« Le héros de notre stand, c’est la marque Dacia »

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Le héros de notre stand, c’est la marque Dacia »

Xavier Martinet pointe les forces de Dacia, le combo niveau de fidélisation élevé et taux de conquête très significatif.

© Christophe Meireis/CAPA Pictures

À l’occasion du Mondial de l’Automobile, Xavier Martinet, directeur marketing, ventes et opérations de Dacia, est revenu sur les performances de la marque et sur ses différentes transformations.

Auto Infos : Comment analysez-vous les bonnes performances de la marque Dacia dans un contexte de marché pourtant chahuté ?

Xavier Martinet : Au niveau européen comme français, sur des marchés en recul, Dacia surperforme et affiche des progressions à deux chiffres. Nous améliorons aussi encore nos ventes à particuliers, un segment sur lequel notre part est passée de 6,2 à 7,5 % entre 2021 et les neuf premiers mois de 2022. Nous ne sommes plus premiers en France, mais la deuxième place nous satisfait surtout que c’est Renault qui est devenue leader. Nous sommes à la quatrième place en Espagne et en Italie et nous progressons en Allemagne et au Royaume-Uni. Nous allons connaître une nouvelle année de croissance, même si le volume exact sera conditionné par les disponibilités des approvisionnements. D’ici à 2025, nous avons de belles perspectives de progression avec l’arrivée du Jogger hybride, puis les lancements du Bigster et du nouveau Duster. Si la crise n’est évidemment pas une bonne chose, Dacia tire bien son épingle du jeu et fait jouer l’atout de l’attractivité de ses tarifs malgré l’inflation.

Auto Infos : À ce propos, quel est le prix moyen d’un modèle Dacia aujourd’hui ?

Xavier Martinet : Le prix moyen augmente chez Dacia, ce qui est cohérent avec l’évolution de notre gamme et avec des nouveautés comme Jogger ou Spring. Notons que nous avons atteint notre cible avec le Jogger qui plaît aux familles, quand le Duster est plébiscité par les jeunes retraités. Il n’y a pas de cannibalisation. Nous sommes passés au-dessus de 15 000 euros. Comme je l’évoquais, la gamme va encore s’étoffer et monter en gamme, une tendance qui s’accompagne d’un design de plus en plus séduisant.

Auto Infos : Quelle a été la principale motivation de votre venue au Mondial de l’Automobile ?

Xavier Martinet : Nous ne venons sur des salons que lorsque nous avons quelque chose à dire. En l’occurrence, nous voulons mettre en avant la marque, avec une forte logique d’impact. L’image de Dacia évolue, devenant plus moderne, plus sexy pourrait-on dire, sans se détourner de notre ADN et de notre promesse clients. Le concept-car Manifesto en est une belle illustration. Comme notre nouvelle charte graphique qui se décline aussi en concession, où nous appliquons aussi le design to cost, nos distributeurs l’ont bien compris.

Auto Infos : Respect de l’ADN, mais volonté affichée de sortir du périmètre du low-cost, n’est-ce pas ?  

Xavier Martinet : Oui, mais nous sommes conscients que cela prend du temps. Cependant, de plus en plus de personnes nous font entrer dans leur shopping-list pour d’autres raisons que le prix. Dans le G5 européen, nous avons à la fois le taux de fidélisation le plus élevé du marché, 64 %, et un taux de conquête très fort, 75 % des nouveaux clients venant d’autres marques. Le taux de conquête passe même à 80 % pour Spring.

« Nous devrions atteindre les 100 000 commandes de Spring avant la fin de l'année »

Auto Infos : Quelles sont les principales caractéristiques de la clientèle de Spring ?

Xavier Martinet : On constate une surreprésentation des moins de 39 ans et des 39-49 ans. Ce sont des clients péri-urbains. Les études révèlent que le client du segment A parcourt en moyenne 31 km par jour. Le client de Spring, selon les pays, fait entre 26 et 34 km par jour ! La recharge intervient à 96 km d’autonomie, quand on passe sous les trois chiffres, sachant que l’autonomie réelle de Spring est très proche de celle qui est annoncée. Nous devrions atteindre les 100 000 commandes de Spring avant la fin de l'année 2022.

Auto Infos : Quels sont les territoires que vous voulez explorer avec la nouvelle image de Dacia ?

Xavier Martinet : Nous avons trois brand marqueurs comme on dit dans notre jargon. Essentiel et cool, via l’attractivité du design sans effets de manches et cosmétiques. Par exemple, c’est la fin du chrome. Robuste et outdoor. C’est le pacte de confiance avec la marque, sa solidité, ses très bonnes valeurs résiduelles. Enfin, écosmart. Dacia est à la fois écologique et économique. Vous le retrouvez au niveau des énergies : GPL, une option Euro 7 à venir, l’hybride pour le Jogger, le 100 % électrique pour Spring. Simultanément, nous augmentons notre utilisation des matières recyclées, 20 %, alors que la moyenne du marché est à 8 %.

« Le réseau est une valeur ajoutée de la marque »

Auto Infos : Par rapport à la maîtrise des coûts, l’électrification n’est-il pas le défi le plus ardu qui attend Dacia ?

Xavier Martinet : À chaque fois qu’il y a de nouvelles normes, de nouvelles exigences, CAFE, Euro 6, par exemple, Dacia franchit l’obstacle. Nous saurons nous adapter au gré des différents pays et nous avons la chance de faire partie du groupe Renault et de bénéficier de complémentarités. Songez à Horse et Ampère, à la plateforme Global Access.

Auto Infos : Pour conclure sur votre réseau, le modèle d’agence ne semble, pour l’heure, pas intéresser le groupe : pour quelles raisons ?

Xavier Martinet : Pourquoi un constructeur veut-il opter pour un modèle d’agence ? Pour mieux contrôler ses prix et pour faire baisser ses coûts de distribution. Avec Dacia, nous avons des prix fixes, sans remise, et les coûts de distribution sont bien maîtrisés. Le contrat d’agent ne nous apporterait pas grand-chose. De surcroît, le parcours client 100 % digital n’est pas encore une réalité, loin de là, et le rôle du réseau est déterminant pour les essais de véhicules, le financement. Son rôle englobe toutes les vies du véhicule que nous cherchons désormais à suivre intégralement, avec le recyclage. Le réseau est une valeur ajoutée de la marque. Nous voulons encore le mettre en valeur en séparant mieux Dacia de Renault dans certaines concessions et en ayant un meilleur branding lors des livraisons.

Nous vous recommandons

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Nomination

Nominations en haut lieu chez Hyundai Motor Group

Le constructeur coréen réorganise son top management. Luc Donckerwolke, actuel directeur en chef de la création (CCO), se voit ainsi promu président du groupe. Vice-président exécutif de Hyundai Motor Company, Kyoo Bok Lee est, lui,...

Jeep ouvre les commandes de l'Avenger, son premier véhicule 100 % électrique

Jeep ouvre les commandes de l'Avenger, son premier véhicule 100 % électrique

[Exclu] Honda renforce son positionnement entreprises avec son nouveau label Honda Business

[Exclu] Honda renforce son positionnement entreprises avec son nouveau label Honda Business

MG dépasse les 10 000 immatriculations à fin novembre

MG dépasse les 10 000 immatriculations à fin novembre

Plus d'articles