Le marché automobile français a reculé de près de 8 % en 2022

Le marché automobile français a reculé de près de 8 % en 2022

Le marché automobile français a reflué de 7,83 % en 2022.

© Auto Infos

Avec un mois de décembre 2022 stable (- 0,06 %), le marché automobile français des voitures particuliers a livré son verdict pour l'année 2022. Le bilan n'est guère réjouissant puisqu'il s'affiche en baisse de 7,83 % par rapport à 2021 et de 30,95 % par rapport à 2019. Le marché déplore une baisse de près de 700 000 véhicules neufs mis en circulation cette année par rapport à 2019. Reste à savoir si un rebond est possible à l'avenir ou si ces 1,5 million de véhicules vendus déterminent désormais le nouveau marché français de l'automobile. 

Même si personne n'attendait un miracle sur le dernier mois de l'année, les statistiques des immatriculations des voitures particulières en France pour le mois de décembre 2022 (- 0,06 %) ont confirmé le recul des ventes de voitures neuves en 2022 après une année 2021 pourtant déjà très morose.

Un nouveau recul de 7,83 % en 2022

Selon les données fournies par la Plateforme automobile (PFA) à partir des immatriculations enregistrées par AAA Data, le marché automobile français est stable en décembre 2022 : 158 027 unités ont été immatriculées au cours de cette période. Un volume assez faible qui ne laisse espérer aucun rebond du marché dans les prochains mois. Au bilan de l'année 2022, le marché français des voitures particulières accuse une baisse de 7,83 % pour un volume d'un peu plus de 1,5 million d'unités (1 529 035) bien loin des deux millions du marché français en 2019.

Un recul de 30,95 % depuis 2019

Depuis 2019 et l'empilement des crises (Covid-19, semi-conducteurs, inflation des prix et des énergies ou encore guerre en Ukraine), le marché automobile français a perdu près de 700 000 véhicules neufs mis à la route, soit un recul de 30,95 %. « Ce niveau de marché est-il un plus bas transitoire avant le rebond tant attendu ?, questionne Julien Billon, directeur général de AAA Data. Les volumes des commandes, encore en baisse, orientent plutôt le premier semestre vers un niveau de marché encore bas ». La question autour de la structure du marché français d'après-crise est centrale. Difficile de dire si l'on assiste à une recomposition structurelle du marché français avec des volumes réduits portés par la hausse du prix véhicules électrifiés par rapport au thermique. Et d'ajouter : « À part la parenthèse des mois de février et mars, tous les autres mois de commandes sont en baisse avec un volume de commandes cumulées à - 6,3 % pour les VP et à - 17,6 % en VU. Ces volumes en baisse, orientent plutôt le premier semestre vers un niveau de marché bas ». Cette tendance d'une baisse structurelle à long terme du marché automobile plutôt que conjoncturelle pourrait accélérer la recomposition de la filière automobile dans les mois et années à venir.

Un marché bousculé par les contraintes des ZFE et de la fin du thermique en 2035

Comme le confirme AAA Data dans son analyse, le bilan du marché automobile 2022 est une succession de symboles qui illustrent à la fois les résultats de dynamiques de fond et d’une mutation violente sans précédent. Les changements sont tels que le concept même de la mobilité abordable semble à réinventer, au moins à court terme. « En dix ans, chez les particuliers, nous sommes passés de 92 % d’achats comptant/crédits affectés à 51 % de formules locatives (LOA/LLD). Sur la même période, le prix moyen d’une voiture a augmenté de 12 000 euros ». Poussées par la double contrainte des ZFE-m et de l’échéance de la fin du thermique en 2035, les motorisations électrifiées (électriques et hybrides) représentent quasiment 50 % du marché au mois de décembre. Les volumes de véhicules électriques seuls dépassent désormais les véhicules diesel qui n’en finissent plus de chuter. Les groupes et constructeurs chinois renforcent leur part de marché et atteignent maintenant 2 % du marché à la faveur de la dynamique du marché électrique.

Le marché de l'occasion en plein reflux

En 2020, le véhicule d'occasion avait représenté une véritable bulle d'oxygène pour la filière automobile. Faute de stock renouvelé par la mécanique des achats de véhicules neufs et des reprises de VO, ce marché s'est largement essoufflé en 2022. Le marché du VO, qui accuse un repli de 13,5 %, aura principalement souffert du manque de véhicules récents.

Stellantis leader devant les groupes Renault et Volkswagen

Au bilan des marques pour l'année 2022, Stellantis reste en pôle position avec une part de marché de 31,26 % malgré une perte de 14,7 % de ses volumes par rapport à l'an passé. Si les ventes de la marque Alfa Romeo ont progressé de 100 %, celles de Jeep (- 47,081 %), Citroën (- 19,77 %), Peugeot (- 14,1 %), Fiat (- 8,53 %), DS (- 8 %) et Opel (- 3,59 %) ont évolué à la baisse. Le groupe Renault s'en sort mieux avec des ventes en repli de 6,66 % et 24,16 % de part de marché sur le marché français. Si les ventes de la marque Renault ont baissé de 12,1 %, celles d'Alpine et de Dacia ont respectivement progressé de 32,14 % et de 4,51 %.

Sur la troisième marche de ce podium des immatriculations de voitures particulières, on retrouve le groupe Volkswagen. Les ventes du premier importateur accusent un repli de 11,75 % pour une part de marché de 12,77 %. À l'exception de Cupra (+ 88,59 %), les résultats annuels des marques Seat (- 48,72 %), Porsche (- 14,04 %), Audi (- 12,77 %), Volkswagen (- 7,6 %) et Skoda (- 4,92 %) ont évolué à la baisse. Parmi les autres marques importées, certaines d'entre elles ont signé de bons résultats, à l'image de Mitsubishi (+ 24 %), Tesla (+ 10,41 %), Ford (+ 7,58 %), Kia (+ 4,54 %), Toyota (+ 4,26 %), Hyundai (+ 4,12 %), Nissan (+ 2,86 %), Mini (+ 1,23 %). Si les marques chinoises ont fait un bond de 40,27 %, les ventes marques Jaguar (- 36,38 %), Suzuki (- 35,61 %), Lexus (- 30,78 %), Land Rover (- 28,07 %), Volvo (- 21,81 %), Smart (- 16,29 %), Mercedes-Benz (- 5,54 %) et BMW (- 1,15 %) ont en revanche évolué à la baisse en 2022.

Nous vous recommandons

« Ivresse des profondeurs et manque d'oxygène » : le marché automobile VP en 2022 par Marc Bruschet Mobilians

« Ivresse des profondeurs et manque d'oxygène » : le marché automobile VP en 2022 par Marc Bruschet Mobilians

L'analyse du marché automobile des voitures particulières par la branche des concessionnaires VP de Mobilians montre non seulement une crise de l'offre mais aussi une crise de la demande depuis le second semestre 2022. En cause :...

27/01/2023 | CNPAMarché France
Aramis Group affiche ses ambitions pour 2023

Aramis Group affiche ses ambitions pour 2023

Comment la location longue durée (LLD) a su s'imposer en France

Comment la location longue durée (LLD) a su s'imposer en France

L’électrique a représenté 50 992 VN et VO sur le marché français du deux-roues 2022

L’électrique a représenté 50 992 VN et VO sur le marché français du deux-roues 2022

Plus d'articles