Entretien

« Le Mondial ne veut pas diluer l’automobile dans les nouvelles mobilités », annonce Serge Gachot

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

« Le Mondial ne veut pas diluer l’automobile dans les nouvelles mobilités », annonce Serge Gachot

Serge Gachot, directeur du Mondial de Paris, estime que la proposition de valeur de l'événement a su être réinventée.

À quelques semaines d’un Mondial de l’Automobile new look et raccourci, son directeur général Serge Gachot nous explique ce qui a motivé les changements d’un événement attendu depuis 2018. Malgré un contexte difficile, il veut placer le Mondial sous le signe de l’ouverture à un monde et une industrie qui changent et redonner ses lettres de noblesse au site France.

Auto Infos : Le Mondial de Paris aura-t-il lieu comme prévu et comment avez-vous piloté cette renaissance ?

Serge Gachot : Le Mondial aura bien lieu ! Ce sera d’ailleurs le seul salon automobile à se tenir en 2022 en Europe, car Genève est une nouvelle fois reporté et s’oriente vers d’autres horizons. Le salon de Bruxelles, qui s’appuie sur un business model proche de celui du salon de Lyon, n’a finalement pas eu lieu. Pour repositionner le Mondial dans un contexte qui a considérablement évolué ces dernières années, nous avons choisi de faire montre d’ouverture d’esprit et de proposer une approche positive des défis proposés à la filière automobile, électrification et connectivité en tête. Nous savons que les automobilistes sont un peu perdus actuellement, notamment face à la transition énergétique et nous voulons apporter des réponses à leurs questions. Cela doit se faire sur un salon optimiste qui garde le sens de l’agrément et de la passion automobile, grâce à de multiples animations.

Auto Infos : Sur fond de retour du car bashing dans certains cercles et dans une ville de Paris qui cristallise bien des tensions sur le rôle de la voiture, bénéficiez-vous d’un soutien politique avéré ?

Serge Gachot : Nous pouvons compter sur un soutien politique, mais il n’est de même nature que celui dont a bénéficié le salon de Munich en 2001, c’est-à-dire que nous ne recevons pas d’aides financières pour faire face à un contexte général troublé. Mais la tradition de l’inauguration officielle et des visites de ministres sera respectée. Si le Mondial est attaché au plaisir automobile, il est aussi projeté vers l’avenir des mobilités. Il accueillera d’ailleurs un sommet sur la mobilité de demain. En revanche, nous ne voulons pas diluer l’automobile dans les nouvelles mobilités, ce serait imprécis, voire malhonnête. En outre, le Mondial se présente comme une vitrine des savoir-faire français.

« Des leads plus nombreux et un dispositif d'essais de véhicules innovant »

Auto Infos : Au niveau des exposants, quand vous constatez que certains constructeurs sont absents du salon malgré vos efforts pour contenir les coûts, y compris des constructeurs français, voyez-vous le verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Serge Gachot : Je laisse naturellement le soin aux constructeurs absents d’expliquer leur choix, ce n’est bien entendu pas mon rôle. Au sein de l’organisation, nous sommes tout à fait conscients que la situation est difficile pour les constructeurs. Guerre menée par la Russie, rebond du Covid en Chine, pénurie de composants électroniques, hausse des prix de l’énergie et des matières premières, baisse du marché VN en Europe… même s’ils dégagent parfois des résultats financiers très positifs, il est clair que nous avons connu des contextes plus stables et favorables. De notre côté, nous avons fait beaucoup d’efforts pour améliorer notre proposition de valeur. En nous efforçant de réduire les coûts mais surtout de les transformer en investissement bien valorisé. Les stands seront plus petits et simples, mais les leads seront plus nombreux. Le dispositif d’essais des véhicules, conçus avec les constructeurs, est aussi central et sera sans nul doute très apprécié.

Auto Infos : Dans la veine de la passion automobile qui peut drainer du visitorat, aurez-vous un pôle de luxe via des marques mythiques ou des distributeurs spécialisés ?

