Le parc automobile de la Polynésie française étrillé par la Cour des comptes

Antonin Moriscot
Le parc automobile de la Polynésie française étrillé par la Cour des comptes

Le parc automobile de la Polynésie française étrillé par la Cour des comptes

La chambre territoriale des comptes de Polynésie française déplore dans son dernier rapport « un nombre surabondant de véhicules par rapport aux besoins réels de l’administration » locale ainsi que « l’état critique » des véhicules utilisés. Ce parc, dont la moyenne d’âge atteint presque 14 ans, est composé de 1 107 autos mises à disposition de 7 300 agents.

Le parc automobile de la Collectivité de la Polynésie française est mis à l’index. Dans un rapport rendu public fin septembre, la chambre territoriale des comptes indique que « faute de disposer d’un inventaire mis à jour en continu, [connaître] l’exact contenu de la flotte automobile reste un exercice délicat ».

Les auteurs de ce document livrent cependant « une estimation plausible » du nombre de véhicules détenus par l’administration locale. Selon eux, « ıenviron un millier de véhicules de liaison, dont près de 850 utilisés dans les services, hors remorques, autocars et véhicules techniquesı » sont à disposition des 7 300 agents de la collectivité. Soit 1 véhicule pour 6,5 agents. Un quotient qui passe à 1 véhicule pour 5,7 agents dans les services administratif avec 858 véhicules pour 4 900 fonctionnaires.

Des véhicules âgés, polluants mais peu utilisés

Les inspecteurs de la chambre territoriale des comptes se sont aussi intéressés à la composition de ce parc afin de connaître les marques et modèles utilisés, ainsi que son mix énergétique. Il ressort de leurs investigations que « le nombre et la composition de la flotte confèrent au parc un profil de plus en plus décalé par rapport aux exigences du temps ».

Ainsi, « la flotte fonctionne presque exclusivement au moteur thermique Diesel. Très peu de véhicules propres ou à faibles émission de CO2 y figurent. […] Le bilan carbone du parc est donc déplorable », notent les inspecteurs. Un choix énergétique qui s’explique, en partie, par l’ancienneté des véhicules utilisés.

« La flotte automobile de l’administration de la Polynésie française est globalement hors d’âge. […] Le parc comporte une majorité de véhicules anciens. Sa moyenne d’âge dépasse 13 ans », indiquent les enquêteurs.

Dans le détail, 82 % des véhicules ont plus de 10 ans, et 88 % plus de 7 ans. Fait surprenant, « le véhicule le plus ancien encore en service est une Renault mise en circulation le 11 septembre 1978, il y a donc quarante ans » !

À noter « qu’ils soient en exploitation sur l’île de Tahiti ou dans les archipels éloignés, ces véhicules ont comme commune caractéristique de rouler peu ».

Les politiques d’achat et de gestion à revoir

Dans un autre chapitre de leur rapport, les inspecteurs de la chambre territoriale des comptes étrillent la politique de gestion du parc automobile concerné.

« Le parc compte [...] un nombre surabondant de véhicules par rapport aux besoins réels de l’administration et des établissements. Ce nombre excessif résulte d’une gestion des acquisitions trop longtemps déconnectée de la réforme des véhicules », peut-on lire dans le document publié.

« La mise à niveau de cette gestion exige, en priorité, la suppression des causes des dysfonctionnements. [...] Les principaux aspects de la gestion de la flotte automobile sont concernés. Qu’il s’agisse du management ou de la gestion au coup par coup des achats. »

Pour remédier à cette situation, les inspecteurs ont formulé seize recommandations portant sur trois domaines : le management, la planification et la gestion courante.

Nous vous recommandons

Cooltra lance son service de deux-roues électriques partagés

Cooltra lance son service de deux-roues électriques partagés

Connue pour ses scooters électriques en libre-service dans Paris, Cooltra se lance sur le créneau des mobilités partagées en entreprise. Cette nouvelle offre, baptisée Primos, comporte des scooters et vélos, tous électriques, avec un...

29/11/2022 | VéloElectromobilité
Le Conseil national de la sécurité routière veut mettre la pression sur les entreprises

Le Conseil national de la sécurité routière veut mettre la pression sur les entreprises

Mewa déploie sa logistique verte et adopte un concept de livraison en deux étapes

Mewa déploie sa logistique verte et adopte un concept de livraison en deux étapes

Fleet Care Alliance : un service tout-en-un pour les flottes automobiles

En bref

Fleet Care Alliance : un service tout-en-un pour les flottes automobiles

Plus d'articles