Le business après-vente des concessionnaires VI en question

Mohamed AREDJAL

Sujets relatifs :

, ,
Le business après-vente des concessionnaires VI en question

Le business après-vente des concessionnaires VI en question

L’heure est au bilan pour la Chambre syndicale internationale de l’automobile et du motocycle (CSIAM), qui a dévoilé ce 14 janvier son compte-rendu du marché 2015 pour le secteur du véhicule industriel. À l’instar de l’OVI, la CSIAM confirme que le dernier exercice a été marqué par une nouvelle segmentation du marché. Si les ventes ont progressé avec 41 718 immatriculations (+ 11,05 %), la répartition est significativement favorable aux tracteurs, dont les volumes ont bondi de 20,1 %, à 24 943 unités, tandis que le segment des porteurs a reculé (– 0,14 %, 16 775 unités).

Alors que la part de marché des tracteurs représente désormais environ 60 %, Thierry Archambault, président-délégué de la CSIAM estime que cette situation devrait s’inscrire dans le temps. « Ce nouvel étiage pérenne s’explique par une recherche de flexibilité plus grande dans l’utilisation des parcs des entreprises de transport. Il peut conduire à une révision des modèles économiques par l’impact qu’il aura sur le marché de l’après-vente et de la carrosserie », analyse-t-il.

Des ateliers sans porteurs…

En effet, la nature des opérations de maintenance réalisées sur les deux segments de véhicules diffère et risque, à terme, de bouleverser l’activité des réparateurs. Rappelons que la durée de vie d’un tracteur dans un parc s’élève en moyenne à 3 ou 4 ans contre 7 à 9 ans pour un porteur, qui reste soumis à des interventions d’entretien plus régulières. « Les opérations sont plus lourdes et plus compliquées sur un porteur qui, en raison de son activité souvent urbaine, va en outre être exposé plus régulièrement à des chocs. Ce sont des interventions de carrosserie qui se présentent moins souvent évidemment avec un tracteur » explique Jean-Claude Bailly, directeur général de Volvo Group Trucks Sales France. Du côté de la Fédération française de carrosserie (FFC), on confirme également le recul de l’activité dans les ateliers adhérents.

Dans ce contexte, les constructeurs ont indiqué avoir pris conscience des enjeux qui commencent à se dessiner dans leurs garages. D’autant qu’ils sont confrontés à un défi : le vieillissement des effectifs de techniciens, qui peinent à se renouveler. « Nous n’arrivons pas à attirer les jeunes ! Nous manquons de nouveaux personnels dans nos ateliers alors que nos besoins sont de plus en plus importants. La technicité de nos véhicules nous oblige pourtant à former des techniciens avec des compétences plus poussées, notamment dans le domaine de l’électronique », déplore Jean-Marc Diss, président de la branche VI de la CSIAM.

Des challenges auxquels les constructeurs devront rapidement faire face puisque le marché ne devrait pas retrouver son niveau d’avant-crise. Pour 2016, la CSIAM prévoit pour les VI un marché en légère croissance, autour de 43 000 unités. Une nouvelle fois, les ventes devraient être principalement tirées par les tracteurs.

Nous vous recommandons

Volvo Trucks introduit de l'acier sans énergie fossile dans ses camions électriques

Volvo Trucks introduit de l'acier sans énergie fossile dans ses camions électriques

Volvo Trucks devient le premier constructeur à utiliser de l'acier sans énergie fossile dans ses poids lourds.Les poids lourds électriques de la marque Volvo Trucks seront les premiers à utiliser de l'acier sans énergie fossile, produit...

25/05/2022 | Environnement
Kuehne+Nagel noue un partenariat avec Adidas

Kuehne+Nagel noue un partenariat avec Adidas

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Daimler Truck AG devient partenaire de Manz pour la production et l'assemblage de batteries lithium-ion

Daimler Truck AG devient partenaire de Manz pour la production et l'assemblage de batteries lithium-ion

Plus d'articles