponses adéquates, plusieurs acteurs leaders du secteur se sont retrouvés lors d’une table ronde organisée mardi 5 octobre par le spécialiste de la supervision de bornes de recharge, Bornes Solutions. Parmi les intervenants de l’événement, il y avait ainsi Jérôme Princet, CEO de Bornes Solutions ; mais aussi Jacky Delorme, responsable des ventes flottes de MG Motor France ; Yoann Magaut, co-fondateur de Harmonia Mobility, société accompagnant la transition énergétique des flottes ; Maxime Dupas, directeur développement commercial mobilités et nouvelles énergies de TotalEnergies ; et Cécile Goubet, déléguée générale de l’Avere-France.

Alors que l’Association nationale pour le développement de la mobilité électrique projette 7 à 17 millions de VE en circulation sur les axes tricolores en 2035 – un objectif encore loin d’être atteint puisque la France ne comptait que 657 881 véhicules électrifiés mis à la route fin août 2021 –, le verdissement des flottes apparaît plus que bien entamé. En témoigne tout particulièrement la progression sur le segment des hybrides rechargeables (PHEV), dont les immatriculations ont fait un bond de 177 %. Il faut dire que cette bascule du thermique vers l’électrique au sein des parcs automobiles des entreprises, portée par des TCO attractifs et une fiscalité incitative, répond aux nouveaux objectifs RSE de celles-ci mais également aux échéances législatives et environnementales que sont la loi d’orientation des mobilités (LOM) et les zones à faibles émissions (ZFE).

Lâchez prise...

Néanmoins, parallèlement à cette conversion des motorisations, restent la problématique de l’autonomie des véhicules et de l’accès à une solution de recharge pour les conducteurs de VE. Or, sur ce point, les projets de déploiement véritablement concrétisés sont encore sporadiques, bien qu’« une dynamique soit en train de se créer », nuance Cécile Goubet. Après une croissance pratiquement atone du déploiement en 2020, « la demande du nombre de points de recharge repart à la hausse : + 300 % à fin septembre par rapport à 2020 », observe Jérôme Princet de Bornes Solutions. Notamment en entreprise, qui compte 51 % des points de charge au total, contre 43 % pour le domicile et à peine 7 % ouvertes au public. Pour autant, les recommandations de l’UE en matière de recharge, qui sont de 1 borne pour 12 véhicules électriques et 1 pour 16 si ce sont des PHEV, ne sont pas encore près d’être égalées, la France plafonnant au chiffre de 10 véhicules par point de charge. Un taux qui pourrait toutefois progresser compte tenu des obligations futures en matière de conformité des bâtiments.

L’équipement IRVE des sites professionnels semble donc être, plus que jamais, crucial. Pour accompagner ce mouvement, plusieurs aides ont ainsi été mises en place comme le bonus écologique et la prime à la conversion encourageant le verdissement de la flotte, mais aussi le programme CEE Advenir, piloté par l’Avere, le crédit d’impôt, l’exonération de TVS ou encore certaines mesures avancées par le plan de relance… Des subventions qui ne doivent cependant pas faire oublier que, dans son ambition de recharge, le gestionnaire de parc doit faire face à un écosystème complexe où évoluent pléthore d’interlocuteurs, du fournisseur de bornes à celui d’énergie, du propriétaire foncier au gestionnaire de réseau de distribution, en passant par l’opérateur de mobilité, les assureurs, les organismes d’aides donc et les constructeurs automobiles.

... ils se chargent de tout !

Par conséquent, l’objectif est de faire communiquer toutes ces entités ensemble afin de faciliter le parcours des clients, surtout B to B, car « il y a une vraie recherche de simplicité », note Jacky Delorme, imaginant des infrastructures de recharge capable de reconnaître les besoins (pro ou perso) des VE branchés et ainsi faciliter la facturation et abandonnant la nécessité de posséder un badge ou une carte de paiement dédiée. Le responsable des ventes flottes de MG Motor France rappelle également que « le changement du marché va être influencé par l’offre du marché », d’où l’importance de s’accorder entre acteurs du secteur.

Malheureusement, le millefeuille décisionnaire ne va pas désépaissir de sitôt et les difficultés techniques, de raccordement, de puissance ou de dimensionnement notamment, requerront toujours des audits pour analyser les possibilités pratiques en fonction des usages. De même, « le manque d’information des conducteurs et de bonnes compréhensions des capacités du véhicule en matière de recharge perdurent, avec un énorme impact sur le TCO global si le VE est mal utilisé », pointe du doigt Cécile Goubet. C’est donc pour y remédier que l’Avere envisage de lancer un groupe de travail adressé aux flottes, opérationnel dans quelques mois, afin d’éclairer les gestionnaires de parc dans leurs démarches d’équipement de recharge. Car le monde l’entreprise s’avère diversifié et, pour les loueurs courte durée, par exemple, le besoin de multiplicité des bornes pour répondre à toutes sortes d’usages se fait plus prégnant. Sans oublier que la filière des bornes de recharge aussi souffre de la pénurie de composants, risquant de ralentir sa tendance à l’essor.

Nous vous recommandons

Autogriff ouvre son capital à UI Investissement

Autogriff ouvre son capital à UI Investissement

Afin d'accélérer et de sécuriser son développement, le e-carrossier Autogriff annonce l’ouverture de son capital à UI Investissement, avec le soutien de Bpifrance et de quelques partenaires privés. Du même coup, il nourrit de...

Pascal Audebert va quitter Profil Plus

Pascal Audebert va quitter Profil Plus

Caocao Mobility intègre le Village Mobilité

Caocao Mobility intègre le Village Mobilité

Afflelou et Avineon retiennent Azfalte pour leur flotte de vélos de fonction

Afflelou et Avineon retiennent Azfalte pour leur flotte de vélos de fonction

Plus d'articles