Le groupe BMW entame un virage stratégique décisif

Clotilde Gaillard

Sujets relatifs :

, ,
Le groupe BMW entame un virage stratégique décisif

Le groupe BMW entame un virage stratégique décisif

Bien que déjà bien engagée dans une transition énergétique d’envergure, la firme automobile allemande met un coup d’accélérateur à son offensive technologique ainsi qu’à son orientation vers la mobilité électrique.

Avec ses quatre marques (BMW, Mini, Rolls-Royce et BMW Motorrad), le groupe BMW a fini l’année 2020 avec 2,3 millions de véhicules de tourisme et plus de 169 000 motos vendus dans le monde. Si son exercice a été chahuté par la crise sanitaire, il constitue toujours un acteur de poids sur le marché automobile dont les moindres changements de direction sont significatifs d’une évolution des tendances et donc scrutés à la lettre. Par conséquent, lorsque le constructeur affirme avoir « posé les jalons d’un réalignement complet », on tend l’oreille.

« Le groupe BMW a des projets ambitieux pour 2021. Nous avons commencé la nouvelle année avec une forte dynamique et nous visons à revenir le plus rapidement possible aux niveaux d’avant la crise - et à aller encore plus loin », a en effet déclaré Oliver Zipse, président du conseil d’administration. « Nous avons une feuille de route claire pour faire de la transformation de notre industrie un réel avantage concurrentiel pour BMW dans les années à venir », ajoute-t-il.

BMW donne un coup de jus à ses produits

À partir du milieu de la décennie, une nouvelle génération de véhicules devrait ainsi faire passer la mobilité premium du groupe à un niveau supérieur d’un point de vue technologique. Grâce à une architecture de voitures intelligentes et un réseau de production flexible, l’entité BMW disposera « d’une douzaine de modèles entièrement électriques sur les routes dans le monde d’ici 2023 », promet le constructeur. En 2021, le catalogue composé de la BMW i3, la Mini SE et la BMW iX3 sera donc complété par la BMW iX et la BMW i4, dont le lancement se fait avec trois mois d’avance et qui affiche une autonomie allant jusqu’à 590 km (WLTP). En voici un premier aperçu :

Selon les prévisions du groupe BMW, des versions entièrement électriques de la très populaire BMW Série 5 et du BMW X1 suivront dès 2022, tout comme la BMW Série 7 et le successeur de la Mini Countryman. Des objectifs qui permette d’envisager, pour la firme, la proposition « d’au moins un modèle entièrement électrique sur la route dans environ 90% de ses segments de marché actuels d’ici 2023 ». De cette façon, « au moment où la deuxième phase de la transformation actuelle atteindra son apogée en 2025, les livraisons de modèles 100 % électriques auront augmenté en moyenne de bien plus de 50 % par an et donc plus de dix fois par rapport à 2020 », précise la marque. Soit la livraison de deux millions de véhicules BEV d’ici la fin de l’année 2025. Toutefois, ces chiffres s’avèrent susceptibles de varier en fonction des progrès réalisés dans l’expansion régionale des infrastructures de recharge.

La "Neue Klasse" à partir de 2025

La Neue Klasse (nouvelle classe) sur laquelle se baseront les prochaines productions automobile du groupe BMW se caractérise par une architecture informatique et logicielle entièrement redéfinie, une nouvelle génération de transmissions électriques et une approche nouvelle de la durabilité sur l’ensemble du cycle de vie du véhicule. Définie comme « la haute technologie sur quatre roues pour les clients désireux de découvrir dans cinq ans à peine ce que ressentira la mobilité en 2030 » selon Oliver Zipse, la Neue Klasse adoptera une approche digitale systématiquement intégrée pour configurer individuellement certaines fonctionnalités. Sans oublier le développement d’intérieurs toujours plus spacieux, assure BMW group.