Serge Gachot : Certaines marques prestigieuses n’exposeront pas sur le Mondial, ce qui peut se comprendre surtout que certaines d’entre elles savent déjà qu’elles ont vendu leur production de 2023. Mais nous nous sommes assurés d’exposer des voitures d’exception, avec une collection privée de Ferrari remarquable et un accord avec une association de voitures sportives « made in France ». Je peux encore citer Hopium, qui aura un vaste stand et présentera l’Hopium Machina Vision. NamX, qui travaille avec Pininfarina, et leur SUV seront aussi une attraction du salon qui a décidé de faire la part belle à l’hydrogène. Cette technologie prometteuse sera aussi portée par Hyvia, HRS, Hype, etc., tout un écosystème hydrogène qui permet là aussi de remettre en avant les forces de la France.

« Sous l'angle de la transition énergétique, il y a de la porosité entre BtoC et BtoB »

Auto Infos : Avec Hyvia, on bascule dans le périmètre du VU. Vous autorisez-vous des pas de côté dans le périmètre BtoB et quelle sera votre articulation avec Equip Auto ?

Serge Gachot : Comme les autres consommateurs, les professionnels se posent des questions et sont demandeurs d’explications. Pour les VUL, 100 % électriques ou à pile à combustible à hydrogène, il faut de la pédagogie, notamment sous l’angle des usages et des subventions et le Mondial est dans son rôle. L’Avere sera très présente sur le salon aussi, avec une vingtaine d’adhérents en plus de sa contribution pour la PFA. Sous l’angle des besoins de repères et d’explications pour les nouvelles technologies et la transition énergétique, il y a de la porosité entre le BtoC et le BtoB et le fait d’associer le Mondial et Equip Auto devient légitime. Y compris pour un visitorat international qui vient s’inscrire dans une Automotive Week.

Auto Infos : À ce propos, réfléchissez-vous vraiment à la création d’un événement consacré au VO pour les années impaires ?

Serge Gachot : Effectivement, nous écoutons les demandes du marché et le VO revient souvent dans les discussions. Un projet de cette nature est donc à l’étude. Sur le Mondial, il y aura d’ailleurs des VO par le biais de distributeurs. Beaucoup de choses s’entremêlent désormais, certaines frontières s’estompent et les raisonnements en silos s’effritent. S’il ne s’agit naturellement pas de tout mélanger, je répète qu’il faut être à l’écoute des demandes et faire preuve d’ouverture d’esprit. Vous trouverez, par exemple, sur le Mondial un grand thème lié aux microcars électriques, avec pas moins de neuf exposants, et des marques qui ont choisi d’exposer sur des stands tiers, celui d’une grande banque ou de concessionnaires. D’autres marques ont aussi choisi des animations spots avec des influenceurs. C’est le nouveau monde de l’automobile et il n’interdit nullement au Mondial d’être une fête de l’automobile.

« Le centre de gravité de l'industrie automobile se déplace »

Auto Infos : Un nouveau monde de l’automobile qui se traduit aussi par la présence remarquée de constructeurs chinois sur le salon : comment réagissez-vous face aux réactions de certains qui en viendraient presque à vous le reprocher ?

Serge Gachot : On en revient au nouveau monde de l’automobile qui ouvre la porte à des nouveaux entrants. Nous accueillons aussi plusieurs start-up qui font bouger les lignes et sont porteuses d’innovations. D’une manière générale, chacun sait que le centre de gravité de l’industrie automobile se déplace actuellement. Une redistribution des cartes qui se trouve amplifiée par la transition énergétique, notamment la maîtrise des technologies liées à la voiture électrique.

Pour plus de détails pratiques, lien vers le site du Mondial

Nous vous recommandons

L’industrie automobile demande à l’Europe d’accepter les carburants propres après 2035

L’industrie automobile demande à l’Europe d’accepter les carburants propres après 2035

Dans un courrier commun, les constructeurs automobiles, les équipementiers et les compagnies pétrolières demandent à l’Union européenne d’accepter les carburants non fossiles, renouvelables et synthétiques après 2035. Le...

Alfa Romeo France débute le Tonale Tour

Alfa Romeo France débute le Tonale Tour

Citroën recharge Ami sur les lampadaires londoniens avec Ubitricity

Citroën recharge Ami sur les lampadaires londoniens avec Ubitricity

Thierry Plantegenest (Renault VU) : « Le Renault Trafic E-Tech vise les pros en périphérie »

Vidéo

Thierry Plantegenest (Renault VU) : « Le Renault Trafic E-Tech vise les pros en périphérie »

Plus d'articles