Le nouveau monde automobile pourrait remettre en cause la mobilité pour tous

Christophe CARIGNANO
Le nouveau monde automobile pourrait remettre en cause la mobilité pour tous

Luc Chatel, président de la PFA, a rappelé que la transition vers le véhicule électrique devait se faire en conservant la mobilité pour tous.

© Auto Infos

Le 18 octobre, à l’occasion de l’ouverture du salon automobile de Paris, la Plateforme automobile (PFA) organisait, au Dôme de la porte de Versailles, le Paris Automotive Summit. L’occasion de rappeler les enjeux de la filière automobile dans un contexte de crise et mutation obligatoire vers l’électrique. « Le pire serait que le passage au véhicule électrique fasse de la voiture un produit de luxe », a déclaré son président.

« Bienvenue à Paris qui a inventé les salons automobiles ! », a déclaré en préambule Luc Chatel, président de la PFA. « C’est le premier salon du nouveau monde automobile. Que de chemin parcouru depuis la dernière édition et la succession des crises. Mais depuis quatre ans, la filière a commencé à s’adapter avec une part des véhicules électrifiés multipliée par dix. Nous allons vers une solution uniquement technologique pour assurer la transition énergétique ». Et d’ajouter : « La vraie question c’est de savoir si nous sommes capables de prendre ce virage sans conséquences pour le consommateur. Il faut de l’acceptation sociale tout d’abord. L’automobile était accessible et c’était une liberté fondamentale, une liberté de circulation accessible au plus grand nombre. Le pire serait que le passage au véhicule électrique fasse de la voiture un produit de luxe ».

« Que de turbulences ! Mais nous sommes encore debout », souligne Luc Chatel, président de la PFA.

Le danger d’un véhicule électrique devenu produit de luxe

Pour éviter ce basculement, la filière compte sur les aides de l’État. Il convient de souligner que 89 % des Français associent l’automobile à la liberté. Le président de la PFA a également rappelé que « la France et l’Europe étaient très en retard au niveau du réseau de bornes de recharge. Au niveau de l’acceptation sociale, l’impact se situe au niveau de l’emploi. L’automobile est ancrée dans les territoires. Nous devons former les salariés à ce nouveau monde automobile ».

Fin du véhicule thermique en 2035 : l’abandon de souveraineté

La reconquête de la souveraineté industrielle était également à l’ordre du jour. « La décision européenne crée un désarmement unilatéral, c’est un abandon de souveraineté sur le moteur thermique », a expliqué Luc Chatel. « La France a inventé l’automobile au XIXe siècle, il faudra qu’elle réinvente un nouveau chemin ».

Nous vous recommandons

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Indexés sur l'inflation, les tarifs des péages vont naturellement augmenter en 2023. Dès le 1er février, la facture acquittée par des véhicules particuliers sera plus lourde d'environ 5 %.Le couperet est tombé. Comme chaque année,...

02/12/2022 | PéagesAutoroute
La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Plus d'articles