Le marché du deux-roues vu par les patrons de marques

Le marché du deux-roues vu par les patrons de marques

Le marché du deux-roues résiste tout en étant soumis aux mêmes évolutions que l'automobile.

© Benzin

Le marché français des deux et trois-roues motorisés affiche un recul de 7,8 % depuis le début de l’année. Une résistance plutôt bonne malgré des contraintes similaires à celles qui plombent le marché de l’automobile. Un constat partagé par les dirigeants de plusieurs constructeurs, qui savent cependant que le business model pourrait bientôt changer.

Dans le cadre du bilan du marché français des deux et trois-roues motorisés proposé par la CSIAM et AAA Data, les dirigeants de plusieurs constructeurs ont donné leur vision des chiffres de ventes et des tendances actuelles. Entre le début de l’année et la fin du mois de septembre, le marché des véhicules neufs hors cyclomoteurs a baissé de 7,8 % par rapport à l’année précédente. Pour mémoire, ce marché a connu des niveaux records en 2019, 2020 et 2021, malgré toutes les contraintes traversées. Il s’est donc écoulé 145 760 unités, dont 42 063 scooters. Cette dernière catégorie de véhicule a même vu ses ventes augmenter de 1,4 % depuis le début de l’année. Pour compléter cette vision du marché, la catégorie des cyclomoteurs a représenté 72 509 unités jusqu’à fin septembre, soit une baisse de 5,3 %. Enfin, les ventes de quads ont reculé de 2 %, pour un total de 12 386 unités. Ces différentes catégories ont représenté 230 655 véhicules neufs depuis le début de l’année.

Impact de la logistique et des composants

Au-delà de ces bilans, ce marché est soumis à de nombreux aléas, comme le souligne Thierry Archambault, président-délégué de la CSIAM (chambre syndicale internationale de l’automobile et du motocycle). « L’activité est pilotée par les difficultés logistiques. Le quotidien est fait d’incertitudes, que les constructeurs doivent gérer au jour le jour ». Une situation qui mène les marques à effectuer des choix de production, souvent basés sur la rentabilité des modèles, à l’image de l’automobile. « Dans notre gamme Classic, nous avons privilégié la Bonneville T 120 à la T 100, par exemple », confirme Jean-Luc Mars, directeur général de Triumph Motorcycles pour la France. Pour Vincent Thommeret, président de Yamaha Motor France et de la branche deux-roues motorisés de la CSIAM, « nous sommes sur un marché de livraisons. Le classement des meilleures ventes varie donc très rapidement en fonction des modèles disponibles ». Depuis le début de l’année, le scooter Honda Forza 125 arrive ainsi en tête des ventes (5 515 unités), toutes cylindrées confondues. Il devance le scooter Yamaha Tmax 560 (4 878 unités) et la Yamaha MT-07 (3 418 unités). « Nous observons une légère amélioration des délais de livraison depuis le deuxième semestre », remarque Jean-Luc Mars, en ajoutant avec humour « nous avons vu réapparaître des promotions chez certaines marques, ce qui est un signe qui ne trompe pas. Il doit y avoir des stocks sur certains produits ! ». Comme le confirme Vincent Thommeret, « les prix des containers ont baissé et la disponibilité a augmenté, mais nous sommes toujours confrontés à des problèmes de composants. Nous avons des rangées de motos sur lesquelles il ne manque qu’une seule pièce ! », regrette le dirigeant. Un constat partagé par tous les constructeurs. « Nous avons appris à gérer les pénuries et nous gérons mieux les délais pour tous nos modèles aujourd’hui », complète Jean-Luc Mars.

Où en est l’électrique ?

Le premier véhicule électrique est le nouveau scooter BMW CE04, qui réalise un très bon départ en figurant au dixième rang, avec 1 991 unités. Sur l’ensemble du marché, hors cyclomoteurs, l’électrique a représenté 8 196 ventes, dont 6 898 scooters. Sur les seuls cyclomoteurs, qui pèsent 72 509 véhicules depuis le début de l’année, 19 025 exemplaires sont électriques. Un nombre en hausse de 27,5 % par rapport à la même période de l’année précédente. L’essor des ZFE et l’entrée en vigueur du stationnement payant pour les deux-roues motorisés thermiques à Paris jouent en faveur de l’électrique. « Autour de Paris, nous percevons un impact chez nos distributeurs de la première et de la deuxième petite couronne », confirme Vincent Thommeret. « Nous avons vécu un effondrement des ventes de 50 cm3 sur Paris », constate Lionel Favre, directeur de Peugeot Motocycles pour la France. « 75 % des demandes sont en faveur de l’électrique et l’offre n’est pas là », ajoute-t-il. « Certaines marques spécialisées dans l’électrique ont été boostées par cette demande », complète Vincent Thommeret. « Certaines ont du mal à livrer » constate le dirigeant de Yamaha et de la CSIAM. Chez Zero Motorcycle, marque de motos électriques, François Bestel observe « un soubresaut venu de gens qui abandonnent leur moto thermique pour une moto électrique premium ». Cette évolution pourrait toucher d’autres grandes villes, à l’image de Bordeaux, qui discuterait actuellement du stationnement payant.

Vers une arrivée du modèle d’agent dans le deux-roues ?

L’évolution entamée dans l’automobile arrive ainsi peu à peu dans le deux-roues. Les véhicules partagés et électriques sont déjà présents sur deux et quatre roues. La détention laisse progressivement une place à l’usage. « La mobilité demeure, seule sa forme évolue avec des produits nouveaux », souligne Thierry Archambault. « Nous devrons repenser les business model », glisse Vincent Thommeret, suivi par Lionel Favre. « Tout ceci va jouer sur les volumes, nous devrons repenser nos circuits de distribution. Nous allons nous mettre dans l’aspiration de l’automobile ». Une numérisation des ventes et une arrivée du modèle d’agent commercial pourrait donc bien attendre les concessionnaires de deux-roues motorisés au prochain virage.

Nous vous recommandons

Le marché du véhicule d’occasion chute de 11,5 % en novembre

Le marché du véhicule d’occasion chute de 11,5 % en novembre

AutoScout24 vient de publier son rapport pour le mois de novembre 2022. La plateforme observe de nouveau un recul de 11,5 % des ventes sur le marché des véhicules d'occasion.Avec 408 356 immatriculations le mois dernier, contre 461 217 en...

Le marché automobile des particuliers retrouve des couleurs en novembre

Le marché automobile des particuliers retrouve des couleurs en novembre

L’électrique a représenté 15 % du marché VP en novembre

L’électrique a représenté 15 % du marché VP en novembre

Le marché automobile français retrouve la croissance en novembre

Le marché automobile français retrouve la croissance en novembre

Plus d'articles