Le marché de l’occasion plonge de 13,5 % en 2022

Fabio CROCCO
Le marché de l’occasion plonge de 13,5 % en 2022

Après avoir atteint un record en 2021, le marché français de l'occasion s'est nettement replié en 2022 pour redescendre à 5,2 millions d'unités.

© Renault

Alors que le marché de neuf accuse un repli de près de 8 % en 2022, celui des véhicules d’occasion s'est nettement replié pour atteindre les 5,2 millions de transactions, soit une baisse de 13,5 %. Manque d’offres, hausse des prix et pouvoir d’achat en berne expliquent cette contreperformance. Le marché du VO est retombé à un niveau similaire à celui de 2009.

Après une année record en 2021, avec plus de 6 millions de véhicules vendus sur le marché de l’occasion, 5,2 millions de transactions ont été enregistrées en 2022, soit une baisse de 13,5 %. Il faut remonter à 2009 pour retrouver ce même volume. Il convient de souligner que 47 % des ventes se sont passées entre particuliers.

Les différents segments du marché ont connu des évolutions contrastées. Les VO de moins d’un an ont vu leurs volumes fondre de 33 %, quand ceux âgés d’un à deux ans ont diminué de 25 %. Les modèles les plus anciens ont mieux résisté. Les voitures d’occasion de 15 ans et plus, qui n’ont jamais été aussi nombreuses, ont ainsi conservé un volume stable avec 1,35 million de transactions, tandis que les modèles âgés de 10 à 15 ans ont représenté 1,16 million de ventes, soit un repli de 14 %.

26 % de hausse des prix sur deux ans

Cette évolution entraîne une tension à la hausse sur les prix des véhicules les plus récents, ce qui pousse les acheteurs à se tourner vers des modèles plus anciens, moins onéreux mais plus polluant. Un paradoxe dans un contexte de mise en place de zones à faibles émissions. Selon Leboncoin, le prix moyen a grimpé de 9,4 % de janvier à octobre 2022 et de 26 % sur la période janvier 2021-octobre 2022.

Totalisant 1 001 811 unités, Renault est le numéro un du marché de la voiture d’occasion avec une part de 19,1 %, devant Peugeot (17,8 %), Citroën (11,2 %), Volkswagen (7,8 %) et BMW (4,4 %). D’une manière générale, le diesel reste largement majoritaire avec une part de marché de 52,1 %, soit 2,74 millions d’unités, malgré une baisse de 19 % des transactions. L’essence arrive toujours en deuxième position avec 40,8 % des ventes, soit 2,14 millions d’unités, en dépit d’une demande en baisse de 10 %. En hausse de 11 % (190 000 unités), l’hybride atteint 3,6 % du marché du VO, contre 1,4 % pour l’électrique (73 358 unités), dont la demande a progressé de 26 %.

Nous vous recommandons

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

Dans le cadre d’une tribune à destination des experts en automobile, François Mondello appelle la profession à exercer de manière durable et responsable... à la demande des assureurs.Dans le cadre de la présentation de ses vœux à...

03/02/2023 | Expertise
Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Wessels+Müller arrive en Italie

Wessels+Müller arrive en Italie

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Plus d'articles