Le constructeur américain Tesla aurait-il menti sur l'autonomie de ses véhicules électriques ?

Le constructeur américain Tesla aurait-il menti sur l'autonomie de ses véhicules électriques ?

Aux États-Unis, Tesla est accusé d'avoir sciemment surestimé l'autonomie maximale de ses véhicules électriques et mis en place une équipe chargée d'étouffer les plaintes des clients. 

D'ordinaire, l'entreprise américaine Tesla fait parler d'elle en raison de la guerre des prix pratiquée vis-vis des autres constructeurs de véhicules 100 % électriques ou des frasques de son patron, Elon Musk. Depuis quelques jours, la marque est pointée du doigt outre-Atlantique car elle aurait utilisée un logiciel truqué donnant une estimation de la charge de la batterie (et donc de l'autonomie de ses véhicules) plus optimiste que la réalité.

Cette affaire est rapportée par Reuters, auprès de qui une source proche du dossier a confirmé l'existence d'un tel dispositif sur certaines productions Tesla. Plus concrètement, le recours à un algorithme aurait permis d'afficher au tableau de bord de plus longues distances atteignables avec une batterie pleine que ce dont les véhicules sont réellement capables de parcourir. Dès que la batterie passe en-dessous de 50 % de sa charge, ce même algorithme rendrait alors les estimations plus réalistes. De telle sorte que les propriétaires anticipent leur recharge.

En parallèle, les ingénieurs de la marque auraient également équipé les véhicules d'un « tampon de sécurité » afin d'éviter aux conducteurs la panne sèche. Même avec une batterie vide (0 % affichés au tableau de bord), les Tesla concernées seraient capables de parcourir près de 25 km supplémentaires.

Une décision d'Elon Musk pour rassurer les clients

Alors que l'autonomie maximale estimée des véhicules Tesla ne tient déjà pas compte des variations de température (un paramètre qui limite grandement leur rayon d'action) selon plusieurs experts et analystes, l'usage d'un logiciel truqué pour gonfler les distances atteignables ne ne serait pas une initiative isolée de quelque ingénieurs de la marque mais bien une demande expresse... d'Elon Musk, d'après la source citée par Reuters.

Cette dernière explique qu'Elon Musk souhaitait « voulait présenter les meilleurs chiffres d'autonomie » possibles au marché car « acheter une voiture qui annonce 350 à 400 miles (563 à 643 km) d'autonomie est très rassurant » et permet de convertir plus facilement les automobilistes à la mobilité zéro émission.

Une équipe Tesla pour étouffer les plaintes des clients

En pratique, les estimations d'autonomie des véhicules électriques présentées par les constructeurs automobiles sont à l'image des estimations de consommation des véhicules thermiques. C'est-à-dire optimisées et optimistes, bien qu'encadrées par des protocoles d'homologation très stricts. D'ailleurs, les marques prennent de plus en plus le soin de préciser que ces valeurs sont obtenues dans des conditions de roulage qui peuvent être très différentes de celles de leurs clients au quotidien.

Dans le cas de ce qui pourrait être une « affaire Tesla » comme l'a été le « dieselgate » pour Volkswagen Group, de nombreux propriétaires se seraient rendus compte des performances dégradées de leurs véhicules et auraient demandé à ce qu'ils soient examinés par les experts de la marque. Des demandes que le constructeur californien aurait tout simplement refusées avec l'appui d'une équipe dédiée à ces cas.

« Le constructeur a déployé une équipe dédiée [...] pour annuler les rendez-vous [...] car son service après-vente était inondé de rendez-vous de propriétaires de véhicules qui s'attendaient à de meilleures performances, plus proches des estimations annoncées par l'entreprise et des projections indiquées au tableau de bord », lit-on encore dans l'enquête de Reuters, à laquelle l'entreprise mise en cause n'a pas souhaité collaborer.

Nous vous recommandons

Fest Auto en dit plus sur les tarifs et la distribution de son fourgon électrique e-Box M

Fest Auto en dit plus sur les tarifs et la distribution de son fourgon électrique e-Box M

Le constructeur asiatique vient de dévoiler la liste des premiers distributeurs de la marque en France ainsi que la grille tarifaire de l'e-Box M, son VUL 100 % électrique prochainement disponible à la commande.L'arrivée du Fest Auto...

Stellantis : le jeu des chaises musicales se poursuit dans le top management

Nomination

Stellantis : le jeu des chaises musicales se poursuit dans le top management

Hyundai abat ses prix pour faire entrer IONIQ dans le bonus écologique

Hyundai abat ses prix pour faire entrer IONIQ dans le bonus écologique

Vélotaf : la start-up BeeToGreen veut devenir la "référence vélo" des entreprises

Vélotaf : la start-up BeeToGreen veut devenir la "référence vélo" des entreprises

Plus d'articles