Le marché automobile français connaît son douzième mois consécutif de baisse

Le marché automobile français connaît son douzième mois consécutif de baisse

Le marché français enregistre une nouvelle baisse de 10,09 % en mai 2022.

© Auto Infos

Avec un repli de 10,09 % des immatriculations de voitures particulières au mois de mai 2022, le marché français enregistre son douzième mois consécutif de baisse. Triste record pour un marché en pleine recomposition. Il pointe désormais sur un niveau annuel inférieur à 1,45 million d'unités, soit un retour aux volumes de la fin des années 60. 

Selon les statistiques mensuelles fournies par la PFA à partir des données compilées par AAA Data, le marché français des immatriculations de voitures particulières neuves affiche une nouvelle baisse de 10,09 % pour un total de 126 813 unités immatriculées seulement au mois de mai 2022 par rapport à la même période en 2021. Malgré deux jours ouvrés supplémentaires en mai, il s'agit du douzième mois consécutif de baisse.

Douzième mois consécutif de baisse

Le déficit de véhicules mis à la route par rapport à 2021 continue d’augmenter avec plus de 120 000 véhicules. « La tendance annuelle plonge maintenant vers un marché neuf à 1 450 000 unités, soit un retour à la fin des années 60, relève AAA Data. Les commandes, dont le niveau est équivalent à celui de 2021, finiront par être livrées, mais quand ? Chez certains constructeurs les commandes d’aujourd’hui sont maintenant prévues pour 2023 ».

Baisse de 16,92 % du marché VP sur cinq mois en 2022

Le marché des véhicules utilitaires suit cette même tendance avec une baisse de 19,72 %, soit au cumul du marché VP+VU une chute de - 12,05 % en mai 2022. Sur les cinq premiers mois de l'année, avec 600 897 immatriculations, le marché français des voitures particulières neuves accuse une baisse de 16,92 % en données brutes (105 jours de janvier à mai 2022 et 103 jours de janvier à mai 2021).

L'électrique poursuit sa progression

Parmi les tendances du mois, il convient de souligner la nouvelle progression de l’électrique, du GPL et de l’éthanol (hybridé ou non), poussée des formules locatives à particulier sous forme de crédit revolving. Depuis plus de 24 mois, le marché automobile français change profondément, contraint par les crises, les pénuries, l’accélération de la mise en œuvre des normes environnementales et tout simplement par le jeu des acteurs eux-mêmes.

Les frontières entre le neuf et l'occasion s'effacent un peu plus

Face à ce déficit du neuf et les difficultés de livraison malgré les commandes dans les réseaux de distribution, le marché de l'occasion reste une valeur refuge. « Le paysage se recompose à tel point que les frontières entre marché neuf et marché d’occasion n’ont jamais été aussi poreuses, ajoute AAA Data. Une tendance favorisée par de multiples initiatives des acteurs autour du concept porteur du reconditionnement ».

De fortes baisses pour la plupart des marques

La plupart des marques automobiles enregistrent de fortes baisses en cohérence avec le marché. C'est notamment le cas de Stellantis (- 9,82 %). À l'exception d'Opel (+ 18,56 %), de Fiat (+ 19,69 %) et de DS (+ 7,06 %), toutes les marques du groupe ont signé des replis significatifs, à l'image d'Alfa Romeo (- 38,99 %), de Citroën (- 29,52 %), de Jeep (- 25,1 %) et de Peugeot (- 8,32 %). De son côté, les ventes du groupe Renault ont reculé de - 7,48 %. Si les immatriculations des marques Alpine et Dacia ont respectivement évolué de 164,38 % et de 4,2 %, celles de Renault ont reculé de - 12,15 %.

Dans le même temps, les ventes du groupe Volkswagen, premier importateur en France, ont reculé de - 29,35 %. À l'exception de Cupra (+ 57,81 %), les autres du groupe ont enregistré des replis significatifs, à l'image d'Audi (- 16,99 %), de Porsche (- 49,41 %), de Seat (- 56,11 %), de Skoda (- 24,14 %) et de Volkswagen (- 32,46 %). Le groupe Toyota suit cette même tendance baissière (- 7,66 %). Les immatriculations des marques Lexus et Toyota ont respectivement reculé de - 36,57 % et de - 6,18 %. Les ventes de Volvo (- 62,36 %), tout comme celles de Jaguar (- 54,55 %), Land Rover (- 58,06 %), Suzuki (- 23,91 %) et Tesla (- 92,8 %) ont également évolué à la baisse.

Quelques marques tirent toutefois leur épingle du jeu

Certaines marques ont signé des rebonds significatifs en cette période de crise. C'est notamment le cas de BMW (+ 5,03 %), de Mini (+ 5,44 %), de Ford (+ 8,87 %), de Nissan (+ 60,8 %), de Mercedes (+ 7,52 %), de Hyundai (+ 30,15 %), de Kia (+ 15,11 %) et Mitsubishi (+ 256,96 %).

Nous vous recommandons

Le groupe de distribution automobile LG ouvre une nouvelle concession Mercedes-Benz

Le groupe de distribution automobile LG ouvre une nouvelle concession Mercedes-Benz

Le 4 juillet 2022, le groupe LG, dirigé par Ludovic Garcia, a ouvert les portes de sa nouvelle concession Mercedes-Benz aux normes MAR2020 à Pamiers, dans l’Ariège. Le groupe va y distribuer des véhicules particuliers et utilitaires.Le...

VinFast débute la présentation de son SUV VF8 en France

Vu sur les réseaux sociaux

VinFast débute la présentation de son SUV VF8 en France

Paris Automotive Week : le Mondial de l'Automobile ouvre sa billetterie

Événement

Paris Automotive Week : le Mondial de l'Automobile ouvre sa billetterie

Volkswagen Group France confirme un contrat d'agence « non-genuine » pour ses réseaux

Volkswagen Group France confirme un contrat d'agence « non-genuine » pour ses réseaux

Plus d'articles