Le nouveau moteur électrique de Stellantis monte en cadence à Trémery

Le nouveau moteur électrique de Stellantis monte en cadence à Trémery

Carlos Tavares, CEO de Stellantis, sur le site Emotors de Trémery.

© CAROLINE LEQUEUX

L’usine de Trémery accélère dans la production du nouveau moteur électrique conçu par Stellantis et Nidec Leroy-Somer. La coentreprise baptisée Emotors devrait produire plus de 1 million de moteurs en France à partir de 2024.

Le site industriel de Trémery, implanté en Lorraine, accélère dans la production du nouveau moteur électrique M3 destiné aux véhicules du groupe Stellantis. Conçu par le constructeur et par Nidec Leroy-Somer, ce propulseur électrique devrait équiper dès le début d’année prochaine la DS 3 E-Tense, avant d’arriver sur les Peugeot e-208, Jeep Avenger et Opel Mokka Electric. Ce moteur électrique est produit sous la bannière d’Emotors, coentreprise formée par Stellantis et Nidec Leroy-Somer. Il développe une puissance de 115 kW (156 chevaux), pour un couple de 260 Nm. Le groupe annonce une autonomie moyenne supérieure à 400 km pour les futurs modèles dotés de ce propulseur et d’une nouvelle batterie. Ce moteur électrique succède ainsi à une production de moteurs diesel sur le site de Trémery. Un virage industriel soutenu localement par les pouvoirs publics et les partenaires sociaux.

Un million de moteurs en 2024

La production sur le site de Trémery devrait atteindre 1 million de moteurs électriques par an à partir de 2024. Une étape incontournable pour atteindre l’objectif de 100 % de véhicules électriques commercialisés en Europe dès 2030. « Maîtriser notre chaîne de valeur électrique assurera notre indépendance technologique dans ce contexte de crises économique et géopolitique tout en atténuant l'impact de ce changement sans précédent pour nos sites et nos salariés », souligne Carlos Tavares, CEO de Stellantis. Le constructeur ne manque pas de souligner au passage son implication dans le tissu industriel national. Ainsi, ce dernier rappelle l’assemblage programmé de douze modèles électriques dans cinq usines françaises, avec le soutien de huit sites consacrés à des éléments divers, dont les batteries de la future Gigafactory de Billy-Berclau/Douvrin.

Nous vous recommandons

Le nouveau constructeur automobile Rivian taille déjà dans ses effectifs

Le nouveau constructeur automobile Rivian taille déjà dans ses effectifs

Décidemment, pas si facile de disrupter le secteur automobile… Nouvel entrant dans la ronde des constructeurs automobiles électriques, Rivian est contraint d’effectuer un premier plan social.Tout nouveau tout beau, mais le chemin est...

Volvo et Polestar : « Nous c’est nous et eux c’est eux » dixit Yves Pasquier-Desvignes

Volvo et Polestar : « Nous c’est nous et eux c’est eux » dixit Yves Pasquier-Desvignes

Honda lance une stratégie complète autour de l’hydrogène

Honda lance une stratégie complète autour de l’hydrogène

L'aventure continue pour le constructeur français de navettes autonomes Navya

L'aventure continue pour le constructeur français de navettes autonomes Navya

Plus d'articles