Le marché automobile français retrouve enfin des couleurs en septembre (+ 5,46 %)

Le marché automobile français retrouve enfin des couleurs en septembre (+ 5,46 %)

Le marché automobile français retrouve le chemin de la croissance en septembre 2022.

© Auto Infos

À la lecture des immatriculations de voitures particulières neuves, le marché automobile français retrouve le chemin de la croissance en septembre 2022. Toutefois, après deux mois consécutifs de hausse, l'inquiétude demeure : les commandes ne reprennent pas, le rythme de verdissement du parc est trop lent et les volumes vendus (141 142 unités) sont bien loin d'un mois de septembre classique.

Selon les données communiquées par la PFA, à partir des immatriculations collectées par AAA Data, le marché français des voitures particulières reprend des couleurs en septembre 2022 avec 141 142 immatriculations, soit une évolution de + 5,46 %. Une bonne nouvelle qui fait suite à la légère progression enregistrée en août dernier (+ 3,8 %).

Un marché français en recul de 11,77 % sur neuf mois

Le VU enregistre une lourde baisse au mois de septembre. Au cumul des neuf premiers mois de l'année, le marché VP accuse une baisse de - 11,77 % avec 1 112 072 immatriculations. Par rapport à septembre 2019, la baisse des immatriculations est de - 18,62 % et de - 32,25 % au cumul. Par rapport à 2021, au cumul, le marché automobile français est en recul de - 11,77 %.

« Les familles font des acrobaties pour rechercher des solutions de mobilité... »

« + 5,46 % en septembre sur le marché des véhicules neufs. Les Français et les familles font des acrobaties pour rechercher des solutions de mobilité, mais pas à n’importe quel prix… dans un environnement dangereux et illisible », analyse Xavier Horent, délégué général de Mobilians. « Le repli sur les véhicules d’occasion de plus de 10 ans est une tendance lourde qui traduit les besoins de disponibilité immédiate. Au cumul, le marché reste toujours d’un tiers inférieur par rapport à 2019, et le niveau des prises de commandes reste faible pour une période de rentrée dominée par les problématiques du pouvoir d’achat… N’oublions pas qu’un Français sur quatre renonce à un emploi ou à une formation faute de solutions de transports ! » Et d'ajouter : « La décorrélation entre les budgets des ménages comme des entreprises et le prix des véhicules est inquiétante à de multiples égards. Elle peut mener à des accidents industriels et faire disjoncter des finances publiques toujours plus sous tension des décisions politiques qu’il faut assumer. Les ZFE en sont une parmi d’autres ».

Un verdissement encore timide

Ce bon résultat du mois de septembre 2022 doit être tempéré par plusieurs éléments de marché. Le niveau de commandes baisse encore, ce qui laisse supposer un ralentissement du marché français alors que le problème se focalisait sur la crise des semi-conducteurs et les livraisons. « Le marché français est positif », confirme AAA Data. « Mais encore une fois à un niveau très bas pour un mois de septembre où près de 200 000 VPN sont normalement immatriculés. Le point de bascule dans le mix énergétique électrique versus diesel est à nouveau confirmé et les clients particuliers sont au rendez-vous en nombre. Les loueurs courte durée sont très actifs aussi. En revanche, les commandes ne reprennent pas et calment un peu l’enthousiasme de ce deuxième mois en croissance ».

« Dans un contexte où plus de 98 % du parc roulant des véhicules particuliers est thermique ou hybride, le rythme du verdissement paraît encore timide », analyse Julien Billon, directeur général de AAA Data.

Les marques françaises progressent timidement

Les immatriculations du groupe Stellantis n'ont progressé que de 1,68 %. Si les ventes des marques DS (+ 1,12 %), Opel (+ 6,8 %) et de Peugeot (+ 13,44 %) ont évolué à la hausse, celles des marques Citroën (- 10,11 %),  Fiat (- 17,5 %) ou encore Jeep (- 59,5 %) ont marqué le pas au mois de septembre. De son côté, le groupe Renault accuse, lui, un recul de 4,96 %. Si les ventes de Dacia ont progressé de + 2,6 %, celles de Renault et d'Alpine ont respectivement reculé de - 8,56 % et de - 20,92 %.

De bonnes performances chez les importateurs

Dans le même temps, le groupe Volkswagen, premier importateur en France, enregistre une progression de + 6,67 % par rapport à l'an passé. Ses marques Cupra (+ 251,39 %), Porsche (+ 27,72 %), Skoda (+ 63,21 %), Volkswagen (+ 6,98 %) ont signé des bonds significatifs. Les immatriculations des marques Seat et Audi ont, elles, respectivement baissé de - 55,06 % et de - 8,28 %.

Parmi les autres marques importées, certaines ont signé des rebonds significatifs, à l'image de Land Rover (+ 781 %), Jaguar (+ 140,91 %), Toyota (+ 60,62 %), Mercedes (+ 55,03 %), Mitsubishi (+ 46,1 %), Mini (+ 40,33 %), Ford (+ 35,46 %), Volvo (+ 33,76 %), Tesla (+ 6,13 %), Smart (+ 2,9 %), Kia (+ 1,51 %), BMW (+ 0,84 %). Les ventes des marques Lexus (- 29,87 %), Suzuki (- 40,13 %), Hyundai (- 13,94 %) et Nissan (- 3,59 %) ont en revanche marqué le pas au mois de septembre.

Nous vous recommandons

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Indexés sur l'inflation, les tarifs des péages vont naturellement augmenter en 2023. Dès le 1er février, la facture acquittée par des véhicules particuliers sera plus lourde d'environ 5 %.Le couperet est tombé. Comme chaque année,...

02/12/2022 | PéagesAutoroute
La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Plus d'articles