Le groupe Faubourg travaille sa franchise de carrosserie

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
Le groupe Faubourg travaille sa franchise de carrosserie

Le groupe Faubourg travaille sa franchise de carrosserie

Né d’une unique carrosserie il y a quinze ans, le groupe Faubourg est aujourd’hui devenu une société intégrée de services à la mobilité, avec des carrosseries, de la vente de pièces et de la gestion de flottes. Dernier projet en date : le développement d’une franchise de carrosserie.

Avec de beaux actifs en poche comme Aniel (fournisseur de pièces de carrosserie) et Traxall (gestion de flottes automobiles), le groupe Faubourg, présidé par Mohamed Aouar, son fondateur, ne peut plus se contenter de ses neuf carrosseries Serenicar détenues en propre. Il travaille actuellement à créer une franchise. Et le groupe a de forts arguments pour séduire les futurs affiliés : des prix compétitifs sur les achats de pièces, l’apport d’affaires, sans oublier un centre de services partagés (gestion administrative/comptabilité, informatique, ressources humaines, marketing…). Le financement peut aussi faire partie du pack d’accompagnement. « Nous pourrons même investir auprès du carrossier si besoin », indique Mohamed Aouar. Reste toutefois à travailler deux piliers et non des moindres : celui de la formation, sur un secteur en manque sérieux de candidats, et celui de l’élaboration de méthodes de réparation standardisées. L‘entreprise souhaite aussi mettre en place un service de personnel volant pour pallier le manque ponctuel de main-d’œuvre dans un atelier.

Pour mettre en place l’enseigne, élaborer son contenu et développer le maillage, le groupe a embauché en février Mickaël Montarou au poste de directeur réseau. Objectif : mailler les grandes villes françaises avec une centaine de franchisés d’ici à deux ans. Dans la cible, tous types de réparateurs avec un chiffre d’affaires d’environ d’un million d’euros, concessionnaires, agents de marques ou pures carrosseries indépendantes, sous enseigne ou non. Le groupe pourrait même racheter en propre des carrosseries. Une équipe d’animateurs dédiés aux franchisés sera également mise en place. Les commerciaux d’Aniel Marketplace accompagneront aussi le développement en identifiant des prospects susceptibles de rejoindre l’enseigne. Pour imaginer le concept de l’enseigne, Mickaël Montarou pourra s’appuyer sur l’expérience des carrosseries du groupe et de celle d’Aniel, qui compte plus de 8 000 clients réparateurs. « C’est une chance d’avoir ce laboratoire », estime le directeur. Autre force du groupe Faubourg, celle d’être moins contraint aux forces extérieures avec ses trois sociétés intégrées.

Le terme franchise est évoqué sans que rien ne soit encore arrêté sur la forme juridique du réseau. Le cahier des charges devrait être finalisé pour fin juin afin que les opérations démarrent à la rentrée. Le nom de Serenicar ne serait pas forcément conservé. En fait, ce projet de franchise est mené avec d’autres acteurs, dont les noms n’ont pas été révélés.

Si la France est déjà bien pourvue en termes d’enseignes de carrosseries, le groupe estime pouvoir apporter de nouvelles solutions aux réparateurs confrontés à des besoins en constante évolution. Il profite aussi d’une expérience reconnue sur le secteur et de la réputation d’un groupe rigoureux au développement rapide. « Notre principale promesse est d’apporter de la rentabilité à nos futurs partenaires et nous sommes certains de pouvoir y parvenir », conclut Mohamed Aouar.

Article complet à découvrir dans Décision Atelier de juin, n°161

Nous vous recommandons

Carmeleon : la micro-carrosserie sur les routes

Carmeleon : la micro-carrosserie sur les routes

Le réseau est spécialisé dans la carrosserie expresse à domicile, sur le lieu de travail ou dans un centre Norauto partenaire. Carmeleon souhaite aujourd'hui étoffer son maillage et développer les synergies avec le groupe Mobivia.Le...

08/08/2022 |
Un relatif bon premier semestre à + 6,5 % pour les ateliers

Un relatif bon premier semestre à + 6,5 % pour les ateliers

Réparation-collision : la digitalisation et l’intelligence artificielle gagnent du terrain

Réparation-collision : la digitalisation et l’intelligence artificielle gagnent du terrain

Lechler mise sur la productivité et l’environnement

Lechler mise sur la productivité et l’environnement

Plus d'articles