Le groupe Peyrot continue de grandir aux côtés des marques de l'Alliance

Yelen BONHOMME-ALLARD

Sujets relatifs :

, ,
Le groupe Peyrot continue de grandir aux côtés des marques de l'Alliance

Le groupe Peyrot continue de grandir aux côtés des marques de l'Alliance

En près de huit décennies, l’entreprise occitane s’est forgée une solide notoriété dans son périmètre d’exercice. Les trois générations qui se sont succédé à sa direction mettent un point d’honneur à conserver un service de proximité au sein des 32 concessions du groupe.

Le groupe Peyrot pourrait se résumer en trois mots : fidélité, humilité et patience. Fidélité envers ses marques tout d’abord. L’entité familiale doit ses débuts à Joseph Franco. Alors que ce dernier exerce le métier de mécanicien automobile, il endosse la casquette de concessionnaire à Castelnaudary (11) en 1945, et officialise son premier mariage avec Renault. Les deux entités ont su construire une relation solide au fil du temps, si bien qu’aujourd’hui le groupe compte 15 concessions aux couleurs de la marque au losange. Cette loyauté identitaire s’inscrit dans l’ADN familial. En effet, en 1961, Jean-Claude Peyrot décide de rejoindre son beau-père et reprend la direction des affaires six ans plus tard. Celui-ci poursuit leurs développements jusqu’à l’arrivée de son fils, Robin Peyrot, en 1993, comme chef des ventes. Le futur président a fait ses armes – sans surprise – chez Renault durant quelques années, avant de prendre part à l’aventure familiale. L’an 2000 marque une évolution majeure pour le distributeur qui s’associe avec Jean-Claude Noyer avant de racheter l’ensemble de ses parts cinq ans plus tard. Rémi Peyrot, l’actuel directeur général et aîné de la fratrie, délaisse alors son poste d’ingénieur pour se rapprocher des siens.

Complices depuis toujours, les deux frères prennent toutes les décisions ensemble concernant l’avenir du groupe. «  Président et directeur général ne sont que des statuts, confessent-ils. Évidemment, nous ne fonctionnons pas pareil, mais il y a une complémentarité entre nous. C’est une vraie force d’être deux ! Nous avons chacun des zones d’influence ou des spécificités dans le métier, mais dans le fonctionnement nous faisons tout ensemble  ». La distribution de la marque Nissan, en 2003, à Foix (09), en est un exemple. Ou encore le rapprochement, en 2014, avec Dominique Didier, président de Reflexautomobile, qui représentait également les deux marques de l’Alliance. En évoquant cette époque, Rémi et Robin Peyrot sont unanimes concernant la complémentarité et l’harmonie qui régnaient entre ces trois hommes. «  Nous voulions lancer la marque Infiniti, mais nous nous sommes aperçus que c’était un gros chantier pour très peu de ventes, donc notre stratégie a été de travailler ensemble. Dominique voulait continuer encore quelques années avant de prendre sa retraite et nous avions envie de développer le groupe. Nous avons donc fusionné et acheté ensemble plusieurs affaires, dont celles de Renault Béziers, Narbonne et Carcassonne. Dominique était le président des concessionnaires Renault au niveau du groupement donc nous avons surtout développé cette marque à ses côtés. Il s’est retiré en 2020, mais il possède encore 4 % du capital. C’est avec plaisir que nous le consultons sur certains sujets  ».

Un travail d’équipe

C’est donc sans prétention que Rémi et Robin Peyrot ont développé l’affaire familiale au fil des associations. Au nombre 32 à ce jour, les sites s’étendent sur dix départements à travers l’Occitanie et la Nouvelle-Aquitaine. Un palmarès que les deux hommes attribuent surtout au travail des équipes. «  Le plus important est qu’un système fonctionne, peu importe son dirigeant, et que nos décisions n’aient pas d’impacts négatifs sur les 700 personnes qui travaillent dans ce groupe. C’est pour cela que nous privilégions un développement ordonné et maîtrisé. Nous ne sommes pas là pour gérer une ambition personnelle, mais pour assumer cette masse salariale et d’engagements. Ils sont ce dont nous sommes les plus fiers  ». Pour pérenniser le groupe, l’opérateur sait qu’il devra encore grandir. Il réfute toutefois toute ambition de conquête sur le territoire national, et mise au contraire sur une stratégie de développement régional. Son implantation dans le paysage local est un atout sur lequel il capitalise depuis des années, notamment grâce à son engagement dans le domaine du sport. Passionnés de rugby, les deux responsables ont su, en parallèle des concessions, développer la notoriété du groupe autour des pelouses, et attribuent les valeurs de cette discipline à leur affaire, en favorisant le travail en équipe, la persévérance et la performance. «  On soutient à notre mesure 25 clubs environ, que ce soit du XIII ou du XV. Notre tête de pont est Castres olympique, mais on s’engage aussi sur des clubs avec des niveaux inférieurs, que ce soit professionnel ou amateur ».

Chaque chose en son temps

Sur le chemin de la croissance, les deux distributeurs optent pour la patience. Aux côtés des marques de l’Alliance et de Hyundai (depuis 2014), le groupe consolide ses bases et va au bout de chaque projet entrepris. Depuis mars 2021, il distribue la marque MG à Labège (31), au sud de Toulouse. Les deux autres sites que sont Brive-la-Gaillarde (19) et Toulouse devraient prochainement rejoindre le réseau courant 2022. En accord avec Nissan, l’espace de vente du constructeur sera réduit afin d’allouer un showroom de 200 m2 à MG. Cependant, deux entrées distinctes seront aménagées pour ne pas confondre les deux univers. Grâce à ce nouveau partenariat et aux produits électrifiés de la gamme (actuellement peu nombreux chez Nissan), les deux gérants espèrent attirer de nouveaux clients.

En parallèle, l’autre axe de travail concerne Reflexautomobile, la marque VO du groupe Peyrot (reprise en marque blanche à Dominique Didier) lancée en 2019. À travers cette vitrine dédiée à l’occasion, visible à travers un corner sur 27 points de vente, l’opérateur commercialise des véhicules multimarques, âgés entre 3 et 7 ans. Cette entité a permis de réduire de 35 à 25 % ses ventes à marchands. En 2021, Reflexautomobile représente 15 % du volume global des ventes à particuliers du groupe (8 000 VO pour 10 000 VN). «  Notre objectif d’ici à deux ans est d’arriver à réaliser 1 VO à particuliers pour 1 VN vendu sur l’ensemble du groupe, soit 10 000 VO à particuliers  », précise Robin Peyrot. Il y a trois ans, l’entité enregistrait 6 000 VO à particuliers. La preuve qu’à force de patience et de persévérance, tout est possible.

Nous vous recommandons

Léa Chevry annonce les futurs développements de Tchek

Vidéo

Léa Chevry annonce les futurs développements de Tchek

La jeune pousse française a réalisé plus de deux millions d’inspections depuis sa création il y a quatre ans.Fondée en 2016 par Anton Fert, Léa Chevry et Sofiane Benabdallah, Tchek est le leader européen des solutions d'imagerie...

BMW Motorrad présente la déclinaison "police" de ses CE 04 et F 900 XR

BMW Motorrad présente la déclinaison "police" de ses CE 04 et F 900 XR

Accord de branche sur l'APLD signé par le CNPA et les partenaires sociaux

Accord de branche sur l'APLD signé par le CNPA et les partenaires sociaux

Ils administrent le Garac (épisode 3) : la CSIAM

Ils administrent le Garac (épisode 3) : la CSIAM

Plus d'articles