Le groupe Bosch affiche un bon début d'exercice

Jean-Marc Gervasio

Sujets relatifs :

,
Le groupe Bosch affiche un bon début d'exercice

Le groupe Bosch affiche un bon début d'exercice

Le chiffre d’affaires de l’entreprise de technologies et de services Bosch a progressé de 12 % au premier trimestre 2017 ; hors effets de change, la hausse s’établit à 11 %.

Tous les secteurs d’activité et toutes les régions ont progressé au cours du premier trimestre 2017, et de manière significative pour certains. Pour l’année en cours, Bosch table sur une croissance de 3 à 5 % de son chiffre d’affaires du fait des prévisions conjoncturelles moroses et des incertitudes géopolitiques. En dépit d’un niveau d’investissements maintenu à un niveau élevé pour assurer son avenir, le groupe parie sur une hausse de son résultat. « Notre succès commercial d’aujourd’hui nous donne la possibilité de façonner le monde de demain » a déclaré Volkmar Denner, président du directoire de Bosch, lors de la conférence de presse annuelle sur les résultats. Et d’ajouter : « Développer l’activité existante, conquérir de nouveaux domaines, assurer le leadership technologique : telle est notre stratégie pour mener à bien le processus de transformation » Le changement s’articule autour de deux axes : l’évolution du secteur de la mobilité et l’interconnexion via l’Internet des objets. « En tant que leader de l’innovation, nous façonnons et portons la transformation », a poursuivi le dirigeant.

Des investissements pour assurer l’avenir

Le chiffre d’affaires du groupe Bosch a atteint 73,1 milliards d’euros en 2016, soit une hausse de 3,6 %, et de 5,5 % hors effets de change. Les effets de change qui ont pesé sur le chiffre d’affaires ont totalisé 1,3 milliard d’euros en 2016. Le résultat opérationnel avant résultats financiers et impôts (EBIT opérationnel) a atteint 4,3 milliards d’euros, la rentabilité s’établissant ainsi à 5,8 %. L’évolution du résultat en 2016 reflète les importants investissements initiaux réalisés en vue d’assurer l’avenir. Bosch a accru ses dépenses en R&D de près de 10 % en 2016, à 7 milliards d’euros. « Bosch doit réaliser d’importants investissements initiaux en vue de la transformation, tout en maintenant une rentabilité durablement élevée » a déclaré Stefan Asenkerschbaumer, directeur financier et vice-président du directoire de la marque. Des charges exceptionnelles négatives ont pesé sur l’EBIT, qui s’est établi à 3,3 milliards d’euros en 2016.

Une nouvelle perception de la technologie : intelligente et émotionnelle

Bosch estime qu’à l’horizon 2020 le volume mondial du marché de l’Internet des objets progressera de 35 % par an, à 250 milliards de dollars. En 2016, l’entreprise a déjà vendu 27 millions de produits connectables à Internet. D’ici à 2020, tous les nouveaux produits électroniques Bosch pourront être connectés. Et à l’avenir des services connexes seront proposés autour de chaque produit. La clé de toutes ces évolutions est l’intelligence artificielle. Dans dix ans, près d’un produit Bosch sur deux sera développé ou produit grâce à l’intelligence artificielle, ou en sera doté. Durant les cinq prochaines années, Bosch investira 300 millions d’euros dans son centre d’intelligence artificielle.

Dans le Land allemand du Bade-Wurtemberg, Bosch contribue actuellement à la création de la « Cyber Valley ». Cette alliance entre les sphères politique, économique et scientifique vise à faire progresser la recherche sur l’intelligence artificielle. En partenariat avec l’Université d’Amsterdam, Bosch pilote le Delta Lab, un laboratoire de recherche sur le deep learning. Volkmar Denner commente : « Avec l’intelligence artificielle, l’interconnexion devient personnelle et émotionnelle. Les assistants numériques sont de plus en plus intelligents et déchargent leurs utilisateurs de tâches routinières. »

Selon les estimations de Tractica, le nombre de personnes utilisant des assistants numériques devrait plus que tripler d’ici au début de la prochaine décennie, à plus de 1,5 milliard à travers le monde.

Nous vous recommandons

Indra accompagne la digitalisation des entreprises de la filière du recyclage automobile

Indra accompagne la digitalisation des entreprises de la filière du recyclage automobile

Indra Automobile Recycling annonce s'associer à Midrange Group afin d'accompagner la digitalisation des PME et TPE de la filière du recyclage automobile.Indra Automobile Recycling s’associe à Midrange Group pour accompagner son réseau...

Un siècle de mobilisation pour la FNA

Un siècle de mobilisation pour la FNA

AD 2021 : la satisfaction client au beau fixe

AD 2021 : la satisfaction client au beau fixe

F2G veut disrupter la garantie VO

F2G veut disrupter la garantie VO

Plus d'articles