Ces caractéristiques innovantes se verront combinées avec une nouvelle génération de transmission électrique basée sur un type de batterie haute tension avec une conception de cellule optimisée. « Une transmission électrique basée sur la pile à hydrogène est également une option », fait savoir le constructeur. Quant à l’expérience de conduite, chère à la marque, « elle sera en outre améliorée en se concentrant sur les caractéristiques de conception des véhicules entièrement électriques, y compris les options pour les systèmes d’assistance à la conduite de pointe et la conduite hautement automatisée. »

Trois mots-clés : électrique, numérique, circulaire

La trajectoire vers une mobilité 100 % « branchée » prise par le groupe BMW se mènera donc en trois phases. La première, déjà en place, consistait en la concrétisation du projet i dans la chaîne de production en série, en particulier sous la forme d’hybrides rechargeables. La deuxième réside dans l’interaction numérique et la connectivité des véhicules. En témoigne le système d’exploitation BMW 8, dont le lancement est prévu en 2021 et qui s’installera pour la première fois dans la BMW iX, dans le but de permettre à chaque véhicule du groupe d’effectuer des mises à niveau en un temps record.

Enfin, en troisième lieu, l’économie secondaire d’abord et l’économie circulaire s’inscriront comme des enjeux incontournables pour les futures générations de voitures développées. Avec ses modèles Neue Klasse, le groupe BMW entend en effet élever l’importance du développement durable à un niveau supérieur. Outre le passage à l’énergie renouvelable pour alimenter ses propres processus de production ainsi que ceux de la chaîne d’approvisionnement, le groupe BMW se concentrera également sur la réduction de la consommation de ressources en général. « Compte tenu de la rareté croissante des ressources limitées et de la hausse des prix des matières premières, cette étape est absolument impérative », justifie la firme.

Ainsi, la proportion de matières secondaires utilisées pour la fabrication de la Neue Klasse (comme l’acier recyclé, le plastique ou l’aluminium) sera fortement augmentée et le recyclage sera pris en compte dès la conception du véhicule. Dans le même temps, le groupe BMW réduit également son utilisation de matières premières critiques, notamment du cobalt dans les batteries au profit du nickel. De même, l’e-Drive ne nécessitera plus l’emploi de terres rares et le recours aux monomatériaux, pour les sièges par exemple, sera plus régulier afin de maximiser le volume de matière retenu dans la boucle de recyclage. Le groupe BMW explore également la possibilité de collaborations intersectorielles « pour faire de l’objectif de l’économie circulaire une réalité ».

Mini : une marque 100% électrique dans 10 ans

Au cours de la décennie qui s’annonce, la griffe britannique Mini ne sera pas mise de côté dans ce plan d’électrification massive. Selon les attentes du groupe BMW, Mini devrait présenter son tout dernier modèle à motorisation thermique dès 2025 et ne lancera plus que des modèles entièrement électriques à partir de ce moment. D’ici à 2027, les véhicules 100 % électriques représenteront au moins 50 % de toutes les livraisons de la marque et toute la gamme sera totalement électrifiée au début des années 2030 à en croire les projections de la firme allemande. Qui affirme aussi que « les Mini BEV seront produits en Chine en collaboration avec le constructeur local Great Wall Motor à partir de 2023. »

Autant d’ambitions qui entraînent forcément de nouvelles dépenses en matière de recherche et développement, mais aussi en termes d’expertise. Afin de répondre aux exigences électromobiles futures, le groupe BMW amorce la plus importante opération de qualification de son histoire, invitant quelque 75 000 collaborateurs à suivre une formation continue en 2021, rien qu’en Allemagne. Malgré l’aspect onéreux de ces objectifs, le groupe BMW se montre confiant en sa capacité et sa solidité financière après avoir terminé le dernier trimestre 2020 par une ultime poussée du segment automobile. Le constructeur table d’ailleurs sur une amélioration de la marge EBIT (bénéfice avant résultat financier) « dans une fourchette de 6 à 8% pour l’ensemble de l’année 2021. »

Nous vous recommandons

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Le prototype de véhicule avec panneaux photovoltaïques imaginé par les étudiants de l’Université technologique d’Eindhoven Solar Team a retenu l’attention de Renault Group au travers de sa marque dédiée aux nouvelles mobilités,...

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Mauvaise nouvelle pour Maserati

Mauvaise nouvelle pour Maserati

Plus d'articles