Le groupe Fournier SA bouleverse les codes du développement traditionnel

Yelen BONHOMME-ALLARD

Sujets relatifs :

, ,
Le groupe Fournier SA bouleverse les codes du développement traditionnel

Le groupe Fournier SA anticipe 680 VN et 550 VO à particuliers vendus en 2021.

© groupe Fournier SA

Créé en 1989 par Jean-Louis Fournier, le groupe éponyme a grandi aux côtés des marques BMW, Mini et Harley-Davidson. L’entité se singularise dans le monde de la distribution grâce à sa gouvernance féminine, qui affiche des ambitions de croissance via le support informatique.

 

Savoir rebondir. C’est l’une des principales qualités de cette entreprise familiale qui œuvre dans le paysage essonnien depuis plus de trois décennies. Elle doit cet attribut à Jean-Louis Fournier, ancien concessionnaire de caravanes (1975-1985) et originaire d’Orléans, reconverti dans l’automobile. À partir de 1985, celui-ci ouvre plusieurs affaires fleurissantes aux côtés des marques Seat, Lancia, Rover, Land Rover ou encore Mini avant de devenir monomarque BMW-Mini. En 2004, Jean-Louis Fournier confie les rênes de son activité à sa fille Angélique, alors âgée de 28 ans. Si l’actuelle dirigeante avait initialement entrepris des études d’expert-comptable dans le but de devenir commissaire aux comptes, elle a su s’adapter à ce soudain changement d’orientation. « J’avais l’âge pour moi, autrement dit la volonté, se remémore-t-elle. C’était un vrai challenge. J’ai toujours baigné dans l’automobile, j’avais fait plusieurs stages en comptabilité dans des concessions, mais je n’avais aucune notion en matière de gestion du personnel ou de relationnel avec les constructeurs. J’avais malgré tout un diplôme qui m’a permis de m’adapter à beaucoup de situations et je me suis vite entourée de personnes de confiance. Mon père est resté disponible également ».

Au fil des années, Angélique Fournier a su cultiver sa relation avec BMW-Mini et faire de son statut de femme une force au sein de la distribution automobile. Le groupe compte à ce jour deux sites aux standards allemands dans le département de l’Essonne. Le premier a ouvert en janvier 1990 sur la commune de Villebon-Sur-Yvette, tandis que le second a été inauguré en février 1994, à Ballainvilliers. Au terme de l’exercice actuel, les deux structures – d’une superficie respective de 2 424 et 4 004 m2 – devraient écouler 680 VN et 550 VO à particuliers.

S’adapter aux tendances

En parallèle, le distributeur a pris le virage de la diversification en inaugurant, en juillet 2005, une concession Harley-Davidson de 1 543 m2 sous le nom « S-One », juxtaposée à la concession de Ballainvilliers. Si habituellement, l’établissement immatricule 200 motos neuves et 60 motos d’occasion, la présidente anticipe 110 unités en occasion et 120 motos neuves en 2021. « La production est difficile cette année en raison de la pénurie de composants. Nous avons donc accentué les ventes en occasion pour essayer de compenser la baisse des volumes neufs en motos comme en autos. Cette stratégie a très bien fonctionné car j’ai la chance d’avoir un gros showroom dédié à l’occasion pour les deux marques. C’est une chose assez unique en Île-de-France ce qui nous positionne comme une référence sur ce marché ».

Par ailleurs, par l’intermédiaire de ces deux marques, le groupe Fournier SA jouit d’une nouvelle ressource : la commercialisation de vélos à assistance électrique. Depuis quelques semaines, les Cruise Bike et M Bike de BMW, ainsi que le Serial 1 de Harley-Davidson sont exposés dans les showrooms de l’opérateur. Ce marché en plein essor depuis un an pourrait lui permettre de devenir un acteur prépondérant en région parisienne en raison de la faible concurrence parmi ses homologues, notamment chez Harley-Davidson.

L’envie de se challenger

Angélique Fournier, qui rejette toute « volonté féroce de grossir pour grossir au détriment du bien-être de mes collaborateurs et de la satisfaction client », n’ambitionne pas d’étendre prochainement son périmètre d’activité, ni de représenter d’autres marques. Elle mise cependant sur une autre forme de développement, purement digital, mais toujours en lien avec son activité de concessionnaire. En effet, depuis quelques années, la dirigeante planche sur l’élaboration d’un outil informatique qui favoriserait une meilleure gestion des concessions automobiles. « L’idée est de le tester sur mes sites pour pouvoir le vendre demain à plus grande échelle, explique-t-elle. Je souhaite m’adapter aux concessions, comprendre leurs langages, leurs besoins afin de leur fournir un service cohérent. Je trouve cela passionnant de concevoir des outils capables de faire gagner de la rentabilité, du temps, mais aussi de la qualité de travail pour les collaborateurs. Et donc, par ricochet, améliorer la prise en charge des clients. C’est une autre façon de voir le métier ».

Très avancé mais encore confidentiel, le projet devrait naître début 2022. Un aboutissement lourd de sens pour Angélique Fournier qui a été contrainte de le mettre de côté pendant plus d’un an, période durant laquelle elle s’est battue contre un cancer du sein. C’est d’ailleurs dans le but de récolter des dons et de sensibiliser la population au sujet de cette maladie qu’elle s’est engagée sur le Tour Auto Optic 2000, reliant Paris à Nice du 30 août au 4 septembre 2021. En binôme avec son père, à bord d’une BMW 3,0 CSI, ils ont concouru aux couleurs de l’Institut Curie. Même si le duo n’a malheureusement pas pu achever sa course en raison d’une panne au niveau du moteur survenue sur le circuit de Dijon (21), il prévoit de retenter l’expérience ensemble l’année prochaine. Savoir rebondir est assurément une seconde nature chez les Fournier.

Nous vous recommandons

Top 10 des VN les plus vendus en France depuis le début de l'année (septembre à novembre 2021)

Top 10 des VN les plus vendus en France depuis le début de l'année (septembre à novembre 2021)

Sur un marché français des véhicules légers neufs toujours en souffrance, les valeurs sûres parviennent à conserver leur pré carré et la joute entre Peugeot 208 et Renault Clio reste âpre.Le marché français des VPN continue de...

Le marché automobile français encore à l'arrêt en novembre 2021

Le marché automobile français encore à l'arrêt en novembre 2021

Stampyt appelle à la révolution

Stampyt appelle à la révolution

Dacia Jogger : des tarifs dès 14 990 euros

Dacia Jogger : des tarifs dès 14 990 euros

Plus d'articles