Le Citroën ë-Jumpy passe lui aussi à l'hydrogène

Le Citroën ë-Jumpy passe lui aussi à l'hydrogène

Le Citroën ë-Jumpy passe lui aussi à l'hydrogène

Logique de groupe oblige, comme ses frères de chez Peugeot ou Opel, le fourgon moyen de Citroën pourra bientôt être commandé en version fuel-cell, c’est-à-dire avec une pile à combustible alimentée en hydrogène.

En matière de mobilité hydrogène, les projets ne manquent pas ! Et le segment des véhicules utilitaires légers (VUL) est particulièrement mis à l’honneur par les constructeurs automobiles. Après avoir électrifié leurs fourgons, ces derniers cherchent à accroître leur autonomie sans que cela n’impacte leurs rejets de dioxyde de carbone (CO2), tant scrutés par les autorités internationales, nationales ou locales. Dans ce type de solution, les piles à combustible alimentées en hydrogène constituent la solution. En effet, les véhicules fuel-cell sont des véhicules électriques à l’autonomie améliorer et dont les rejets se limitent... à de la vapeur d’eau.

« Citroën ë-Jumpy Hydrogen vient compléter notre gamme de véhicules utilitaires légers. Son architecture combinant pile à combustible à hydrogène et batterie fournit à notre fourgon le meilleur des deux technologies. [...]

JPEG - 1.5 Mo

Il répond aux besoins et usages des professionnels qui bénéficieront d’une autonomie de plus de 400 kilomètres [contre 230 à 330 kilomètres pour le ë-Jumpy, selon la taille des batteries, ndlr] d’un impact moindre de la température extérieure sur l’autonomie, d’un temps de charge de 3 minutes seulement, de la capacité de récupérer plus d’énergie lors de la décélération », commente Laurence Hansen, directrice produit et stratégie Citroën.

Disponible à l’automne 2021

Plus concrètement, ce nouveau ë-Jumpy Hydrogen embarque une pile à combustible de 45 kW alimentée par un réservoir d’hydrogène constitué de trois cylindres à 700 bars ainsi qu’une batterie de 10,5 kWh, jouant le rôle de réserve d’énergie et prenant le relais de la pile à combustible lorsque le réservoir est vide.

JPEG - 1.1 Mo

« La pile à hydrogène assure l’autonomie du véhicule et la batterie est nécessaire lors des phases transitoires telles les fortes accélérations et les déclivités qui sollicitent davantage de puissance. Ces deux sources d’énergie combinées permettent d’alimenter le moteur et d’entraîner la chaîne de traction », précise le constructeur. S’il est nécessaire de passer dans une pompe spécialisée pour l’avitaillement en hydrogène, le véhicule peut également être branché sur une borne de recharge afin de recharger sa batterie.

Produit comme les versions thermiques et électriques à batteries dans l’usine SevelNord à Hordain (59), l’ë-Jumpy Hydrogen est ensuite transformé au Centre de recherche et développement sur les piles à combustibles à hydrogène de Russelsheim en Allemagne. Proposé en deux tailles M pour 4,95 mètres de longueur et XL pour 5,30 m, l’ë-Jumpy Hydrogen sera livré dès l’automne à ses premiers clients professionnels.

Nous vous recommandons

Essai - Tesla Model Y : « very good trip »

Essai - Tesla Model Y : « very good trip »

Après les Model S, 3 et X, c’est au tour du model Y d’intégrer la gamme Tesla en Europe. Style original, puissance décoiffante et autonomie conséquente sont au programme. Est-ce assez pour séduire les clients du désormais très...

07/12/2021 | EssaiTesla
Renault : exit Kadjar, bonjour Austral !

Renault : exit Kadjar, bonjour Austral !

Une Mazda 2 Hybrid qui ne cache pas ses origines

Une Mazda 2 Hybrid qui ne cache pas ses origines

Essai - Kia EV6 : la claque électrique

Vidéo

Essai - Kia EV6 : la claque électrique

Plus d'articles